“Le Monde” à la rencontre de ces “adulescents” fans de “My Little Pony : Friendship is Magic”

“My Little Pony : Friendship is Magic” est un des révélateurs de la féminisation et de l’immaturité de notre société, entre ces politiques, “artistes” et militants bloqués au stade anal et ces jeunes hommes fans d’un dessin animé destiné aux petites filles :

Autres articles

9 Commentaires

  • Polycop , 10 Nov 2014 à 16:56 @ 16 h 56 min

    Ce phénomène existait déjà depuis 2011
    Pour ma part j’en ai fait le tour et je peux dire qu’il est “inoffensif” ( sauf entre les mains de politiques sans scrupules et des journalistes qui n’en voient que des attardés mentaux en conventions)
    quelques points sont à éclaircir :

    – Les “Bronies” n’ont pas d’attache politiques, ils s’en moquent
    – Ils sont pour la plupart hétérosexuels ( 80% déclarés) ce qui est toujours mieux que le “tous gays” qu’on a tendance à leur collés
    – Les conventions où ils se rassemblent sont plus un échange sur le show “My little pony” et geek, les cosplays ( des hommes qui s’ahabillent avec une corne et des oreilles de cheval par exemple) sont avant tout pour l’amusement , l’image d’un délire conscient et très second degré. On le fait parceque c’est drole et que ça épate la galerie ; c’est l’exposition de fans sur leur série et surtout pas sur la promotion du gender !
    – les bronies expriment plus une tendance paternel, un sentiment de protection envers tout ce qui est mignon dans cette série . Et pas une féministation des jeunes gens.
    – la vague de création ( images, peintures, comics, videos ) a attiré l’attention de beaucoup de personnes et la recherche du beau et des valeurs que suscite la série n’est en rien un malus.

    Après il est vrai que malheureusement, certaines dérives ont entraînés des images pornographiques absolument infâmes; mais mêmes les “bronies” trouvent cette dérive marginal qui nuit à l’image de la série et de cette communauté

    Au final cette communauté qui a commencé par un délire de jeunes a finis sur une communauté mu par la créativité et l’échange , sous couvert du second degré ( on ne peut que rire dans un tel mouvement) et non une dérive général de personnes sans moral.

  • kanjo , 11 Nov 2014 à 0:12 @ 0 h 12 min

    que des adultes regardent avec plaisir un dessin animé n’est pas choquant, mais qu’ils s’affichent avec des queues ou des crinières roses et se revendiquent d’une communauté, ça frise le ridicule.
    Perso, je n’ai jamais vu cette série, j’ignorais même son existence, j’avais simplement vu des fillettes jouer avec des petits poneys, sans faire le rapprochement avec la télé.
    La question que je me pose, vu le reportage, c’est : des fillettes sont-elles censées reconnaitre des morceaux de films qu’elles sont trop jeunes pour avoir vus ? Est-ce que cette série est vraiment faite pour les petites filles ?

Les commentaires sont fermés.