La thèse du réchauffement global anthropique démontée en 80 graphiques

La thèse du réchauffement global anthropique démontée en 80 graphiques

Le « réchauffement climatique anthropique » est un mythe : c’est ce que démontre une série impressionnante de 80 graphiques publiés depuis début 2017 dans le cadre d’articles scientifiques certifiés par des comités de lecture. En d’autres termes, le prétendu « consensus » sur le réchauffement climatique d’origine humaine est un mensonge éhonté et Donald Trump a eu raison de dénoncer l’accord de Paris sur le climat conclu durant la COP 21, puisque le traité, qui vise particulièrement les économies occidentales, s’appuie précisément sur cette imposture.

Les articles démontrent que le réchauffement global anthropique est une imposture

Ce qui est en question tout au long de ces articles scientifiques, ce n’est pas le léger réchauffement de 0,8 degrés Celsius enregistré depuis le milieu du XIXe siècle en contrepoint du Petit âge glaciaire du XVIIIe siècle. Tous les spécialistes, climato-alarmistes ou sceptiques, s’accordent sur ce point. Non, ce qui est en question, c’est ce supposé réchauffement global anthropique, terrifiant et sans précédent brandi par les médias dominants et leurs journalistes aux ordres, par les scientifiques avides de subventions, de chaires, de carrières, de collaborateurs et d’honneurs, par les politiciens démagogues et les militants verts de l’apocalypse. Pour ces fauteurs de peur planétaire, des mesures d’urgences s’imposent, sous gouvernance mondialiste cela va de soi, avant que la calotte glaciaire ne fonde complètement, que les îles du Pacifique ne soient submergées et que tous les bébés ours ne finissent noyés. Or ce que démontrent tous ces articles c’est que la version alarmiste de ce « réchauffement global d’origine humaine » est une imposture.

Les auteurs de ces études sont des experts venus des quatre coins du monde : Chine, Russie, Canada, États-Unis, Italie… Chacun a observé de près les différents aspects du supposé « réchauffement global » dans des régions précises et sur différentes échelles temporelles. Et chacune de ces études, dûment contrôlée par des pairs, conclut qu’il n’existe aucune preuve alarmante : la fin du XXe siècle et le début du XXIe attestent d’un réchauffement qui n’est ni dramatique, ni exceptionnel, ni inquiétant. Lire la suite de l’article sur reinformation.tv

Autres articles

6 Commentaires

  • sarra , 9 Juin 2017 à 9:49 @ 9 h 49 min

    bien sûr comme habituellement nous avons les lobbys conduit par un FABIUS menteur notoire et des gaucho qui ne savant quoi faire se sont lancés dans ce supposé réchauffement dû à l’homme
    il est certain que la pollution est humaine quand on voit ce qui est fait du gange et en chine on peut se demander si l’humain a un cerveau
    mais la terre vit et au cours des siècles les températures ont changé toutes les années nous avons des informations sur elnino
    IL N Y A QUE DES ABRUTIS POUR GOBER TOUTES CES INFORMATIONS SANS REFLECHIR.

    Par contre ce qui doit nous interpeller et ALLEGRE l’avait dit et redit C EST L EAU
    quand on pense que en afrique certains ont des piscines alors que le peuple n’a pas l’eau au robinet VOILA LA PEUR QUE DOIT AVOIR LES 7 MILLIARD HUMAINS.car sans eau c la mort assurée

    Comme d’habitude tout est corrompu des informations au thèse scientifique ce 21 eme siècle offre un spectacle dramatique du genre humain qui comme les dinosaures devrait disparaître
    certains cataclysmes devraient avoir lieu pour effacer de la surface de la terre des continents ou l être humain n’est pas à l’image de dieu si il existe mais à l’image du diable

    nous sommes le cancer de la terre et nous finirons par le payer…………….et ce n’est pas la COP 21 QUI SERA LE SAUVEUR C EST UNE BOUFFONNERIE UNE MASCARADE UN PIETRE TABLEAU DE DIRIGEANTS ET D ECOLOS

  • HuGo , 9 Juin 2017 à 15:51 @ 15 h 51 min

    Tout cela participe de l’idéologie du mondialisme, ce nouveau totalitarisme allié objectif de l’islam totalitaire.
    C’est un des arguments présenté comme imparable et obligé par Jacques Attali pour défendre la gouvernance mondiale dont tous les européistes seront les vassaux consuméristes soumis.
    Autre argument totalement faux: l’endettement des Nations au près des établissements privés et de la haute finance qui tiennent les politiques et les Peuples en un état de vassalité insoutenable, les écrasant par les remboursements insoutenables, les trop bas salaires sous un minimum décent, le chômage, tout en accroissant la pauvreté. Une monnaie nationale empêche bien sûr l’endettement des Nations et favorise la recherche et le développement soutenu de l’État, en ayant un budget équilibré. C’était le cas de la France sous le vrai Chef de l’État, De Gaulle.

  • eric-p , 9 Juin 2017 à 20:15 @ 20 h 15 min

    Je suis en TOTAL désaccord avec la rédaction de NDF qui fait de l’opposition politique un principe systématique qui n’est pas souhaitable pour espérer
    déboulonner un jour l’UMPS du pouvoir.

    Un accord international pour la lutte contre le réchauffement climatique
    a été signé à l’unanimité…jusqu’au retrait des USA pour des motifs de lobbying pétrolier/charbonnier assez influents dans une partie des USA.

    Si le réchauffement climatique était contestable, on aurait dû assister à une fronde anti-GIEC. Ce n’est pas ce que nous avons constaté.
    Certains pays auraient pu également contester les rapports du GIEC car ils ne vont pas dans le sens des intérêts de certaines nations
    (Chine,Russie, Australie, pays du golfe persique, Iran,…).
    Ils l’ont pourtant signé ! Comment l’expliquez-vous ?

    -La montée des eaux (des îles du pacifique ont déjà été écvacuées)
    -L’accélération de l’érosion côtière
    -l’augmentation du taux de CO2 dans l’air

    sont des faits suffisamment objectifs et clairs sans qu’il soit utile de chercher des causes alternatives qui n’existent pas (augmentation de l’activité solaire imaginaire, cycles climatiques bidons,etc…)

    Les faits sont suffisamment graves pour que la communauté internationale cherche et touve des solutions rapidement à moins de prendre des risques inconsidérés sur la stabilité du monde.

    Eric Martin, ouvrez les yeux !

  • kanjo , 10 Juin 2017 à 22:44 @ 22 h 44 min

    eric-p
    la problématique vient en partie de l’échelle de temps : le réchauffement existe peut-être par rapport aux années 1970 qui étaient relativement froides, mais par rapport au moyen-âge, on est encore bien loin d’un réchauffement ! N’oubliez pas que le Groenland était un pays vert quand les Vikings s’y sont installés, il y a mille ans. Cette île est aujourd’hui couverte de glace.
    Il vaudrait mieux se soucier de la pollution, du 6e continent, du gaspillage et du risque de pénurie de ressources naturelles non renouvelées parce que surexploitées, qui sont de vrais problèmes et sur lesquels on peut agir, plutôt que sur la température de la terre sur laquelle on ne sait pas grand chose et on peut encore moins.
    Quant aux pays qui ont signés l’accord, certains l’ont fait car ce n’est pas contraignant pour eux, ils pourront continuer à vivre comme avant, d’autre l’ont signé car ils se fichent comme d’une guigne de ce papier, c’est juste pour se faire bien voir, d’autres encore, du fait de la raréfaction de leurs ressources, seront obligés d’en diminuer leur consommation.
    Je pense notamment à la Chine qui va arrêter de brûler du charbon, non parce qu’elle a signé l’accord de Paris, mais parce qu’elle n’a presque plus de charbon. L’accord lui permet de bénéficier d’un transfert de technologie pour se passer…de charbon.

  • LA PIVE , 11 Juin 2017 à 6:05 @ 6 h 05 min

    Je me souviens qu’il y a un peu plus de 30 ans, on nous parlait du trou dans la couche d’ozone, maintenant on entend plus rien à ce sujet, c’est il rebouché de lui même, c’est il ouvert encore plus, enfin ce qui est certains, plus personne n’en parle, ce n’est plus tendance, c’est le réchauffement qui occupe les esprits, en 2010 je visitais la haute Savoie et sur le versant inverse de l’aiguille du midi, le brévent je crois il y avait une exposition sur panneau, fort intéressante qui parlait des glaciers et il était mentionné qu’à une certaine époque pas si lointaine ces mêmes glaciers avaient fondus et étaient devenus plus peau de chagrin que ce qu’ils sont actuellement pour ensuite revenir plus important, donc auparavant sans la vie moderne, ces même glaciers ont fondu suite à un réchauffement climatique qui c’est ensuite inversé. Je me suis rendu compte que ces explications véridiques n’avaient rien à voir avec ce que l’on nous raconte actuellement, dans 40 ans on nous parlera surement d’autre chose que du réchauffement climatique, ce sera une nouvelle tendance.

  • Boutté , 11 Juin 2017 à 18:33 @ 18 h 33 min

    Personne ne met en doute ce réchauffement fort modeste au demeurant. Ce qui est objet de discussion et d’incertitude , c’est la cause anthropique liée donc à l’activité des hommes. Le fait que de tels évènements soient apparus dans le passé c’est-à-dire avant l’Ère Industrielle, ainsi que des glaciations apporte un clair démenti.Que l’homme ait
    les moyens de le limiter est plausible mais incertain.
    J’ai vécu 4 ans en Polynésie, des Gambiers à Rurutu et connais plus de trente atolls.
    J’y ai encore des amis et nous nous écrivons de temps à autre. Selon les Ecolos des années 80 ces Atolls devaient avoir disparu en 2007 . Ils se portent bien, merci, et il fait bon y vivre !

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen