Selon Jean-Louis Auduc, auteur de “Sauvons les garçons”, la méthode semi-globale favorise les filles

Poursuivant ses recherches sur ce que l’on entend par “la théorie du genre”, l’équipe de l’Agence Info Libre a rencontré Jean-Louis Auduc, ancien directeur-adjoint d’un IUFM (Institut universitaire de formation des maîtres) qui a travaillé sur le décrochage scolaire. Historien et auteur de nombreux ouvrages dont Sauvons les garçons, il nous explique que sa première surprise fut de constater qu’en France, les statistiques sur l’éducation nationale étaient asexuées.

Il observera alors que ce sont les garçons qui manifestent les plus grandes difficultés dans l’actuel système éducatif, dont la méthode mixte de lecture, dite semi-globale, semblerait exacerber ces différences garçons-filles. Fer de lance de l'”abcd de l’égalité” défendu par Najat Vallaud-Belkacem, ces données mettent à mal l’idée communément admise que le système éducatif des sociétés dites patriarcales favoriserait davantage les garçons.

Après un tour d’horizon sur l’analyse de ces nouvelles statistiques et des solutions proposées pour réduire ces écarts significatifs, nous essayerons de comprendre avec Jean-Louis Auduc, l’origine philosophique de cette indifférenciation des sexes.

Articles liés

6Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • V_Parlier , 7 avril 2014 @ 16 h 02 min

    Même si je ne suis pas forcément convaincu de tout, il faut bien qu’une contre-attaque vienne ennuyer un peu les hystériques de l’égalité qui cherchent partout la culpabilité des hommes instinctivement phallocrates.

  • Gisèle , 7 avril 2014 @ 18 h 13 min

    Déjà la lecture globale , favorisait le développement de l’égoïsme . On en récolte les fruits ….

  • Gisèle , 7 avril 2014 @ 18 h 15 min

    Elle a favorisé aussi l’ illettrisme , la dysorthographie , la dyslexie .

  • V_Parlier , 7 avril 2014 @ 19 h 48 min

    C’est probablement pour çà qu’on a considéré qu’elle favorisait l’égalité: tous nuls. Mais pas de chance, même là nous restons inégaux, c’est ballot !

  • AURORE ANGELIQUE , 8 avril 2014 @ 8 h 18 min

    Bien sûr que c’est vrai. Les troubles du langage,les dysléxies ,les dysorthographies affectent plus les garçons que les filles (une fille pour 3 garçons) .car les cerveaux sont differents ….C’est donc GENETIQUE n’en déplaisent aux idéologues.
    Comme la méthode semi globale est une aberration pour la logique cérébrale naturelle elle dessert les garçons!!

    Je viens d’écrire un article à ce sujet dans” cerveau et psycho”.

    (ce n’est pas un doublon)

  • passim , 8 avril 2014 @ 17 h 42 min

    Vous devriez proposer votre article sur NdeF.

Les commentaires sont clôturés.