Royaume-Uni : la tentation du paradis fiscal après le Brexit

Royaume-Uni : la tentation du paradis fiscal après le Brexit

Après le vote sur le Brexit, le Royaume-Uni envisage-t-il de devenir un paradis fiscal ? Le ministre des Finances a annoncé que l’impôt sur les sociétés va encore baisser pour passer à 15%, un niveau inédit pour une économie de cette taille au XXIe siècle :

Autres articles

3 Commentaires

  • Tonio , 5 Juil 2016 à 8:12 @ 8 h 12 min

    De toute façon le GB avaient obtenu des avantages non accordés à d’autres; aujourd’hui ils peuvent encore tirer, et mieux, sur la corde, car l’UE se déconsidérerait soit qu’elle accorde, soit qu’elle refuse, ce que le Anglais lui demanderont encore.
    Et pendant ce temps le Luxembourg fait tourner à fond ses chambres de compensation, et la Suisse, hors UE, est condamnée pour ses pratiques moins opaques et sordides que celles des USA ou de Londres ou du Luxembourg de Juncker, le tricheur: c’est beau la solidarité à sens unique.

  • Cendu , 5 Juil 2016 à 12:17 @ 12 h 17 min

    Il y a longtemps que L’Angleterre (et les USA) est le plus grand paradi fiscal du monde. N’importe quel avocat peut gérer n’importe quel holding en étant tenu au secret le plus absolu quant au vrai propriétaire dudit holding.
    Le plus cocasse est que les USA et l’Angleterre font tout pour supprimer les autres paradis fiscaux et ainsi rapatrier le maximum chez eux.

  • charles-de , 5 Juil 2016 à 15:04 @ 15 h 04 min

    L’Angleterre a déjà, me semble-t-il, Jersey, Guernesey, l’île de Man, Gibraltar, plus pas mal d’îles où elle pourrait en créer d’autres !

Les commentaires sont fermés.