Réflexion sur les relations contractuelles entourant la gestation pour autrui

Ce document passionnant nous est fourni par un lecteur. Merci à lui.

Autres articles

9 Commentaires

  • Auditeur Libre , 7 octobre 2013 @ 18 h 13 min

    Tout à fait, V_Parlier !
    Le lobbyscule LGBTP soutient ouvertement tout ce qui peut affaiblir davantage la paternité. Leur calcul est simple : plus la famille sera un champ de ruines et plus le terrain sera “dégagé” pour apparaître comme selon eux comme “pas plus mal” (c’est l’origine de G.A.Y. en américain il y a 45 ans : Good As You).
    Un exemple tout récent le 27 septembre dans la feuille de propagande “libération” : une interview de l’inter-LGBT(P) où ils comptent bien, faute de GPA cette année, se rabattre sur le trafic facilité de délégation d’autorité permanente à “tiers” pour faux-semblant de parentalité. Deux extraits :
    – “Nous allons donc être très vigilants sur la filiation, la réforme de l’adoption et le statut du beau-parent qui ont été annoncés par Dominique Bertinotti. ”
    – “nous avons vu lors des manifestations que beaucoup de gens, au-delà des LGBT, sont concernés par les questions que nous posons. Comme les familles recomposées, avec des enfants adoptés, ou monoparentales…”
    Or pourtant il n’y a AUCUNE ASSOCIATION de prétendus ‘beaux’-pères ! Il s’agit d’un parasitisme de LGBTP particulièrement dangereux pour les pères divorcés ou séparés méritants… Le PS a déjà pondu un anant-projet de loi très inquiétant … le futur rapporteur PS du texte définitif est un député de Sète (34) qui ne cache pas son militantisme pro-homo…
    Et ces gens-là prétendaient que leur “mariage” n’enlevait rien aux hétéros : nous nous le savions dès le départ que leur positionnement vise à affaiblir des vraies mères ou des vrais pères quand l’autre parent a viré sa cuti chez L ou chez G (les énigmatiques B comme ‘bi’).
    Ma

  • Auditeur Libre , 7 octobre 2013 @ 18 h 16 min

    Mais la cathosphère se désintéresse à 95% des divorcés et par ailleurs ne veut pas juguler le fléau des filles-mères délibérées : c’est une grave erreur historique, une de plus !

Les commentaires sont fermés.