Herman Von Rompuy : la belle vie aux frais du contribuable européen

Le journal anglais The Telegraph a dévoilé lundi que Herman Von Rompuy, ancien président du Conseil européen, touchera une prime de départ d’environ 27 000 euros puis, 170 000 euros par an sur 3 ans. A l’issue de ces trois ans, il aura droit à une pension de retraite de 4700 euros net par mois.

Il faut en finir avec cette technocratie complétement déconnectée des réalités, qui s’accorde des retraites faramineuses pendant qu’un grand nombre de nos concitoyens subissent une situation économique catastrophique.

Autres articles

21 Commentaires

  • Centulle , 6 Déc 2014 à 9:23 @ 9 h 23 min

    Article poste à 9h10 et 12 mon après toujours pas de réaction. Ils peuvent alors tranquillement continuer à nous tondre.

  • Centulle , 6 Déc 2014 à 9:25 @ 9 h 25 min

    12minutes et non 12 mon

  • MCT. , 6 Déc 2014 à 9:39 @ 9 h 39 min

    On a une vie en dehors de NDF…
    Pour l’info, c’est deg, honteux, à vomir.
    Ce monde est pourri.

  • chketahun , 6 Déc 2014 à 9:57 @ 9 h 57 min

    A cela, il faut ajouter ses pensions au gouvernement federal (1er ministre), à la région flamande et comme prof d’ univ.

  • fleurdenavet , 6 Déc 2014 à 10:12 @ 10 h 12 min

    Nos impôts sont dilapidés par l’europe et nos gouvernements corrompus pendant que nous nous crevons de faim, de froid. Ils nous jettent à la rue (manque delogements parait-il) et pendant ce temps là, ils s’en mettent plein les poches sans vergogne Quand les citoyens vont-ils se débarrasser de l’europe bruxelloise corrompue et mortifaire ??????

  • antikhmer , 6 Déc 2014 à 10:13 @ 10 h 13 min

    Il a fait quoi ce type pour nous coûter autant d’argent ?

    jamais entendu parler !!!!!

  • Faustine , 6 Déc 2014 à 11:03 @ 11 h 03 min

    Nos politiciens nationaux et européens sont presque tous devenus des apparatchiks, au sens le plus vil du terme.
    A force de se servir et de nous tondre pour s’enrichir, plutôt que de servir le bien commun, ils ont une responsabilité magistrale dans la “crise”, qu’ils entretiennent eux-mêmes à leur profit.
    Mais jamais les médias ne les pointent du doigt, car ils sont leurs complices dans cet dilapidation éhontée du bien commun.

Les commentaires sont fermés.