Lettre ouverte à Riss : « Attention Charlie, pas d’amalgame ! »

Lettre ouverte à Riss : « Attention Charlie, pas d’amalgame ! »

 

Tu es content Riss, tu vas tirer à un million d’exemplaire. C’est une belle opération.
La une de Charlie Hebdo montre un Dieu que l’on voudrait représentatif de toutes les religions s’enfuyant avec un sourire sardonique, une Kalach à l’épaule avec en titre : « l’assassin court toujours ». On peut comprendre ta rage, Riss, auteur de cette première page et de l’article au vitriol qui l’accompagne, en tant que survivant blessé de la tuerie qui endeuillât le journal et la France entière il y a un an.
Mais la colère, qui peut être saine, ne doit pas faire perdre la raison ou pire, nourrir des sentiments de haine recuite servant tes années de révolte « alimentaire ».
Peut être que tu te souviens d’un dossier publié dans Marianne il y a quelques années où il s’agissait aussi d’expliquer la violence guerrière uniquement par les religions.
Pourtant, nous quittons un vingtième siècle où les plus grands conflits, ceux qui firent des morts par millions, ont été motivés par la suprématie raciale ou la dictature matérialiste du prolétariat. Point de religions belliqueuses à l’horizon. Hitler, Staline, Mao, Pol Pot… Qui ont été soutenus en leur temps par les intelligentsias occidentales, étaient tous des athées bouffeurs de curés.

Il est dans l’habitude des hommes, quand ils subissent la violence et l’injustice de se tourner vers un Dieu qu’ils ne connaissent pas, pour demander pourquoi et de le rendre responsable de tous nos maux.
C’est une grande interrogation humaine que l’on retrouve dans beaucoup d’œuvres littéraires, en particulier dans Camus. Sommes nous victimes d’un Dieu malveillant, où tout au moins indifférent à nos souffrances ?
Mais si nous voulions raison garder, nous serions bien inspirés de regarder en face la responsabilité humaine dans ces manifestations de violence.
D’abord, il serait injuste de renvoyer dos à dos ceux qui sont qualifiés avec un traitement égal de fanatiques religieux. Les chrétiens du moyen orient qui sont persécutés, assassinés, les femmes violées et éviscérées, les vieillards et les enfants abattus ou décapités ne peuvent être placés sur le même banc des accusés que leurs bourreaux. Car si effectivement, une violence religieuse aujourd’hui se manifeste, c’est d’abord des croyants « non conformes » qui en font les frais. Quelles sont les responsabilités de l’Occident athée, ou pour le moins relativiste, sur la question religieuse, dans les conflits armés qui ont embrasés le moyen Orient et une partie de l’Afrique ? Qui a détruit et plongé dans le chaos, l’Irak, la Lybie, la Syrie ?
Qui a nourrit l’hydre du fanatisme Islamique, qui s’affrontait déjà depuis longtemps entre Chiites et Sunnites, tandis que ceux-ci arrivaient bon an mal an à vivre dans une certaine paix du fait d’ un équilibre forcé par les Etats ?
Qui a ouvert la boite de Pandore ?

Il est vrai que les caricatures les plus injurieuses contre les personnages les plus sacrés de la Bible, Jésus , Marie, Joseph , ainsi que leurs représentants sur terre, les papes, ont de quoi décontenancer certains chrétiens qui se sentent naturellement offensés comme si l’on s’en prenait à leurs propres parents. Des procès ont été intentés le plus légalement du monde, et bien souvent en pure perte, le tribunal, sous prétexte de liberté d’expression, donnant raison aux caricaturistes.
Quoi qu’il en soit « les culs bénits » dont tu parles Riss, n’ont fait que réagir dans le stricte cadre de la loi, et ne sont jamais venu vider des chargeurs de AK 47 au sein de la rédaction de Charlie Hebdo.

Pourquoi cet amalgame avec les salafistes les plus extrêmes ?
On nous explique qu’il faut surtout distinguer les gentils musulmans des mauvais extrémistes, et Riss quant à toi,tu mélanges allègrement Chrétiens de tradition et assassins se réclamant de l’Etat Islamique ou d’Al Qaïda.
Non Riss, le fait que tu aies survécu au massacre ne te donne pas le droit de régler tes comptes de façon aussi mesquine et injuste. On aurait pu espérer qu’une telle épreuve te fasse prendre de la hauteur. Mais la vérité est redoutable, quand on commence à la pratiquer, Dieu sait où cela nous mène…
Tu préfères rester au chaud dans ton sectarisme rassurant et insulter toute transcendance qui passe à ta portée. Au fait Riss, tu préfères tirer dans le tas et peut être as-tu raison car les médias et « Homo Festivus » comme aurait dit Philippe Muray, te font la fête.

Pourtant,ne devrais-tu pas te placer largement au-dessus des « petits cons en cagoule » qui ont fait la peau à tes potes ?Dois-tu obéïr en effet à la même logique simpliste du camp du bien et du camp mal et surtout ne pas chercher à savoir ce qui se cache derrière tout cela ? Au risque de rester un allié du pouvoir, que dis-je, un serviteur de l’Etat qui préfère t’avoir comme pseudo contradicteur plutôt que ceux qui descendent dans la rue pour défendre des valeurs que tu t’acharnes à piétiner.
On sait que tu n’aimes pas les religions, mais en particulier celle de ton pays. On sait d’ailleurs que tu n’aimes pas non plus ton pays, ni ceux qui y vivent. Tu es donc notre ennemi, mais rassure toi, nous on ne flingue pas.

Olivier Dejouy – Le Réveil Français

Articles liés