Rue 89 traite Tony Abbott de «gros beauf»

Dans un article creux et de piètre qualité qui ressasse les poncifs du Monde sur Tony Abbott, la journaliste Renée Greusard écrit que Tony Abbott est un “gros beauf”.

Une déclaration qui frôle le snobisme, ai-je immédiatement pensé. René Greusard doit avoir un papa ex-ministre ou grand industriel et une maman “écrivaine” féministe ou avocate pour oser écrire de la sorte sur Tony Abbott.

Il semblerait que non. Car Renée Greusard n’est pas Véziane (de Lévézou) de Vézins, qui officie brillamment au Figaro. Voici une photo de celle qui se croit autorisée à vomir sur le nouveau Premier ministre australien uniquement parce qu’il est de droite, comme d’autres tentaient il y a quelques années – en toute impunité – de nous faire passer les frères Kaczyński pour des psychopathes et George W. Bush Jr. pour un demeuré :

 

lol.

Renée Greusard travaille au Mouv’ (0,4% d’audience, principalement dans les banlieues, je ne parle pas de Versailles ou de Boulogne…) et chez Rue 89 où elle écrit sur le sport mais aussi, c’est tendance, sur le sexe. Et manifestement, elle n’a pas l’impression d’être elle-même une “grosse beauf” !

Autres articles

21 Commentaires

  • Eric Martin , 9 Sep 2013 à 22:02 @ 22 h 02 min

    @ Manuel Atréide : ou voyez-vous que je demande l’interdiction de ce papier ou le licenciement de la journaliste ? Nulle part.

  • pi31416 , 10 Sep 2013 à 2:05 @ 2 h 05 min

    Abbott sexiste? Selon rue89, Abbott “s’était lancé dans une tirade sur le repassage” en disant “Les femmes au foyer australiennes doivent comprendre que si elles apportent leur linge à repasser au pressing, elles vont payer plus cher, mais en même temps, leur facture d’électricité sera plus élevée si elles font leur repassage elles-mêmes”. Mince de tirade!

    Ce que rue89 se garde bien de nous dire, c’est que c’était à propos de la taxe carbone et combien elle augmenterait le coût de la vie dans tous les domaines. Et que c’était lors d’une tournée électorale, en février 2010, à l’occasion de laquelle il visitait une blanchisserie. Parler de repassage dans une blanchisserie c’est sexiste? Ah non, c’est “femmes” qui est sexiste alors? Il y a deux blanchisseries près de chez moi, toutes deux sont tenues par des femmes et emploient des femmes. C’est pas sexiste, ça? Mais alors, comment on les appelle, ces femmes, pour éviter l’étiquette “sexiste”? Des personnes 1 et des personnes 2? Peu importe, l’essentiel c’est que ça détourne l’attention du vrai sujet de la “diatribe” de Abbott à cette occasion: les retombées nuisibles de la taxe carbone.

    Cela vous convient-il, monsieur l’intrépide Atréide? Alors, qui fait de la réinformation ici?

    Pour ceux qui voudraient vérifier, voici l’article original, paru dans le quotidien “The Australian”: http://tinyurl.com/yk5blla

  • jean-luc , 10 Sep 2013 à 8:50 @ 8 h 50 min

    Vous dites “journaliste”, vous êtes sûr que c’est le bon terme pour qualifier ces bons à rien (qui savent à peine écrire) partisans qui n’ont rien à faire de la réalité ?

  • jean-luc , 10 Sep 2013 à 8:59 @ 8 h 59 min

    Elle a l’air totalement idiot. Mais quand on voit le président…

  • Kanjo , 10 Sep 2013 à 11:01 @ 11 h 01 min

    et alors ! quand est de mauvaise foi, il est bien plus commode de sortir de leur contexte des morceaux de phrase : comme ça, on peut faire dire n’importe quoi à n’importe qui.
    à titre d’exemple, et selon le même principe de phrase tronquée, le psaume 10 dit “il n’y a pas de Dieu” …à la seule condition “d’oublier” la phrase précédente “l’insensé dit en son cœur “

  • tonton de la tontounette , 10 Sep 2013 à 12:01 @ 12 h 01 min

    on voit tout de suite le genre !

  • Bellarmin , 10 Sep 2013 à 16:52 @ 16 h 52 min

    Sans rien connaître de l’Australie ni de sa vie politique, Mme Renée Greusard porte un jugement terriblement “beauf” sur le futur premier ministre du pays des koalas et des wallabys.
    C”est quoi être “beauf” ? C’est précisément porter des jugements péremptoires sur les humains et les choses sans les connaître. C’est l’esprit typiquement français des ” brèves de comptoir”. Je suis prêt à, parier dix mille dollars australiens que cette jeune femme sera très bientôt et prématurément une “grosse beauf”. Elle est déjà sur la bonne voie !

Les commentaires sont fermés.