Jeunes Pop’ : un tweet anti-Greenpeace lui coûte sa place…

“La gendarmerie aurait dû abattre les terroristes de Greenpeace! Ils ne méritent pas de traitements particuliers” C’est ce tweet faisant suite à l’intrusion de militants de l’organisation écologiste radicale dans la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine qui vient de coûter à Maxime Buizard, la fonction de porte-parole des Jeunes populaires pour le Loiret. Une décision prise par le président des jeunes UMP, Benjamin Lancar, selon Libération. Maxime Buizard a depuis retiré son tweet et déclaré “regretter profondément” ses propos. Il aurait dû les féliciter. Et se dire pour le “mariage” homo. Et pour le droit de vote des étrangers.

Articles liés

2Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • CdO , 7 décembre 2011 @ 7 h 54 min

    Au secours ! Les citoyens de ce pays n’ont plus le courage de leurs opinions !…
    Mais qui sont ces gens, soi-disant “responsables” de mouvements “libres”, qui se plient comme des carpettes devant les diktats du politiquement correct ?
    Faudrait-il en déduire, qu’en France, seule Marine ose dire et assumer ce que tous les autres n’osent même plus penser ?… Triste situation !

    CdO

  • Chaluire , 8 décembre 2011 @ 0 h 04 min

    Il faut dire qu’il ne s’agit pas de catholiques, et qu’une centrale nucléaire n’est pas un théâtre ! Dès lors, le traitement médiatique de cette information ne se situe pas sur le même registre. Peut-on dire que les militants de Greenpeace sont des fondamentalistes de l’écologie, c’est à dire des arriérés plus ou moins sectaires d’une cause de plus en plus marginale ?

Les commentaires sont clôturés.