Le Président de l’UNEF Sciences po Paris agresse sexuellement un jeune opposant à la dénaturation du mariage

La scène se passe sur le parvis de Sciences po Paris le jeudi qui précède la (première) Manif pour tous, celle du 17 novembre 2012. Un groupe de jeunes, dont certains anciens de la rue Saint-Guillaume, tracte. Ils sont accompagnés par quelques membres de l’aumônerie. Xavier Bongibault, le Président du collectif “Plus gay sans mariage”, passera ce soir une vingtaine de minutes pour leur prêter main forte. Les étudiants sortent nombreux de leur cours de droit. Soudain, Nicolas Robin, l’imposant Président de la section UNEF locale, s’en prend violemment à un étudiant. Il lui saute dessus et procède à des attouchements sexuels, disant à sa victime : “Tu aimes ça, hein ?”. Le bonhomme caresse les fesses et le haut des cuisses de l’étudiant, contre sa volonté, puis se met juste derrière lui pour simuler une sodomie. Des membres de l’aumônerie et des militants de l’UNEF assistent à la scène.

Un de ces derniers, également chrétien et membre de l’aumônerie, pas présent lors des faits mais “dégoûté” par le récit qui lui en est fait, démissionnera quelques jours plus tard. Nicolas Robin, en privé stalinien et ne cachant pas son mépris pour la démocratie, ne fait pas l’unanimité et certains à gauche reconnaissent que ce soir-là, il a été trop loin. Choquée, la victime ne portera pas plainte pour ne pas faire parler d’elle. Nicolas Robin a depuis été prévenu qu’il ne s’en tirerait pas aussi facilement s’il récidivait.

Un dérapage grave qui couronnait une semaine des plus tendues. Dès le début des “tractages” en faveur de la Manif pour tous le lundi 12 novembre, des militants très énervés de Sud (dont certains manifestement extérieurs à l’institution), de l’UNEF mais aussi des Garces, le groupe de lesbiennes de la Rue Saint-Guillaume à l’origine de la Queer Week annuelle, et dans une moindre mesure de Plug n’Play, l’association LGBT de Sciences po, ont protesté et débordé les appariteurs. La direction de l’établissement supérieur a d’ailleurs écrit à un membre dirigeant de l’aumônerie qui souhaite conserver l’anonymat qu’elle ne pouvait pas assurer leur sécurité et qu’ils tractaient à leurs risques et périls.

Un tract contesté (sans succès) devant l’administration par les organisations de gauche car jugé “homophobe”. Les modérés de Sciences po, dont le Président de la section UDI, n’ont pas renoncé à organiser un débat. Pour l’instant, comme cela s’est vu dans un passé récent, la gauche de la gauche et certains LGBT s’y opposent (car “on ne débat pas de l’égalité” disent-ils) ainsi qu’à la présence de l’aumônerie. Affaires à suivre…

Article édité à 21h02 et 23h30.

Addendum 10/01/2013 : “Article non sourcé. De nombreux témoins peuvent démentir (salariés/étudiants)” déclare Nicolas Robin sur Twitter.

Autres articles

80 Commentaires

  • anne , 8 Jan 2013 à 19:51 @ 19 h 51 min

    S’il ne porte pas plainte, ou est le fait? Soit cela a eu lieu et il porte plainte soit il n’y a rien eu et circulez! C’est trop facile de colporter des rumeurs, qu’est ce qu’il y a à risquer de porter plainte? Pas crédible tout ça.

  • Gisèle , 8 Jan 2013 à 20:08 @ 20 h 08 min

    Mais pourquoi ce jeune n’ t il pas déposé plainte ? par peur de représailles ?

  • Frédérique , 8 Jan 2013 à 20:29 @ 20 h 29 min

    Il doit porter plainte! comment faire reconnaîitre les intimidations des pro-gays
    s l ne porte pas plainte des violences qui lui sont faites dans le cadres de ses idèes?

  • chrétien identitaire , 8 Jan 2013 à 20:41 @ 20 h 41 min

    Où se trouve la violence, où se trouve la vulgarité, où se trouve le totalitarisme ?

    Liste d’actions concrètes en plus de cette dernière agression :
    -affiche portée par un enfant frisant la pédomanie
    – slogans violents et insultants d’appels à la haine et à la violence (“Préparons les planches et les clous !” + “on veut tes droits, pas ton avis” “La PMA, Marie l’a testée pour toi” “).
    – interdiction de débat libre dans l’enseignement catholique au nom d’une morale laïque anti-homophobie mais en contradiction avec la loi Debré de 1959 sur ce même enseignement privé catholique

    Le vernis rose de l’égalité des droits craque,ils montrent leur vrai visage stalinien et leurs réelles intentions !

  • hector galb. , 8 Jan 2013 à 20:44 @ 20 h 44 min

    Pas de plainte, pas de vidéo, affaire inexistante.

  • P.R. , 8 Jan 2013 à 21:05 @ 21 h 05 min

    Quel dommage de ne pas avoir porté plaint ! c’est triste et tellement dommage…

  • Du Guesclin , 8 Jan 2013 à 21:28 @ 21 h 28 min

    Bah, il a 3 ans pour porter plainte…
    Voilà un bon moyen pour calmer les ardeurs de M. Robin.

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France