La Nuit aux invalides : Comment vivre l’histoire de France au cœur des Invalides

Après le succès de l’édition précédente, La Nuit aux Invalides est revenue pour une deuxième édition. Ayant attirée en 2011 près de 4 000 spectateurs par soir, ce spectacle 3D racontant l’histoire de France dans le fameux bâtiment se renouvelle. Le but ? Donner ou redonner de la vie au prestigieux monument. Bruno Seillier, le scénographe a ainsi parfaitement su marier la richesse de l’histoire de France à la 3D.  Trois comédiens pour raconter trois grands hommes qui ont marqué l’histoire de France. Avec le concours de Jean Piat, Céline Duhamel et André Dussolier qui prêtent leurs voix au spectacle, ce sont Louis XVI, Napoléon Ier et le général De Gaulle qui sont contés durant les 35 minutes de représentation.

Louis XIV, fondateur de l’hôtel des Invalides a créé ce lieu et lui a donné sa vocation: accueillir les soldats qui ont été blessés au service de la France. Napoléon, qui  par sa présence, a marqué le lieu de son empreinte. Les cendres de l’empereur y reposent en compagnie de son fils, l’Aiglon, qui l’a rejoint au milieu du XXème siècle. C’est également aux Invalides que Bonaparte organisa la première remise de médailles de la Légion d’honneur. Enfin Charles De Gaulle y installa l’ordre de Libération.

Ce sont ces événements et une partie de l’histoire de France avec eux, que ce spectacle retrace ; Pendant 35 minutes les spectateurs ont le loisir de revivre cette histoire, embellie par la beauté des lieux qui les accueillent et l’ingénieuse scénographie projetée en 3D dans la Cour d’honneur du prestigieux bâtiment. C’est à la nuit tombée, à partir de 21h30, « au moment où le silence épouse l’obscurité » des lieux, que le spectacle commence et que l’histoire revit entre les murs du l’Hôtel au dôme doré.

Une idée qui mêle à la fois modernité et tradition, histoire et 3D et dont le succès a été reconnu par le public d’une part mais également par les militaires, premiers destinataires du lieu. Un projet riche de sens pour le général de corps d’armée Hervé Charpentier, gouverneur militaire de Paris, qui a déclaré dans une allocution : « Ce spectacle met en lumière cette Histoire, riche et héroïque, qui fait de ce lieu trois fois centenaire, pleinement inscrit dans sa tradition, un lieu d’une incroyable modernité. Qui rend à l’idée initiale de son fondateur toute sa clairvoyance et qui lui donne un statut tout particulier au sein des monuments parisiens. Les Invalides ne sont pas un monument où l’on observe l’histoire, mais un monument où vit l’Histoire, où elle s’écrit en lettres de sang, de feu et d’or. C’est cette magie que le talent de Bruno Seillier va inscrire dans la nuit parisienne, en la gravant sur les murs de la cour d’Honneur. C’est cette magie qui nous rend, nous, hôtes permanents de ces lieux, si fiers de vous y accueillir ».

Nul doute que malgré un temps maussade, les spectateurs en ressortent littéralement enchantés.

 

Autres articles

9 Commentaires

  • C.B. , 6 Mai 2013 à 8:05 @ 8 h 05 min

    Pas vue la version n° 1, l’an dernier, mais assisté à la version n° 2 cette année.
    C’est époustouflant, en particulier techniquement, un vrai spectacle familial pour tous les âges (disons de 7 à 77 ans selon la formule consacrée; au-delà la durée, debout, peut être un frein).
    S’il y a une version n° 3, l’année prochaine, nous y retournerons.

  • marie , 6 Mai 2013 à 8:59 @ 8 h 59 min

    le pere senateur, le beau de sa soeur pere est philippe de villier
    on travaille dan la meme boutique

  • degabesatataouine , 6 Mai 2013 à 10:06 @ 10 h 06 min

    Ne pouvait-on se contenter de Louis XIV et Napoleon ou s’il en fallait trois, y ajouter Turenne ou alors le trio Turenne, Napoleon et Foch qui au moins y résident tous les trois?

  • Diex aie ! , 6 Mai 2013 à 12:03 @ 12 h 03 min

    Très beau spectacle à la gloire de celui qui a rendu la France plus petite qu’il ne l’avait trouvé en arrivant et sacrifié toute une génération de français et à la gloire de celui qui a déserté le combat et pactisé avec les communistes, livré les médias, la culture et l’éducation aux rouges…

  • degabesatataouine , 6 Mai 2013 à 14:25 @ 14 h 25 min

    Plus petite que celle de la Convention mais pas plus petite que celle de Louis XVI, malgré les trahisons continuelles des royalistes, et tellement plus grande en valeur ajoutée de gloire.

  • Diex aie ! , 7 Mai 2013 à 9:36 @ 9 h 36 min

    l’empire plus glorieux que la monarchie..;? décidément, on aura tout entendu…

  • François2 , 7 Mai 2013 à 11:04 @ 11 h 04 min

    Avec De Gaulle c’est la nuit de l’horreur, de plus aux Invalides, avec le souvenir de tous ces soldats qu’il a de fait condamnés à mort (plus de 100.000).

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen