Luc Chatel s’engage à ce que l’idéologie du gender ne figure pas dans le sujet du bac

Interpellé mardi par le député de la Manche Philippe Gosselin sur l’enseignement de la théorie du gender en classe de première L et ES, Luc Chatel a assuré que “le programme de SVT ne mentionne ni n’aborde cette notion du genre” et a attribué l’origine de la polémique à “l’approche que certains manuels ont [du programme]”. “Il n’y aura donc aucune question sur ce thème au baccalauréat”, a assuré le ministre de l’Education nationale. “Je fais toute confiance au sérieux des professeurs pour enseigner aussi bien la lettre que l’esprit du programme. Les ressources sont d’ailleurs extrêmement variées à l’heure du numérique : elles ne se limitent pas à quelques manuels”, a-t-il continué. Et l’élu UMP du Collectif de la Droite humaniste de réclamer dans la foulée “une circulaire précisant de nouveau tout cela” afin de dissiper totalement “les craintes” exprimées par “plus de 200 parlementaires” (nos articles ici et ). En privé, Philippe Gosselin jugeait peu après la réaction du ministre “encourageante” bien qu’“une certaine vigilance [ne soit] cependant pas à exclure”

Une pétition intitulée “Un ministre irresponsable” réclame la démission de Luc Chatel. Elle a déjà réuni plus de 8 000 signataires.

A lire :
> Les Français désapprouvent la « théorie du gender » et le jusqu’au-boutisme du ministre Chatel

Autres articles

Memoires Jean-Marie Le Pen