VIDÉO | Jean-Marie Le Pen évoque la bonne forme du FN, l’effet du livre de “Madame Rottweiler” et la fin politique du Président de la République

De passage à Fréjus, dans le Var, pour l’université des jeunes du Front national, Jean-Marie Le Pen a reconnu que la rentrée commençait “sous de bons auspices” pour le FN, notamment grâce au livre de “Madame Rottweiler” sur François Hollande :

Autres articles

4 Commentaires

  • Goupille , 7 Sep 2014 à 19:43 @ 19 h 43 min

    Le bradype de l’Elysée, outre Mitterrand et sa cohabitation, a un autre exemple de conduite politique : de Gaulle, qui, lui, est parti quand il a estimé que le Peuple de France n’étant plus derrière lui, il n’avait pas à rester au pouvoir.

    Autre époque, autre humanité, autres valeurs.
    Comme ils disent à l’UMPSFM : “Nous n’avons pas les mêmes valeurs”.
    Merci, c’est notre force en effet.

  • Psyché , 7 Sep 2014 à 23:58 @ 23 h 58 min

    De Gaulle est surtout parti parce que, à l’instar de Kennedy, il a été l’objet de menaces sur sa personne ainsi que de tentatives d’attentat. Le referendum populaire fut juste une occasion de lui fournir une porte de sortie honorable sans se faire assassiner par des criminels commandités par les “cercles de pouvoir d’argent”.
    Dès le départ de De Gaulle, Pompidou a pu faire voter de “bonnes lois” de dérégulation financière et commencer à instaurer le pouvoir de la grande finance apatride et mondialisée …
    Nous y sommes à présent, FH n’est qu’un benêt.

  • montecristo , 8 Sep 2014 à 11:55 @ 11 h 55 min

    Psyché

    Si De Gaulle avait dû partir à cause des attentats contre sa personne … il n’aurait pas régné si longtemps.

    C’est uniquement par orgueil qu’il est parti … deux fois … pour atteinte à sa “Grandeur” de Connétable visionnaire … outré de n’être pas suivi … après avoir semé la merde partout où il est passé !

  • Dubitatif , 8 Sep 2014 à 17:05 @ 17 h 05 min

    En Juin 40 voyant qu’il n’est pas dans le gouvernement il suit son officier traitant Spears. En 46 il démissionne espérant en vain qu’on le rappelle. Idem en 1969
    Avait-il compris que mai 68 avait valeur de bilan, ayant usé la ferveur patriotique et beaucoup trahi ?

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France