Gaulois réfractaires

Gaulois réfractaires

Articles liés

3Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • jejomau , 7 janvier 2019 @ 18 h 20 min

    Aujourd’hui, les couillons écolos de l’apocalypse avaient organisé une journée sans viande et vegan.

    Evidemment, le but occulte est de supprimer progressivement le cochon bien de chez nous de nos assiettes du fait du gd remplacement causé par le pseudo-réchauffement climatique…

    donc… Le matin j’ai sciemment attaqué une super assiette de Bacon en place de mon café tradi. A 10h, je me suis taillé un bon coup de saucisson à l’opinel puis à midi je me suis acheté un sanglier que j’ai farci avec plein saucisse, un bon coup d’armagnac, poivre, sel, etc.. bref tout ce que les Macroniens interdisent ! Le tout a mijoté dans une sauce au pinard bien de chez nous pour bien emmerder le député HAREM de ma région qui veut faire construire une novelle mosquée…!

    Ce soir, c’est assiette de charcuteries diverses et choucroute garnie. Enfin, j’ai acheté un bon steak bien saignant de chameau pour le repas de mon chien. Comme il parait qu’il y a que nos vaches de souche dont le pet annonce l’Apocalypse mais pas celui des élevages autochtones d’arabie saoudite ou du Qatar, je me suis dit que pour en remettre une couche supplémentaire contre les écolos de Yann Arthus Bertrand, il fallait bien enfoncer le clou avec un bon chameau !

    Là ! Bien content de ma B.A. anti-écolo islamo-Macroniste !

  • zouzou , 7 janvier 2019 @ 19 h 17 min

    @jejomau: Pareil chez nous! on tue le cochon à la cambrousse, entre voisins, tous les ans, comme le faisaient déjà nos ancêtres au moyen-Age et peut-être même, avant. Ce soir, c’est boudin pommes! Avec une vieille bouteille de mon Papi, qui distillait une gnôle au poil. A la bonne vôtre!

  • yves tarantik , 7 janvier 2019 @ 19 h 30 min

    Une petite fable à propos d’agapes de cochonnailles !

    86 – Le Cheval et le Cochon

    Dans une démocratie, il est nécessaire que les gens apprennent à supporter
    que leurs sentiments soient outragés. [Bertrand Russell]

    La Bonté est un voile
    Qui nous dissimule parfois bien des ennuis.
    Ecoutez mes amis
    Cette péripétie fatale :
    Semblant ne plus devoir se relever
    Un cheval était couché sur le flanc.
    Requis, le vétérinaire dit au paysan :
    « Je lui ai injecté un puissant fortifiant ;
    Mais si dans trois jours il n’est pas sur pied,
    Il faudra nous résoudre à l’abattre !» Hors de lui
    L’obligeant Cochon entend le verdict,
    Et sitôt les humains sortis
    Il aiguillonne son voisin : « Sois héroïque,
    L’ami, il y va de ta vie,
    Lève-toi… et marche ! Sans cela tu mourras. »
    Mais le Cheval prostré, ne bouge pas.
    Le lendemain au point du jour,
    Le sociable Cochon le rabroue : « Deux jours,
    Il ne te reste que deux jours, relève-toi ! »
    L’autre frissonne mais ne bouge pas.
    La même scène se rejoue le lendemain,
    Et puis le jour suivant ; Lorsqu’au petit matin :
    « Oh… les voilà qui reviennent ! Pôvre de toi,
    Relève-toi ou tu mourras,
    Supplie le Cochon ! » Dans un effort surhumain
    (Ou devrais-je dire sur-chevalin ?)
    L’agonisant se dresse enfin.
    En le voyant sur ses jambes, notre paysan
    Tout content, aussitôt s’écrie :
    « Célébrons cette guérison inespérée,
    Tuons le Cochon sans tarder ! »

    J’ajouterai encor ceci :
    Il est des indulgences hasardeuses,
    Voire des bontés dangereuses ;
    Quand le danger menace en France,
    Faut-il encor prêcher la tolérance 1 ?
    Tu auras beau choyer un serpent, être bon,
    Le secourir ; à sa première ire…
    Tu auras ta rétribution !
    Sauf à vouloir subir le pire
    Sans joie, mais sans scrupule vain,
    Voici venu le temps de dire :
    « Aux armes citoyens ! 2 »

    Yves Tarantik

    1.A l’heure où j’écris, ce sont 246 personnes – hommes, femmes, enfants – qui depuis 2012 ont été assassinées sur le territoire français au nom d’Allah (Qui n’en peut mais…)
    2.Plutôt que de crier après chaque attentat : Aux larmes citoyens !

Les commentaires sont clôturés.