“Redonner la parole au peuple pour sortir de la crise”

“Redonner la parole au peuple pour sortir de la crise”, c’est le thème des derniers Dossiers du contribuable. Depuis plusieurs années, “le référendum d’initiative populaire” sur le modèle de la Suisse ou de certains Etats nord-américains est le cheval de bataille de l’association Contribuables associés (site) qui organise “la pression des contribuables” contre “l’oppression fiscale”. En effet, la dépense publique “est inférieure de 30% dans les Etats et collectivités locales qui [le] pratiquent”. “Si les Français avaient disposé de la démocratie directe, les dépenses publiques n’atteindraient pas aujourd’hui 56,6% du PIB”, assure Laurent Artur du Plessis, rédacteur en chef. Le bimestriel revient sur le coup d’éclat des contribuables californiens qui, en 1978, “ont dit non au racket fiscal” et “bloqué la course à la hausse de l’impôt foncier de leur Etat” grâce au vote de la Proposition 13 ou “initiative populaire de limitation (à 1% de la valeur du bien, ndlr) de la taxation sur la propriété”, complétée en 1996 par la Proposition 218 “qui impose au gouvernement local désireux de procéder à une réévaluation des biens fonciers de la faire approuver par leurs propriétaires”. Suivent d’autres “exemples frappants” (Suisse, Allemagne, Italie, Espagne) détaillés un peu plus loin. Puis, Les Dossiers du contribuable présentent les “fondements de la démocratie directe” avec le concours d’Yvan Blot, à la tête de l’association AD2, Agir pour la démocratie directe. Le député Christian Vanneste, auteur d’une proposition de loi (co-signée par 77 députés) l’instituant en France, pour qui “il n’y a pas de véritable souveraineté populaire sans souveraineté fiscale”. Dans un “état des lieux en France”, Les Dossier du contribuable évoquent sous la plume de Bruno Larebière le cas de Plounérin, ce village breton qui a voté “le sauvetage de l’église” contre l’avis du maire PCF. Puis il répertorie les prises de position sur la démocratie directe des principales formations politiques. Pour l’UMP, le député des Yvelines Jean-Michel Fourgous se prononce pour tout en notant que “la France a un déficit de culture économique” tandis que le député des Bouches du Rhône Dominique Tian s’y oppose sous prétexte que “la démocratie directe n’empêche pas la montée du populisme”. Un numéro passionnant aux articles (parfois trop) courts. La présentation aérée et les dessins d’Innocent et de Miège rendent sa lecture très agréable. Les Dossiers du contribuable de décembre 2011, 4,5 euros.

Autres articles

1 Commentaire

  • diego , 6 Déc 2011 à 18:54 @ 18 h 54 min

    Tout à fait d’accord !!!!!! il y a longtemps que la France n’est plus une démocratie, mais une oligarchie… Il faut redonner la parole au peuple. La Suisse est quasiment la seule vraie démocratie en Europe.

Les commentaires sont fermés.