Modern Family dans Pomme d’Api ?

Pomme d’Api propose chaque mois à ses fidèles lecteurs âgés de 3 à 7 ans une aventure de la famille Noé : papa est noir, maman blanche et les deux enfants, Milie et Georges, sont blancs comme la neige. Il semblerait donc que maman ait eu ses enfants sans papa, c’est-à-dire avec un autre homme. Diversité, infidélité et recomposition, voici LA famille expliquée par Bayard Presse (une entreprise pourtant contrôlée par des religieux catholiques, les Augustins de l’Assomption) à nos enfants. C’est Modern Family pour les petits, “pour leur ouvrir l’esprit”. Heureusement, il reste la tribu Oukilé !

Autres articles

35 Commentaires

  • Ying et yang , 9 Nov 2013 à 10:52 @ 10 h 52 min

    (Presque) Toute la presse est contaminée !
    Je vous conseille la lecture de l’excellent hebdo chrétien “Famille chrétienne.fr”. En plus, il y a une page de BD pour les enfants, les “Les Familius”.

  • adamastor , 9 Nov 2013 à 13:12 @ 13 h 12 min

    On va encore crier au racisme et à la provocation islamophobe: un cochon joyeux dans le manège!

  • jejomau , 9 Nov 2013 à 16:01 @ 16 h 01 min

    @V_Parlier

    Concernant la position des Orthodoxes sur le problème du “remariage” qui serait possible chez eux et pas dans l’Eglise catholique…… Ce qui entraînerait par conséquent la possibilité d’un accomodement chez les catholique si la “base” secoue la “hiérarchie” : je vous livre les propos du Cardinal Ratzinger (essai écrit en 1998) à ce sujet pour comprendre pourquoi l’Eglise catholique ne peut accepter la position des Orthodoxes :

    ” Il existe un clair consensus des Pères en faveur de l’indissolubilité du mariage. Puisque celle-ci découle de la volonté du Seigneur, l’Église n’a aucun pouvoir sur elle. C’est bien pour cela que, dès le début, le mariage chrétien fut différent du mariage de la civilisation romaine même si, dans les premiers siècles, il n’existait encore aucune réglementation canonique le concernant. L’Église du temps des Pères exclut clairement le divorce et un nouveau mariage, et cela à cause d’une obéissance fidèle au Nouveau Testament.

    b) Dans l’Église du temps des Pères, les fidèles divorcés remariés ne furent jamais admis officiellement à la sainte communion après un temps de pénitence

    c) Par la suite, on en arriva à deux développements opposés l’un à l’autre :

    – Dans l’Église impériale, après Constantin, on chercha, à la suite de l’imbrication toujours plus forte entre l’État et l’Église, une plus grande souplesse et une plus grande disponibilité au compromis dans des situations matrimoniales difficiles

    Dans les Églises orientales séparées de Rome, ce développement se poursuivit au cours du second millénaire et conduisit à une pratique toujours plus libérale. Il existe aujourd’hui, en de nombreuses Églises orientales, toute une série de motifs de divorce, sinon même une « théologie du divorce », qui n’est, en aucune manière, conciliable avec les paroles de Jésus sur l’indissolubilité du mariage.

    – En Occident, grâce à la réforme grégorienne, on retrouva la conception originelle des Pères. Ce développement trouva, d’une certaine manière, sa confirmation lors du concile de Trente et fut à nouveau proposé comme doctrine de l’Église par le concile Vatican II. “

  • antisyst , 9 Nov 2013 à 18:20 @ 18 h 20 min

    oui,mais c’est contaminé par des democrates chretiens ,proche udi

  • V_Parlier , 10 Nov 2013 à 15:53 @ 15 h 53 min

    jejomau,
    Résumé constructif et intéressant. Toutefois, attention: Il n’y a pas de théologie du divorce chez les Orthodoxes (du moins pas plus que l’affaire de “nullité du mariage” chez les Catholiques), sinon il s’agit d’églises schismatiques. (Recourir au divorce reste bien considéré comme un péché grave, mais comme tous les autres il n’écarte pas de la communion pour toute la vie). Vous reconnaissez d’ailleurs que durant longtemps il n’y a eu aucune règlementation canonique. Et la définition tardive d’une réglementation, particulièrement en ce qui concerne ceux ou celles qui n’ont pas choisi d’être répudié(e)s, ne coule pas tant de source, même en se référant au Nouveau Testament qui contraint clairement à ne pas se “débarrasser” de son conjoint, sans plus.

  • V_Parlier , 10 Nov 2013 à 16:02 @ 16 h 02 min

    J’ai oublié d’ajouter, sans prétention de jugement, que la séparation des Orthodoxes et des Catholiques romains est toujours considérée de chaque côté de la même manière: C’est l’autre église qui s’est séparé de l’Eglise Universelle, et chacun peut le justifier par un tas d’exemples. Je ne cherche pas à imposer mon point de vue là-dessus, ce serait futile et ce ne sont pas ces raisons qui m’ont fait choisir l’Orthodoxie. Mais avant le schisme Rome avait le même statut que les autres Eglises, et çà me fait donc sourire quand je lis (très souvent) que tous les autres se sont séparés de Rome. Question de référence, diront nous.

  • bibi , 11 Nov 2013 à 9:46 @ 9 h 46 min

    Quand on voit cette monstruosite qu’est la “Bible Bayard”, rien de surprenant…

Les commentaires sont fermés.