Dérapages mercredi à l’Elysée, lettre ouverte de Madeleine, des Veilleurs

J’arrive devant l’Elysée avec trois autres Veilleurs : deux personnes sont déjà présentes. Nous nous plaçons sur le trottoir et lisons en silence. Tout d’un coup, une cinquantaine de policiers et de CRS solidement cuirassés arrivent, tandis que d’autres Veilleurs nous rejoignent : nous sommes dix, puis trente, puis cinquante, debout, en silence, à plusieurs mètres d’intervalle les uns des autres. Les CRS et gendarmes ne cessent d’affluer, la disproportion de leurs dispositifs, comme toujours, est flagrante. Soudain, une directive fuse dans le silence de la nuit : « Allez les gars, on les pousse ! » L’objectif de ces hommes : créer un attroupement et provoquer une situation illégale. Nous n’avons pourtant reçu aucune sommation.

Nous restons debout, en silence, mais les policiers commencent à charger. Certains Veilleurs se laissent faire, docilement ; d’autres choisissent de s’asseoir, mais tous se mettent à chanter L’Espérance. Soudain, une jeune fille crie de douleur : un policier la pousse tout en lui pinçant très violemment la colonne vertébrale. Les forces de l’ordre précipitent sur nous les veilleurs qui n’ont pas eu le temps de s’asseoir. Je suis piétinée et me recroqueville en me couvrant tant bien que mal le visage. Je finis par lever la tête et demande avec détresse au premier CRS que j’aperçois de venir me porter secours, car je suis écrasée dans la bousculade : il m’extrait de la cohue, tout en me faisant une clé de bras, alors que je ne demandais qu’à être retirée de cette poussée aveugle. Je comprime ma douleur et subis cette violence gratuite en silence. Seulement, une fois debout, je suis poussée par un autre policier qui m’administre au passage une grande claque dans le dos, me faisant voler sur plus d’un mètre. Un collègue, en l’apercevant, intervient et lui demande alors de se calmer : il faut dire que la vue d’un mastodonte cuirassé en train de frapper une jeune fille d’1m67 pour 48 kilos doit être difficilement supportable.

Je contemple interdite les scènes semblables qui se multiplient autour de moi : des CRS administrent clés de bras et claques dans le dos, pincent les oreilles de certains, bien que nous n’opposions pas d’autre résistance que de nous tenir les uns aux autres. Certains CRS sont manifestement hors de contrôle. L’un d’eux jette brutalement une mère de famille à terre, au milieu d’autres Veilleurs debout : deux autres CRS l’attrapent alors par son gilet, et le retirent du lieu sans dire un mot. Les personnes encore assises sont traînées sur plusieurs mètres avant d’être lâchés brutalement, à quelques dizaines de centimètres du sol. Un CRS ne relâche l’un de ces jeunes qu’après s’être assuré d’avoir arraché tous les boutons de sa chemise. Un autre jeune, rouge et suffocant, est quant à lui tiré par le cou. Les personnes qui obtempèrent et ne demandent qu’à avancer sont projetées la face la première, qui contre les vitrines, qui contre les voitures.

C’en est trop, les larmes me viennent aux yeux devant pareil spectacle. Malgré la colère et l’indignation qui m’étranglent la voix, je supplie les policiers qui restent à l’écart, manifestement écœurés de ce qu’ils observent, d’intervenir pour calmer leurs collègues et mettre fin à ces dérapages. Ils baissent la tête, et soupirent, tout comme leurs voisins. Je demande à voir le commissaire, que je commence à bien connaître puisqu’il est présent à chacune de nos veillées, et avec lequel il me semblait jusqu’à présent avoir construit une vraie relation de confiance : on me refuse ce droit, et malgré mes appels désespérés, le commissaire, scotché à son talkie, semble ne pas me voir.

Une jeune fille est alors violemment projetée au sol, à mes pieds, et se cogne la tête sur l’angle du trottoir. Je me précipite avec d’autres Veilleurs pour la secourir, d’autant que les CRS continuent à pousser les gens alors même que plusieurs personnes sont au sol : la jeune fille reste à moitié inconsciente, puis se recroqueville et se frotte lentement le crâne, sous l’effet de la douleur. On demande un médecin, mais la bousculade reprend de plus belle. Une jeune fille indique aux CRS qu’elle ne se sent pas bien. Malgré cette précision, elle est transportée manu militari par 2 ou 3 CRS et posée au numéro 70 de la rue du Faubourg Saint-Honoré. Deux personnes, blessées, devront aussitôt être ramenées chez elles afin d’être soignées. Un jeune homme est extrait à l’extérieur du cordon de CRS par un policier visiblement hors de lui, qui continue à le pousser violemment sur plusieurs mètres en le prenant au cou, alors même que le jeune se trouve hors de la zone dont on veut nous éloigner : « Mais arrêtez là ! C’est bon, je suis sorti ! ». Je cours avec d’autres Veilleurs vers le jeune indigné pour le supplier de rester calme, malgré cette violence gratuite qu’il vient de subir.

Autour de moi, les clameurs et les supplications des Veilleurs se multiplient : « Doucement, mais doucement ! », « Aïe ! Aïe, vous me faites mal, Monsieur ! », « Arrêtez ! Arrêtez, ça suffit ! », « Du clame ! On se calme ! », « Médecin ! Un médecin, s’il vous plaît ! », « Quelle honte… Mais quelle honte, vraiment… ». Je vole d’un Veilleur à l’autre pour les engager à rester silencieux, et vais ensuite trouver un autre policier : « Ce que vous faites est parfaitement illégal, vous en êtes conscient ? ». Réponse sidérante, que l’agent m’adresse en me regardant dans le blanc des yeux, à quelques centimètres de mon visage, le sourire aux lèvres : « Oui Madame, c’est illégal, ce que nous faisons. ». Je n’arrive pas à croire ce que je viens d’entendre. Un jeune homme, son portable à la main, filme la scène et demande au fonctionnaire de redire les propos qu’il vient de tenir, mais celui-ci se reprend et rétorque alors, énergiquement : « Non, ce n’est pas illégal ! ». Un Veilleur distribue alors des papiers sur lesquels sont énumérés les articles du code que les forces de l’ordre sont en ce moment-même en train de violer impunément.

J’ai peine à croire qu’une semaine auparavant, nous étions reçus au Conseil de l’Europe afin de témoigner des violences policières en France. Cette audition avait permis, le lendemain, l’adoption d’une résolution par le Parlement du Conseil de l’Europe, condamnant la France, au même titre que la Turquie, pour son « usage disproportionné des forces de l’ordre face aux manifestations ». J’étais convaincue que ce rappel à l’ordre inciterait le gouvernement à plus de prudence et de modération dans son attitude face aux Veilleurs et, ingénument, j’espérais que cette visite à Strasbourg inaugurerait une période d’apaisement. Mais les cinquante-deux interpellations, la semaine dernière, ajoutées à ces nouveaux dérapages témoignent du refus obstiné du gouvernement d’entendre notre mouvement et de garantir les libertés fondamentales de tous les Français, quelles que soient leurs opinions.

Des étrangers sont témoins des violences que nous subissons : quelques touristes japonais, alertés par les clameurs qu’ils ont pu entendre de loin, arrivent sur les lieux, effarés de ce qu’ils voient. Sortant leurs portables et leurs caméras, ils demandent aux forces de l’ordre de quoi il retourne : celles-ci, quoiqu’embarrassées, tentent de faire bonne figure. Pendant ce temps, les gardiens de la paix continuent leur travail : nous avons été poussés de quelques mètres sur le trottoir, et sommes désormais non plus devant le portail de l’Elysée, mais face à l’ambassade de Colombie. Les fenêtres de l’Ambassade s’illuminent. Soudain, l’une d’elles s’entrouvre, et une main dépose alors une bougie sur le rebord. La bousculade a cessé. Nous nous asseyons, en silence, pour reprendre notre veillée, en fredonnant le Chant des Partisans. Progressivement, les CRS sont remplacés par des gendarmes, et l’atmosphère se détend aussitôt. Un Veilleur tente d’avoir un échange avec un gendarme, mais ce dernier, mal à l’aise, affirme qu’il n’y a pas eu de charge. Le Veilleur lui propose alors de lui montrer des photos, ce que le gendarme refuse aussi net. Certains de ses collègues demandent à des veilleurs debout d’arrêter de filmer et de prendre des photos.

Nous lisons, comme à notre habitude, des textes et des poèmes, de Péguy à Camus, de Gramsci à Tillinac. Je me lève malgré l’émotion qui m’étreint encore, et m’adresse aux forces de l’ordre qui nous encerclent : je leur dis ma tristesse et ma honte, ce soir, d’avoir vu des fonctionnaires de cette République française que j’aime tant et au service de laquelle je me suis moi aussi engagée, qui ont déserté leur mission en agissant sciemment en dépit de tout droit et de toute justice. Leur réaction est saisissante : certains ont les larmes aux yeux, d’autres se mordent les lèvres, la plupart baissent la tête. Un père de famille, qui raconte avoir entraîné pendant trente ans des hommes à des situations de violence extrême, nous engage à rester bienveillants à l’égard de ceux qui nous ont maltraités, malgré la situation révoltante que nous venons de traverser.

Ces discours, nos chants et les poèmes que nous lisons apaisent rapidement nos esprits. Toutefois, nous avons à cœur de marquer la responsabilité individuelle de ces policiers qui nous entourent : conscients de l’obligation qu’ils ont d’exécuter les ordres qu’ils reçoivent, nous les engageons toutefois à avoir le courage de s’unir pour faire remonter à leurs supérieurs, à l’instar du syndicat Alliance Police Nationale le 2 juillet, des documents dénonçant les ordres absurdes qu’ils reçoivent et les situations illégales auxquelles ils sont acculés. Alix enfin lit un extrait du Mystère de la charité de Jeanne d’Arc de Charles Péguy : « Complice, complice, c’est pire que coupable ! ».

Qu’il me soit permis, puisqu’il faut conclure, de m’adresser aux personnes qui réduisent les forces de l’ordre à ces opérations absurdes : à travers ces injustices que vous leur faites commettre, vous manifestez semaine après semaine votre refus de chercher à nous comprendre, alors même que vous auriez tout à y gagner. Mais sachez-le : les Veilleurs n’ont pas peur. Non pas par bravade insensée, par provocation factieuse ou par témérité juvénile. Non. Nous n’avons pas peur, parce que nous sommes mus par la force d’une conscience qu’aucune menace ne saurait briser. Nous n’avons pas peur parce que nous puisons notre courage dans l’amour de notre Cité et de l’Homme. Nous n’avons pas peur, parce que nous aurons toujours à cœur d’opposer à votre violence notre invincible bienveillance et notre confiance sereine en l’avenir de notre pays.

Nous resterons déterminés, parce que nous refusons que l’homme devienne une espèce indéterminée. Nous resterons pacifiques, parce que nous sommes des amoureux de la paix sociale. Nous resterons patients, parce qu’on ne «triomphe[..] pas de la patience du pauvre ». Nous resterons bienveillants, parce que nous demeurerons garants du bien commun, contre les sirènes de l’individualisme, du communautarisme et de ces intérêts particuliers et partisans que vous avez voulu honorer. Nous ne serons jamais résignés, parce que l’on ne se résigne pas à l’injustice. Nous ne serons jamais indifférents, parce que seul le respect des différences garantit le respect de la dignité humaine, notamment à travers la reconnaissance de la différenciation et de la complémentarité sexuelles.

Alors, à défaut de pouvoir nous entretenir avec vous à travers un dialogue digne et apaisé, face à ces hommes bâillonnés par un devoir de réserve qui leur pèse de plus un plus, nous conversons avec ces grands penseurs qui nous parlent, et avec ces innombrables Français qui, interpellés et silencieux, nous témoignent leur sympathie. Car ce sont eux que nous voulons toucher par la flamme de notre jeunesse et de notre espérance, faisant naître de la société civile ces espaces de dialogue public dont ils ont été privés.

« Ils étaient quelques-uns qui vivaient dans la nuit,
En rêvant du ciel caressant. (…)
Ils n’étaient que quelques-uns,
Ils furent foule soudain. »
(Paul Eluard)
Madeleine

>>> Le Journal des veilleurs <<<

Autres articles

47 Commentaires

  • Tintin , 5 Juil 2013 à 21:14 @ 21 h 14 min

    Les fournisseurs d’accès internet selon la loi prévue auront donc le devoir de censurer les contenus !

    Un contenu ne pourra même plus être hébergé à l’étranger, puisqu’il ne pourra plus être vu chez le visiteur final, puisque le fournisseur d’accès à internet (France Telecom détient tous les câbles pour censurer sur le dernier km) aura censuré l’affichage en France !

    Comme en Egypte, n’attendons plus de souffrir le fascisme pour changer de régime, comme les égyptiens qui sont parvenus à renverser le président élu Morsi, séparons nous de Hollande-Sarkozy, à jamais.

  • Trucker , 5 Juil 2013 à 22:09 @ 22 h 09 min

    Christiane…….vous n’avez rien compris, excusez moi de vous le dire. Les veilleurs sont au contraire un grand danger pour ce gouvernement car ils pratiquent depuis le début une forme de résistance passive qui sera accessible au plus grand nombre lorsque, situation sociale se dégradant, des dizaines, centaines de milliers voir plus de gens voudront descendre dans la rue pour manifester leur colère.

    On le sait maintenant, expérience faite avec LMPT, les manifestations autorisées “traditionnelles” en cortège, sur un itinéraire établi, ou en un lieu défini ne sont d’aucune efficacité face à un gouvernement qui a décidé de ne rien céder.

    Qu’en sera-t-il le jour ou des milliers de manifestants décideront, ou se laisseront entrainer par une minorité d’entre eux à des “sitting” géants, en marge d’une manifestation légale ?
    Qu’en sera -t-il le jour ou des centaines de milliers de manifestants ne se disperseront plus à la fin des manifs autorisées, pour aller défiler dans les rues ?
    Voilà pourquoi les veilleurs vont devoir subir une répression de plus en plus violente.

    Faut-il ne pas voir que les forces de l’ordre deviennent de fait celles du désordre ? que ces mêmes forces de l’ordre dont la mission est de garantir la sécurité des biens ET DES PERSONNES deviennent de fait les vecteurs de l’insécurité que subissent les veilleurs ?

    Ce qui me gêne dans les propos de Madeleine, c’est que visiblement, et le visionnage de la vidéo confirme qu’elle n’est pas la seule dans ce cas, c’est de constater le manque de préparation psychologique des veilleurs, qui prétendent poser un acte politique fort par la désobéissance, entamer un bras de fer avec “l’autorité” sans pour autant comprendre que ce qu’ils ont subit ce soir là est la conséquence logique de cet acte politique.

    Nous sommes sensé décrédibiliser ce gouvernement en le mettant face à son absurdité……il va se défendre en essayant d’user la détermination des veilleurs ou autres manifestants par la seule méthode susceptible de décourager les gens de rejoindre et faire croitre ce/ces mouvements de contestations : la violence !

    Ne pas comprendre cette évidence c’est ne pas être lucide sur ce que nous vivons actuellement.
    De plus, s’étonner que le gouvernement s’entête dans cette attitude malgré la condamnation du conseil de l’Europe, c’est faire preuve de beaucoup de naïveté au sujet d l’UE
    Faut-il rappeler que sa construction est tout sauf démocratique, que le droit des peuples y est bafoué sans vergogne, qu’elle n’hésite pas à soutenir et subventionner des état mafieux ,exemple le Kosovo, lequel persécute des minorités (serbes) et ce au coeur même du continent européen !
    Que l’EU fait la promotion de tout ce qui remet en cause les fondements de notre culture et identité européenne ( voir et entendre des gens , pour beaucoup de confession catholique ou plus simplement chrétiens réclamer justice à l’UE alors que celle -ci fait une guerre ouverte aux valeurs de la chrétienté est étonnant )

    On me dira……..mais toi tu étais où ce soir là…….je réponds qu’en semaine je ne peux pas pour des raisons de contraintes horaires participer aux veillées, et que lorsque je le fait le dimanche soir, c’est pas de nuit avant de reprendre le travail, qu’il m’arrive de commencer en début de semaine , le dimanche à 23h30 ou minuit.
    cela pour dire que les veillées en semaine, c’est ne pas permettre l’élargissement du mouvement aux salariés qui se lèvent tôt voir très tôt le lendemain matin.
    C’est ne pas permettre aux gens d’être en situation, ou en circonstance de pouvoir envisager sereinement l’interpellation, ou pire la mise en GAV car cela signifierai perte d’emploi à la clef .

    Les veilleurs se sont fait molestés ce soir là car ils n’étaient pas assez nombreux. C’est un grief que j’aurais à l’encontre de celui qui anime les veillées depuis le début, pour lequel j’ai le plus grand respect mais qui , je le crois, se trompe lorsqu’il dit que le nombre n’est pas le plus important, que la détermination d’un petit nombre peut faire la différence.
    Dans le contexte des veilleurs, c’est une erreur et nous avons pu le constater au début des veillées en avril.
    Les trois premiers soirs, il y a eu embarquement des veilleurs car pas assez nombreux pour être dissuasifs.
    le nombre augmentant , la pression diminuait en proportion , les CRS ayant à s’occuper des “agités” également présent sur l’esplanade des invalides.

    Maintenant les veilleurs sont seuls et ils concentrent toute les forces de l’ordre disponibles contre eux.
    Madeleine le reconnait, la disproportion des forces en présence était flagrante, en faveur des CRS.

    Il n’y a qu’en temps de guerre, qu’un petit nombre entrainé et déterminé, peut faire la différence face à des effectifs plus nombreux .
    On appelle ça des commandos, et généralement ils ont pour consigne de ne pas respecter les quelques règles que l’on prétend respecter en temps de guerre.
    La mission à accomplir justifiant toutes les entorses…

    Les veilleurs sont-ils, se perçoivent-t-ils comme étant des commandos ?

  • Titiz 45 , 5 Juil 2013 à 22:11 @ 22 h 11 min

    si cela continue comme cela, et je suis tenté de le craindre, ce n’est plus
    1984 mais Farhenheit 451 et ils bruleront tous les livres d’histoire et les romans!

  • Trucker , 5 Juil 2013 à 22:36 @ 22 h 36 min

    Charles…………il n’y a pas d’émeutes dans les banlieues car, les populations que vous évoquez sont bien encadrées par des têtes pensantes qui savent ce qu’elles font.
    En 2014, c’est les municipales, avec à la clef les listes communautaires qui peuvent espérer avoir des élus dans les banlieues de l’immigration.

    Des émeutes avant pareille échéance électorale pourrait avoir des conséquences fâcheuses pour la stratégie de conquête d’espace politique.
    De plus ils peuvent constater que sous la gauche, on taxe, on impose à tout va sans toucher, du moins jusqu’à présent à l’état providence, qui n’est providentiel que pour ceux qui bénéficient de ses largesses.

    En majorité ceux dont vous voudriez qu’ils se révoltent ?

    Par contre, remettez au pouvoir une droite désireuse de mettre fin à cet état providence et vous les aurez les émeutes.

    Vous parlez de logique même de leur intérêt ! piller les magasins !
    Non leur intérêt et de conquérir les quartiers. Donc pas d’émeutes avant les municipales de 2014…….après on verra

    Sur les Champs Élysées , le Trocadéro le 12 mai, cela relevait sans doute au départ des mécanisme propres à la psychologie des foules, et après les mauvaises habitudes , mais cela n’aura été suivi d’aucune revendication politique.

    Ce n’était pas le cas en octobre/novembre 2005 lors des émeutes qui ont durées 3 semaines.

    Au fait, en 2005, l’intention du 1er ministre de l’époque, Mr De Villepin n’était-elle pas de fermer les vannes des subventions à certaines associations, et celle du ministre de l’intérieur de l’époque, un certain Sarkozy de mettre des casernes de CRS dans les banlieues chaudes ?

    les vannes à subventions sont toujours ouvertes, et pourquoi voudriez-vous qu’ils fassent revenir les policiers .

    Quant au gagnant gagnant dont vous parlez …………ce ne sera qu’un marché de dupe

  • Gaby , 5 Juil 2013 à 22:48 @ 22 h 48 min

    et Augier ? Plus de remontée sur google depuis le 6 avril. Bizarre non ?

  • Gisèle , 6 Juil 2013 à 0:00 @ 0 h 00 min

    Le temps passe inexorablement . Les jours passent , les semaines passent , les mois passent , les années passent ….. les salauds qui marquent l’histoire de leurs abus et de leur violence aussi …. et ladite histoire , nous apprend qu ‘ ils finissent tous de la même façon .

  • Gisèle , 6 Juil 2013 à 0:04 @ 0 h 04 min

    Le Pape François nous a indiqué dans son encyclique ce matin le chemin de vérité à suivre .
    Nous lui devons la fidélité et l’obéissance .

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen