Luc Ferry sur l’expo d’art contemporain à Versailles : “Une pure merde pour cons prétentieux, voilà la vérité que personne n’osera dire !”

Tout est dit. Le philosophe a reformulé ses propos un peu plus tard :

Articles liés

55Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Tonio , 8 juin 2015 @ 22 h 29 min

    Lard? c’est toujours du cochon !

  • Babouchka , 8 juin 2015 @ 23 h 12 min

    L’œuvre gigantesque, incongrue est dénommée en vérité :
    “Dirty Corner”
    En effet, une minuscule plaque est au pied de cette “délirante cochonnerie” pour l’expliquer.
    “Un Himalaya de laideur, de bêtise et de vulgarité”…. pour bobos prétentieux amateurs de chocs cul..turels.

  • Paule , 8 juin 2015 @ 23 h 27 min

    Fausse information. Le titre de l’œuvre est dirty corner et pas le vagin de la reine. Attention aux fausses polémique.
    A et Monsieur Ferry qu’avez vous créé vous comme œuvre … ?
    ….
    A oui je me disais bien !

  • Marino , 9 juin 2015 @ 6 h 31 min

    L’irruption de l’art contemporain dans la sphère publique nous est présentée comme une telle nécessité qu’il doit bien y avoir une raison, se dit-on à chaque fois qu’une structure gonflable, textile,métallique, défigure un haut lieu touristique.
    Chaque printemps par exemple le parc de Versailles nous gratifie d’une dizaine d‘installations plus ou moins absurdes

    Quand, à propos de ces grandes opérations internationales qui coûtent des millions d’euros, on évoque l’offense faite à un certain ordre architectural et historique, quand on parle de profanation de la mémoire, on rend donc compte assez précisément de l’intention de l’artiste. Mais on ne comprendrait pas pourquoi on dépense autant d’argent pour infliger cette épreuve aux visiteurs (qui ont payé une visite normale du parc), s’il n’y avait, derrière, une sournoise et lucrative opération de spéculation financière.

    Mais on ne comprend toujours pas où est l’intérêt. Ne vous inquiétez pas, l’artiste, ses galeristes, ses sponsors, les compagnies financières qui sont derrière l’opération, eux, ont très bien compris l’intérêt.

    […]
    *FIGAROVOX/HUMEUR – Christian Combaz

  • Guy Marquais , 9 juin 2015 @ 7 h 33 min

    décidemment ce Luc est de plus en plus fréquentable. Comme quoi i ne faut jamais désespérer….même un intellectuel perdu dans le cloaque de la gauche peut s’en sortir un jour ou l’autre. Le jour où il suit son instinct au lieu des préceptes du petit livre rouge qu’on lui a si longtemps imposé!

  • Breiten , 9 juin 2015 @ 7 h 36 min

    Enfin une voix pour s’élever contre ce que l’on tente de nous faire gober comme de l’art .Merci Monsieur Ferry.
    Est-ce le début de la fin de ces immondes expositions de “machins”qui ne font le buzz que par leur titre.?

  • Nina Barkalaya , 9 juin 2015 @ 7 h 41 min

    Bravo, Monsieur Ferry! Je n’etait pas a cette exposition, mais je connais bien qu’ils sont tout pareil. Bonne courage! Ce n’est rien qu’un business

    Nina Barkalaya
    pianiste
    Moscou

Les commentaires sont clôturés.