Le Duc de Vendôme fait visiter Saint-Denis à des jeunes du « 9-3 »

Surprenante après-midi pour ces jeunes de banlieue. Ils ont découvert la basilique Saint-Denis en compagnie d’un descendant des rois qui y sont enterrés. Le Prince Jean, Duc de Vendôme, considéré par certains comme le “dauphin de France”, s’est évertué à expliquer à ces jeunes l’histoire de leur pays. Découverte inédite pour ces lycéens à qui on n’a que très peu expliqué les racines royales et chrétiennes de la France à l’école.

Surprise, un autre royaliste et féru d’histoire, l’acteur Laurent Deutsch, visitait également la basilique ce jour-là.

Articles liés

7Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Budelberger , 7 avril 2011 @ 2 h 21 min

    Les tyrans de la France ont toujours aimé à s’entourer de nervis mercenaires allogènes. En août et septembre (92), on s’en est déjà occupé.

  • Saint Martin Louis , 7 avril 2011 @ 12 h 38 min

    Ce M. Budelberger a vraisemblablement appris son Histoire de France dans la bande dessinée d’un de ces dessinateurs enragés encouragés par des médias complètement subvertis par l’idéologie révolutionnaire dans ce qu’elle a de plus crétin.
    Louis XVI assimilé à un tyran, lui qui a refusé jusqu’au bout de défendre ses droits, son trône, sa vie et celle de sa famille pour ne pas faire couler le sang français !
    “Des nervis mercenaires allogènes” à Paris en Août et Septembre 92 ??? Où les a-t-il vus ?
    A moins qu’ils ne veuille évoquer la Garde Suisse qui est restée l’arme au pied, à se faire massacrer sans se défendre (et de quelle ignoble façon a-t-elle été massacrée ! les actes de barbarie et d’anthropophagie ayant fleuri sous la “grande révolution”) par un “peuple” qui ressemblait plus à une bande de serial-killers lâchés dans la nature qu’à une manifestation de citoyens héroïques.
    Non, M. Budelberger, en 1792/93/94 les tyrans, le nervis et les assassins n’étaient pas du côté que vous dites mais bien du côté de ceux que vous semblez admirer.
    Il n’est pas trop tard pour vous instruire et éviter ainsi de vous ridiculiser en étalant votre ignorance obtuse et agressive.
    Bien à vous

    LSM

  • Saint Martin Louis , 7 avril 2011 @ 12 h 55 min

    Sur le fond de cette “brève”, il est important de préciser que le pseudo “duc de Vendôme” n’est rien d’autre qu’une des petits-fils de l’ex pseudo “comte de Paris”.
    En France les titulatures ne peuvent être accordées que par le Chef de la Maison (de France, qui se confond en l’occurrence avec la Maison de Bourbon).
    Le chef de la Maison d’Orléans n’est pas et ne sera probablement jamais (et c’est tant mieux quand on étudie le rôle funeste de cette Maison dans notre Histoire) le chef de la Maison de France. Il ne peut donc que le “singer” et s’affubler ou affubler sa famille de titres d’opérette.
    En effet, ni le comte de Paris en son temps, ni son fils ni son petit-fils ne peuvent être considérés comme “héritiers” “successeurs” ou “dauphins” des rois de France.
    Ils en seraient plutôt la caricature pour des raisons d’abord dynastiques, mais aussi historiques, morales et juridiques.
    C’est tellement vrai que même un tribunal républicain (celui de la Vème république) en 1989/1990 si mes souvenirs sont bons, ont confirmé le duc Alphonse d’Anjou d’alors (décédé en janvier 89) et son fils, le duc de Bourbon actuel – Louix XX s’il devait régner – dans leur droit à porter les pleines armes de France.
    Ce que leur contestaient les Orléans, déboutés à deux reprises.
    Cette question, essentielle pour notre droit politique, mériterait une plus ample démonstration bien sûr et je me tiens à la disposition de Nouvelles de France pour la lui apporter, s’il le désirait. Encore que Daniel Hamiche qui appartient à votre rédaction, serait encore plus autorisé à le faire que moi.
    Bien à vous.

    Louis SAINT MARTIN

  • FADY CLERC Jean Roger , 8 avril 2011 @ 14 h 21 min

    Ce BUDELBERGER est encore un de ces pitoyables incultes, sorte de primate des temps modernes qui imbus de l’inculture de l’école laique républicaine ( euphéminsme) se prend pour quelqu’un alors qu’il n’est rien même pas un minimum d’intelligence que l’on accorde à certains primates!!! Et dire que ça vote!

  • Coligny , 9 avril 2011 @ 7 h 22 min

    Se faire reconnaitre ses droits par un tribunal républicain est toujours très amusant.
    La Maison de France est celle des princes français qui se sont toujours intéressés au sort de la France et qui ont incarné l’héritage capétien.Il ne suffit pas d’avoir un passeport français pour prétendre à régner.Le Comte de Chambord avait indiqué qui étaient ses successeurs et s’il n’y avait pas eu son épouse qui était anti-française et la petite camarilla qui l’entourait il n’y aurait jamais eu de problème. Pour nous, il n’y a qu’un roi de jure, c’est Henri VII !

  • Budelberger , 21 juin 2011 @ 2 h 15 min

    Il faudrait déjà, bande de guignols, que vos “Bourbons” ou “Orléans” – en fait : « Egalités » – soient les descendants de Robert de Clermont, de Saint Louis ; seulement voilà, le demi-taré Louis, dit 13, dit sans rire « le Juste » était dans l’incapacité physique de se reproduire, comme l’a montré l’autopsie de son cadavre puant de tyran ; Louis-Dieudonné, dit 14, pas plus que son frangin la pédale, n’était le fils de ce Bourbon ; donc, la couronne, à la rigueur, passait à Gaston, sans postérité non plus, pas plus que toutes les branches cadettes, éteintes dès le XVIe siècle, et 1830 pour la plus dotée de longévité, avec le duc d’Enghien († 1804 ; † 1830 pour son père qui lui survit), les Condés ; mais le protestantisme – la religion prétenduement réformée : ha ! ha ! – de ses premiers représentants pose problème ; non, il faut remonter aux branches aînées, et à la seule légitime : les Bourbons-Busset, famille exemplaire, elle.

    Guignols. Un motif de plus de rétablir la guillotine.

Les commentaires sont clôturés.