Marseille : des prisonniers des Baumettes s’exhibent sur Facebook avec des liasses de billets et des stupéfiants

A Marseille, la prison des Baumettes a fait une entrée remarquée sur les réseaux sociaux. C’est la page Facebook,”MDR o Baumettes” au nom provocateur qui a mis le feu aux poudres. Sur les photos publiées sur le site, les détenus s’exhibent fièrement avec des liasses de billets et des stupéfiants. Des objets interdits en prison tout comme le téléphone portable avec lequel ils se sont photographiés. Après la découverte de cette page par un surveillant, le compte a été fermé. Les syndicats dénoncent un manque de personnel pénitencier important. La direction régionale de l’administration pénitentiaire n’a pas souhaité réagir.

Autres articles

12 Commentaires

  • montecristo , 6 Jan 2015 à 11:08 @ 11 h 08 min

    “C’est vraiment devenu un centre de vacances ” dit-elle !
    Il doit y avoir une bonne raison.
    Ne serait ce pas le fils Taubira sur la vidéo ?

  • amolevitch , 6 Jan 2015 à 12:48 @ 12 h 48 min

    On ne peut pas fouiller á fond les détenus puisqu’ils ont parait-il des droits !
    On rêve !!!

  • vikinglenormand , 6 Jan 2015 à 15:00 @ 15 h 00 min

    Donc si je comprend bien il faut aller en prison pour devenir RICHE.

  • Alainpsy , 6 Jan 2015 à 15:10 @ 15 h 10 min

    hollande a interrompu tout le programme de construction de nouvelles prisons (raison officielle: l’argent ) mais par contre le budget pour soigner gratuitement les étrangers passe de 740 à 823 millions d’euros, c’est ça la politique de gauche, et en plus ils n’ont même pas honte, les victimes de leurs dégâts ça n’a pas d’importance à leurs yeux, c’est ringard.
    De toutes façons, aller en prison aujourd’hui, quand ils y vont, c’est devenu un rituel initiatique, une sorte de marque de respect dans le quartier, un échelon racailleux. La prison a perdu depuis longtemps tout son rôle, c’est à dire à la fois la punition justifiée, contraignante et douloureuse pour celui qui a transgressé les règles de la cité, et la volonté de ne surtout pas y retourner, par conséquent punitive et curative, prise de recul et de conscience par rapport à la faute et à la nuisance engendrée. Tout est à revoir, tout est à réinventer pour s’adapter aux nouvelles formes de criminalité et à l’évolution de la société.
    Une personne par petite cellule, pas de télé, pas de salle de musculation, on est en prison pour apprendre à méditer sur son geste, pas pour grossir ses muscles ou jouer au caïd, il faut briser les structures perverses du délinquant violent et lui imposer le respect d’autrui.
    Quand Guigou était ministre de la justice, j’avais compris que la gauche n’avait aucune ambition dans ce domaine, ce sont des grandes gueules pleines de morale falsifiée et de bons sentiments creux et vains, aujourd’hui c’est encore pire.

  • claude34 , 6 Jan 2015 à 19:46 @ 19 h 46 min

    En Afrique du Sud,Mandella et ses copains disposaient d’un gros caillou et d’un marteau avec lequel ils fabriquaient des gravillons.
    Alors qu’est-ce qu’on attend en France?

Les commentaires sont fermés.