Paris : maltraités par les forces de l’ordre lundi soir, les veilleurs se rassemblent mardi soir

Nous relayons avec plaisir ce message des veilleurs parisiens :

“Les Veilleurs reviennent dès aujourd’hui à 21h pour une nouvelle veillée à la suite des nombreux problèmes générés par l’intervention des forces de l’ordre hier dans la nuit.

En effet, de nombreux abus ont eu lieu lors de cette précédente veillée du 7 octobre :

– tout d’abord l’arrestation d’un jeune pacifique, et son déplacement vers un commissariat où il lui sera indiqué qu’il ne pourra être poursuivi car aucune infraction ne peut lui être imputée,
– une interdiction de circuler par les forces de l’ordre qui, après la dispersion de la veillée, ont continué d’encercler les Veilleurs, et ont empêché ceux-ci de se séparer pendant plus d’une heure,
– de nombreux Veilleurs, choqués par cette privation de liberté manifeste, ont donc décidé d’aller porter plainte. Le dépôt de leur plainte a alors été refusé par le commissariat.

Nous ne pouvons laisser de telles choses se dérouler.

Tous les soutiens des Veilleurs sont donc appelés à se réunir nombreux dès ce soir à 21h pour une nouvelle veillée.”

> l’événement Facebook

Autres articles

12 Commentaires

  • Luc+ , 8 Oct 2013 à 10:17 @ 10 h 17 min

    Mais comment pouvez vous ètre encore surpris par la police de Valls ? Police politique ce n’est pas un slogan c’est une réalité aujourd’hui en France !

  • synok , 8 Oct 2013 à 10:20 @ 10 h 20 min

    les forces de l’ordre n’ont apparemment pas la force de penser …

  • Sacha , 8 Oct 2013 à 10:45 @ 10 h 45 min

    Les forces “de l’ordre” (en fait, du désordre) ne pensent pas, elles obéissent aux politicards squattant le gouvernement de la république.
    Les forces de l’ordre ont… des ordres; cependant, vous pouvez être sûrs que parmi les policiers, gendarmes, crs, il y a des hommes contraints d’agir contre leurs convictions. C’est l’obéissance passive. Jusqu’à quand ? Jusqu’à quel point ?

  • Charles , 8 Oct 2013 à 11:22 @ 11 h 22 min

    L’essentiel est de disposer de preuves vidéos
    de ces agressions poulicieres polysexuelles.

    Si vous n’avez pas prévu des manières et des moyens
    d’enregistrement audio et vidéo,alors vous avez tout faux.

    Ces prises de vues (vidéos et ou photos)et audio
    peuvent être réalisées de manière visible ou invisible.

    De toutes manières elles sont légales et serviront à déposer plainte
    dans les 3 ans quand il y aura eu un changement de majorité.

    Ce changement viendra avant 2017 par des législatives anticipées
    rendues impératives du fait des violences commises
    contre les Personnes d’Origine Légale(POL)
    par les POC ,Personnes d’Origine Clandestine
    (Soit 15/18 Millions cumulées depuis Mars 1974)
    et protégées par les POP (Personnes d’Origine Poly-sexuelle) .

    Si vous ne disposez pas du matériel adéquat
    et si vous êtes seuls,alors abstenez vous d’agir
    face à la dictature molle.
    Sans matériel,cela revient à se lancer dans une escalade en espadrilles
    et sans cordes, ni mousquetons ,ni vêtements chauds…

    Ainsi,pour les abus cités dans cet article,il est imperatif
    que des preuves visuelles et audio soient disponibles
    et donc diffusées en complément de cet article…

    A défaut,il ne s’est rien passé et vous êtes fautifs.

  • B. Cajoule , 8 Oct 2013 à 19:38 @ 19 h 38 min

    Oui…et non.
    ce qui s’est passé s’est réellement passé. Il ya des témoins, des gens qui racontent, des flics qui vont s’en vanter, des politiciens opportunistes qui vont tenter d’exploiter ces écarts etc.
    Le pays réel sait. L’opinion basculera.
    Ce qui compte, c’est que nous soyons là, tous, à nous battre avec nos armes. Nos cerveaux, nos bras, nos jambes et bientôt plus si nécessaire…
    La justice dans trois ans …soit, vous avez probablement raison, mais il ya urgence et je n’ai pas l’intention d’attendre trois ans. Il faut nous débareasser de cette bande d’incapable.

  • Cesar , 8 Oct 2013 à 20:51 @ 20 h 51 min

    Seul compte les dépôts de plaintes auprés du procureur de la république

Les commentaires sont fermés.