Michel Foucault : c’est le christianisme qui a inventé la sexualité

Dans un cours magistral sur le sexe dispensé en 1981 au Collège de France, le philosophe Michel Foucault détruit le cliché du christianisme répressif, s’étonne Le Nouvel Observateur :

“La suite du cliché ne résiste pas mieux à l’examen. C’est avec le christianisme que se serait abattu le terrible joug de la répression sexuelle. Foucault ironise sur la «fameuse et fictive tradition judéo-chrétienne», réputée être la source de tous nos malheurs sexuels. Certes, le christianisme a achevé de faire du mariage le lieu exclusif de l’activité sexuelle et a promu l’abstinence. Mais, simultanément, il a hissé le sexe au statut inédit d’objet de connaissance. Pour maîtriser son désir, le chrétien doit commencer par le connaître.

« Qu’en est-il de la vérité de ma concupiscence ?» devient la nouvelle question qui se pose au sujet. Pour les Grecs, le sexe était constitué d’une série de moments intermittents avec autrui. Chez le chrétien, il devient une dimension permanente de la relation que chacun entretient avec lui-même, une expérience décisive de la connaissance de soi. Là où l’on s’intéressait au plaisir, il faut désormais se soucier du désir. Loin d’avoir nié le désir sexuel, le christianisme l’a placé au coeur de la vie psychique. Une conception du sexe à laquelle les modernes donneront plus tard le nom de sexualité.”

> Subjectivité et vérité : Cours au Collège de France (1980-1981), par Michel Foucault, EHESS-Gallimard-Seuil, 352 p., 26 euros.

Articles liés

12Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • passim , 8 juillet 2014 @ 11 h 18 min

    Que le christianisme ait “inventé la sexualité” est évidemment une affirmation hautement comique.
    Néanmoins, un athée convaincu comme je le suis s’insurge contre l’idée reçue d’un christianisme répresseur. Bien au contraire, la religion chrétienne a été plutôt tolérante, et acceptant avec une certaine bonhommie les faiblesses de la chair.
    Les peuples primitifs et les Anciens, prétendument exemplaires d’une sexualité décomplexée, furent beaucoup plus rigoureux à cet égard.

  • montecristo , 8 juillet 2014 @ 14 h 20 min

    scaletrans
    Je l’avais remarqué aussi ! … Juif ou catho ???

  • hmj , 8 juillet 2014 @ 19 h 55 min

    Manifestement vous êtes un brave mtérialiste. Comme beaucoup vous n’aimez pas ce que vous ne comprenez pas.

  • Yves , 11 juillet 2014 @ 0 h 47 min

    Au contraire des gauchistes primaires ou de ceux qui profèrent des jugements à l’emporte-pièce, Foucault n’a jamais affirmé que tout système symbolique (famille, école, religion, codes sexués et sexuels, etc) serait par essence opprimant. Un système symbolique peut effectivement être opprimant, mais il est aussi et avant tout STRUCTURANT.
    Foucault n’a non plus affirmé qu’il fallait supprimer la prison. Il a même dit que faute de trouver mieux, elle garde sa fonction de protection des citoyens.
    A mon humble avis, Foucault est, avec Gramsci, l’un des plus grands intellectuels que le vingtième siècle ait produits. De surcroît le style de son écriture est d’une grande beauté, ce qui ne gâche rien.

  • pi31416 , 11 juillet 2014 @ 2 h 03 min

    Il était une fois une jeune fille fiancée à un jeune homme. En ce temps-là, il faut le préciser, on se mariait avec une personne du sexe opposé pour avoir des enfants soi-même.

    Les jeunes filles en discutaient souvent entre elles: “comment ça vient, les enfants?”

    La veille de son mariage la fiancée du jeune homme en question s’en remit à sa meilleure amie, qui lui dévoila le fond de l’affaire. “Moi je sais, dit-elle, c’est une petite bouteille qu’on achète chez le pharmacien.”

    Cela se passait en 1922.

Les commentaires sont clôturés.