États-Unis : la prière reconnue comme conforme à la constitution

À une majorité de cinq juges contre quatre, la Cour suprême américaine a estimé, lundi 5 mai, que le fait de réciter des prières avant la réunion d’une assemblée politique élue était compatible avec le premier amendement de la Constitution qui interdit pourtant au gouvernement de favoriser telle ou telle confession, telle ou telle catégorie de croyants ou de non-croyants. Il est vrai que c’est une pratique courante aux États-Unis depuis toujours. Dans le domaine privé, le bénédicité est récité avant tout repas dans la plupart des familles américaines.

« La cérémonie de la prière n’est que la reconnaissance du fait que, depuis la fondation de la Nation et jusqu’à aujourd’hui, beaucoup d’Américains considèrent que leur propre existence doit s’exprimer par des préceptes situés bien au-delà de l’autorité du gouvernement », a écrit le juge Anthony Kennedy, exprimant l’opinion majoritaire de la cour. Les prières ouvrant un conseil municipal signalent sa solennité et « reflètent des valeurs qui, de longue date, font partie de l’héritage national ».

Autres articles

12 Commentaires

  • Olivier Bault , 8 mai 2014 @ 9 h 58 min

    Ainsi l’Amérique serait encore plus chrétienne que la Russie ? Voilà qui va jeter un trouble dans la perception excessivement manichéenne de certains lecteurs-commentateurs de Nouvelles de France…

  • patrick Canonges , 8 mai 2014 @ 11 h 42 min

    @ Olivier Baullt

    Je ne le vous fait pas dire.

  • Alae , 8 mai 2014 @ 12 h 54 min

    La Cour Suprême voit bien que les Américains basculent dans la haine contre les mensonges, propagandes et tentatives répétées de destruction de la société civile de leur gouvernement corrompu par les lobbies financiers et industriels. Elle est contrainte de lâcher un peu de lest pour calmer le jeu.

  • monhugo , 8 mai 2014 @ 13 h 34 min

    “FaiS”, merci !

  • monhugo , 8 mai 2014 @ 13 h 47 min

    Dans un pays où les président et vice-président prêtent serment sur une (voire deux !) bible(s), lors de l’Inauguration Day, quoi d’étonnant ? Cette pratique n’est pas non plus formellement “constitutionnalisée”, mais respectée quasiment en continu depuis 1789 (exceptions : Adams et Theodore Roosevelt) :
    http://www.directmatin.fr/monde/2013-01-21/quelle-bible-est-utilisee-pour-linvestiture-347747
    Chaque président utilise la(les) bible(s) de son choix. Washington avait prêté serment, le premier, sur une bible… maçonnique….largement utilisée par ses successeurs.
    Côté vice-président, Joe Biden a prêté deux fois serment sur une bible familiale, dont la couverture est frappée d’une croix… celtique.

  • Cap2006 , 8 mai 2014 @ 15 h 21 min

    Ce que signifie cette décision, c’est que la prière est reconnue comme une sorte d’introduction en solennité d’un conseil municipal ou autre, dénuée de toute signification religieuse particulière.

    Pourquoi pas… si cela leur est nécessaire.

  • Gisèle , 8 mai 2014 @ 17 h 09 min

Les commentaires sont fermés.