Le santon tunisien sème la zizanie en Provence

Un santonnier “historique” de la région provençale reconnait pour la première fois qu’il délocalise une partie de sa production en Tunisie. C’est le seul moyen, dit-il, de rester compétitif. Les santonniers de la région sont scandalisés et veulent l’exclure de la foire aux santons de Marseille. Ils estiment qu’il porte atteinte aux traditions provençales. Reportage à la santonnerie du Moulin à Huile et à la Foire aux santons de Marseille :

Articles liés

15Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • ljean59 , 6 décembre 2014 @ 11 h 14 min

    Il faut mettre des santons avec la burqua et tout passera bien.

  • Elégant , 6 décembre 2014 @ 12 h 33 min

    Et, la vierge Marie en tchador, bien sur.

  • aixois , 6 décembre 2014 @ 14 h 09 min

    Et alors? Cette polémique ne sert à rien, les Français achètent “MOINS CHER” et le reste, ils s’en fichent.
    Depuis 1981 il faut acheter “MALIN”, merci Mitterrand!

  • Chaval , 6 décembre 2014 @ 15 h 32 min

    Même nos traditions et produits Provençaux prennent la fuite, par pitié, gardons une âme, notre âme, à cette belle Provence, ces santons sont de chez “nous”. Tel que c’est partie on va jouer la Pastorale Maurel dans le bled avec des acteurs Arabes, ben oui pourquoi pas.
    A la rigueur on veut bien accepter un petit dromadaire dans la crèche.

  • Pascal , 6 décembre 2014 @ 16 h 46 min

    Mais ça ne peut être qu’une mesure transitoire «d’apaisement». Les mahométans sont pires que les iconoclastes, ils sont opposés non seulement à toute représentation figurée du divin mais aussi à toute représentation d’êtres vivants. Même l’âne et le bœuf..

  • Gisèle , 6 décembre 2014 @ 21 h 46 min

    Et saint Joseph assis sur l’âne avec Marie enceinte marchant à côté et portant le baluchon ….

  • Gisèle , 6 décembre 2014 @ 21 h 54 min

    Sur a deux tout à l’heure , nous avons assisté en direct à la propagande de l’Islam , religion de paix et d’amour … si ça ce n’est pas du prosélytisme illégal !

Les commentaires sont clôturés.