Michel Foucault : c’est le christianisme qui a inventé la sexualité

Dans un cours magistral sur le sexe dispensé en 1981 au Collège de France, le philosophe Michel Foucault détruit le cliché du christianisme répressif, s’étonne Le Nouvel Observateur :

“La suite du cliché ne résiste pas mieux à l’examen. C’est avec le christianisme que se serait abattu le terrible joug de la répression sexuelle. Foucault ironise sur la «fameuse et fictive tradition judéo-chrétienne», réputée être la source de tous nos malheurs sexuels. Certes, le christianisme a achevé de faire du mariage le lieu exclusif de l’activité sexuelle et a promu l’abstinence. Mais, simultanément, il a hissé le sexe au statut inédit d’objet de connaissance. Pour maîtriser son désir, le chrétien doit commencer par le connaître.

« Qu’en est-il de la vérité de ma concupiscence ?» devient la nouvelle question qui se pose au sujet. Pour les Grecs, le sexe était constitué d’une série de moments intermittents avec autrui. Chez le chrétien, il devient une dimension permanente de la relation que chacun entretient avec lui-même, une expérience décisive de la connaissance de soi. Là où l’on s’intéressait au plaisir, il faut désormais se soucier du désir. Loin d’avoir nié le désir sexuel, le christianisme l’a placé au coeur de la vie psychique. Une conception du sexe à laquelle les modernes donneront plus tard le nom de sexualité.”

> Subjectivité et vérité : Cours au Collège de France (1980-1981), par Michel Foucault, EHESS-Gallimard-Seuil, 352 p., 26 euros.

Autres articles

12 Commentaires

  • Antoine , 7 Juil 2014 à 15:22 @ 15 h 22 min

    Encore un fait qui dérange les médias de propagande et anticléricaux.

  • patrick Canonges , 7 Juil 2014 à 15:49 @ 15 h 49 min

    Michel Foucault explique dans plusieurs ouvrages qu’il n’y a pas des sociétés antiques et païennes à la sexualité “libérée” destructurées (terme fétiche de la pensée néo-paienne) puis remplacées par une Chrétienté bégueule, pisse-froid et peine-à-jouir. Il est loin d’être le seul à analyser cela. Les historiens médiévistes et antiquisants Paul Veyne, Jacques Le Goff, Jean-Pierre Vernant disent la même chose.
    Le 20 avril 1978, dans une conférence à l’Université de Tokyo, Michel Foucault notait:
    “La technique d’intériorisation, la technique de prise de conscience, la technique d’éveil de soi-même sur soi-même, quant à ses faiblesses, quant à son corps, quant à sa sexualité, quant à sa chair, c’est cela, me semble-t-il, qui est l’apport essentiel du christianisme dans l’histoire de la sexualité. La chair, c’est la subjectivité même du corps, la chair chrétienne, c’est la sexualité prise à l’intérieur de cette subjectivité, de cet assujettissement de l’individu à lui-même qui est l’effet premier de l’introduction dans la société romaine du pouvoir pastoral. Et c’est ainsi, me semble-t-il, qu’on peut -tout cela est une série d’hypothèses, bien sûr -comprendre quel a été le rôle réel du christianisme dans l’histoire de la sexualité. Non pas, donc, interdit et refus, mais mise en place d’un mécanisme de pouvoir et de contrôle, qui était, en même temps, un mécanisme de savoir, de savoir des individus, de savoir sur les individus, mais aussi de savoir des individus sur eux-mêmes et quant à eux-mêmes. “

  • le lecteur , 7 Juil 2014 à 17:29 @ 17 h 29 min

    Le christianisme a plutôt diabolisé la sensualité, le plaisir de la chair, a culpabilisé l’Européen dans son rapport avec le sexe qu’il vivait de la façon la plus naturelle, dépourvu de culpabilité. Ca a commencé avec les premiers Pères de l’Eglise, ca s’est poursuivi sous le Moyen-Age, les clercs condamnaient même le plaisir conjugal, c’est dire. La Réforme et la Contre-Réforme n’ont rien arrangé. Aujourd’hui l’Eglise s’est peut-être assoupli mais bon, appeler “impureté” le fait de coucher avec l’être aimé hors mariage, je trouve ça un peu lourd dingue. La chasteté obligatoire quand on est pas marié, c’est un peu se chatrer symboliquement je trouve. Chez les tradis, même flirter hors mariage est un péché parait-il.

    Comme écrivait Nietzsche, le christianisme a donné du poison à boire à Eros : il n’est pas mort, mais il a dégénéré en vice.

    Concernant la sexualité en Occident vue par le christianisme et plus particuliérement le catholicisme, lire l’excellent livre de l’historien (catholique) Jean Delumeau, “Le Péché Et La Peur” et aussi de l’historien Jean Verdon, “Le Plaisir Au Moyen-Age”.

  • Psyché , 7 Juil 2014 à 22:14 @ 22 h 14 min

    Les religions monothéïstes ont progressé sur la base des interdits marquant la soumission à un ordre religieux mais aussi social et politique.
    La religion chrétienne a évolué dans l’histoire vers un domaine de tolérance alors que la religion musulmane s’est rigidifiée et instituée en un système politique et juridique à caractère autoritaire et dictatorial.
    La religion juive porte toujours en elle le mythe du Peuple Elu destiné à kornaker le monde entier, d’où les pulsions anti-nations pour la création d’un nouvel Ordre Mondial qui se sont caractérisées par l’émergence de l’anarchisme, du communisme mais aussi de nos jours par le règne du N.O.M. américano-sioniste.
    La religion chrétienne est brocardée sans vergogne dans les médias car elle accepte la controverse et la critique.
    Alors ainsi va le monde, on peut disserter à loisir sur les affres du catholicisme et la chrétienté mais on ne peut dire mot sur les deux autres religions qui ne supportent pas la critique, le propre des pervers narcissiques.

  • samovar , 8 Juil 2014 à 9:45 @ 9 h 45 min

    Comme quoi chacun détient une infime partie de la vérité, Michel Foucault comme d’autres savent reconnaître qu’ils l’ont trouvée dans le Christ… seuls les menteurs patentés qui constituent “l’élite actuelle” nous bourrent le mou avec leur petit monde mesquin formaté de toute pièce à leur usage personnel …

  • samovar , 8 Juil 2014 à 9:54 @ 9 h 54 min

    @lelecteur, Il semble que vous n’avez rien compris à l’article et encore moins au texte initial auquel il se réfère. Et que vous confondez les actions et intentions de tout un chacun, qu’il soit prêtre ou simple catholique et donc plein de défauts et de peurs, avec le message chrétien de “mise en place d’un mécanisme de pouvoir et de contrôle” sur soi-même et surtout “Chez le chrétien, il devient une dimension permanente de la relation que chacun entretient avec lui-même, une expérience décisive de la connaissance de soi.” mais bien sûr cela demande un minimum de spiritualité et de conscience d’être des êtres humains et non pas des animaux qui sautent sur tout ce qui bouge!!!

  • scaletrans , 8 Juil 2014 à 10:20 @ 10 h 20 min

    L’examen du nombre d’étoiles attribuées aux commentaires montre qu’il y a un (des) rigolo(s) qui viennent s’amuser à nos dépens.

Les commentaires sont fermés.