Hongrie : après deux mois et demi de punition, les assistants parlementaires du Jobbik peuvent de nouveau pénétrer dans l’enceinte du Parlement

Nouvelles de France avait évoqué en juin l’action peu conventionnelle du parti nationaliste hongrois Jobbik contre la nouvelle loi agraire hongroise votée par les conservateurs du Fidesz et les sanctions consécutives à cette action : retenue d’un mois de salaire pour les députés ayant pris part à cette action (soit la quasi-totalité du groupe du Jobbik, à l’exception notamment de Zoltán Balczó, vice-président du Jobbik et l’un des vice-présidents du Parlement hongrois), et bannissement des assistants parlementaires et experts du Jobbik du Parlement (ainsi que de la Fehér Ház, la “Maison Blanche”, bâtiment proche du Parlement de Budapest où se trouve les bureaux des parlementaires), soit près de 120 personnes, ainsi que l’impossibilité pour les parlementaires du Jobbik de recevoir un quelconque visiteur au Parlement.

Gábor Vona, président du Jobbik, avait écrit sur sa page Facebook que ces sanctions n’avaient pas d’importance, affirmant que les députés du Jobbik ne sont pas élus pour leurs émoluments mais pour défendre les intérêts de la Hongrie. Interrogé à plusieurs reprises sur cette action, il avait également déclaré que cette action restait exceptionnelle – liée à l’importance de la loi votée et à la volonté du Jobbik d’attirer l’opinion publique sur le sujet – et n’avait pas obligatoirement vocation à être réitérée.

Ce bannissement avait causé de nombreuses difficultés au Jobbik, entravant fortement l’activité parlementaire du Jobbik et privant également ses collaborateurs de tout leur matériel de travail. Et ce d’autant plus que la durée de l’interdiction était inconnue. C’est donc avec surprise que ce vendredi 6 septembre, les assistants du Jobbik ont découvert que l’accès du Parlement leur était de nouveau autorisé.

Autres articles

4 Commentaires

  • hermeneias , 8 Sep 2013 à 18:58 @ 18 h 58 min

    La sanction contre les députés du Jobbik semble avoir été largement disproportionné et même non justifiable .

    Certains “conservateurs” de carton pate se révèlent parfois être des collabo du “liberal-fascism” ou “social-libéralisme” en vogue à l’UE et au FMI.
    Les conservateurs hongrois auraient-ils cédé aux menaces de l’UE et du FMI ?

  • Psyché , 8 Sep 2013 à 21:42 @ 21 h 42 min

    J’ai une très haute estime pour la Hongrie, mais sincèrement ne pourrait-on pas plutôt faire le ménage à la maison ?
    Notre pays n’est-il pas assez exangue pour que l’on aille se poser en donneurs de leçons à tous les pays du monde ?
    .

  • V_Parlier , 9 Sep 2013 à 14:33 @ 14 h 33 min

    Tout à fait. Car, entre nous, le parti au pouvoir en Hongrie fait déjà très bien son travail même sans le jobbik:
    https://www.ndf.fr/article-2/22-07-2013/la-hongrie-dit-adieu-au-fmi
    https://www.ndf.fr/article-2/06-07-2013/hongrie-le-parlement-europeen-veut-donner-des-lecons-de-democratie

  • PASCALINE JOIE , 9 Sep 2013 à 19:17 @ 19 h 17 min

    Le jobbik est plus estimable que le f.n et l’ u.m.p réunis.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen