L’UMP oublie de rendre hommage au Général de Gaulle, pas Florian Philippot

rapporte Le Lab d’Europe 1 :

« Cela fait 44 ans que le général de Gaulle est décédé. L’ombre du premier président de la 5ème République plane pourtant toujours au-dessus de la vie politique française, comme en témoigne le discours de Nicolas Sarkozy, vendredi 7 novembre, porte de Versailles. Celui qui ambitionne de succéder à Jean-François Copé à la tête de l’UMP n’a eu de cesse d’évoquer le général.

Pourtant, aucun cadre de l’UMP n’a fait le déplacement, ce dimanche 9 novembre, à Colombey-les-Deux-Églises, pour rendre hommage à l’ancien président, décédé le 9 novembre 1970. Florian Philippot était lui bien présent. »

Articles liés

40Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • hermeneias , 11 novembre 2014 @ 11 h 43 min

    70 , 80 ou 20 printemps …..

    ça ne change rien à l’affaire disait Brassens …..Quand on l’est on l’est …..

    Les gaullistes , et plus encore le gaullISME , qui ont suivi illustrent parfaitement et développent le VICE initial du fondateur qui se prenait pour LA « FRAAAAANCE » ce minable bouffon , imbu de lui même , et saquait sans pitié ceux qui avaient le mauvais goût de s’opposer à lui quelques soient leurs motifs et leur valeur ….( cela faisait de l’ombre à monsieur sans doute ).

    La question que j’en viens à me poser est celle des conditions , des manigances , des accords et des groupes plus ou moins obscurs qui ont permis l’accession de degaulle au pouvoir ….
    Les conciliabules avec J.Moulin et cie pour imposer ce dernier , rad soce , comme chef de la résistance devrait nous donner une petite idée et aussi ce qui s’est passé en Afrique du Nord pour que degaulle évince un Giraud qui lui était supérieur dans beaucoup de domaines .

    Rien n’imposait le réfugié de Londres , « résistant » d’opérette , comme chef de l’état français si ce n’est de petits arrangements entre « amis »

  • Pascal , 11 novembre 2014 @ 11 h 52 min

    Comme dirait l’ami Zemmour, il n’y a plus d’UDF parce que l’UMP s’est muté en UDF. Exit les reliquats du MRP et du RPR ! Du coup l’UMP fait un acte manqué pas si manqué que cela en ne faisant pas le pèlerinage de Colombay-les-Deux-Eglises pour confirmer que « Lecanuet c’est moi » pendant que Philippot et Dupont-Aignan se disputent l’onction pour pouvoir s’exclamer « l’Etat c’est moi ».

  • Droal , 11 novembre 2014 @ 12 h 15 min

    Le jour de l’enterrement du Général de Gaulle, Yvonne de Gaulle s’adresse à Alain Peyrefitte: « Il a été miné par le chagrin, me dit-elle. Vous n’imaginez pas à quel point il a souffert. » Alain Peyrefitte proteste qu’il ne pouvait pas trouver de plus belle fin ; que les Français commençaient à se repentir de leur vote ; que la légende de cet homme, si contesté de son vivant à cause des décisions courageuses qu’il avait du prendre, prenait déjà son essor. Rien n’y fait. Yvonne de Gaulle s’obstine à répéter : « Il a tant souffert. Cette mort est pour lui une délivrance. »

    La dernière fois que De Gaulle s’adressa aux Français, ce fut deux jours avant le référendum du 27 avril 1969 qui portait un projet de loi sur la réforme du Sénat et des régions. Ce référendum fut repoussé par 52,41% des suffrages exprimés :

    « Votre réponse va engager le destin de la France, parce que, si je suis désavoué par une majorité d’entre vous, solennellement, sur ce sujet capital et quels que puissent être le nombre, l’ardeur et le dévouement de l’armée de ceux qui me soutiennent et qui, de toute façon, détiennent l’avenir de la patrie, ma tâche actuelle de chef de l’État deviendra évidemment impossible et je cesserai aussitôt d’exercer mes fonctions. »

    Le 14 mai 1969, Charles de Gaulle écrit une lettre à sa sœur Marie-Agnès:

    « Quant aux évènements, il s’est produit ce qui devait un jour arriver. Les Français d’à présent ne sont pas encore redevenus un assez grand peuple pour porter, à la longue, l’affirmation de la France que je pratique en leur nom depuis trente ans. Mais ce qui a été fait sous cette égide, d’abord pendant la guerre, ensuite au cours des onze dernières années, a été d’une telle dimension que l’avenir est de ce côté-la. La période de médiocrité dans laquelle notre pays vient d’entrer en fera bientôt la démonstration. »

    Est-ce que le « petit reste » du peuple français reste encore un assez « grand peuple » – à la longue – pour porter une affirmation de la France de cette « dimension » au cas ou la Providence enverrait Quelqu’un ou Quelqu’une ou les deux?

    Bien entendu on peut penser que « Le gaullisme, après tout, n’est peut-être qu’un poujadisme aux dimensions de l’univers. » comme l’affirmait F. Mitterrand. C’est-à-dire que le « gaullisme » serait la défense du petit commerce (poireaux, haricots, choux fleurs, salsifis, betteraves, rutabagas) à l’échelle non seulement de la planète, mais que çà concernerait aussi toutes les galaxies, bien au-delà de la constellation du fox-terrier à poil dur .

    On sait bien, que par-ci par-là, il reste encore quelques lambeaux du peuple français plus ou moins jeunes, plus ou moins dépressifs ou dépressives et vaguement vivants ou vivantes, qui s’accrochent à l’existence comme le pendu s’accroche à la corde qui le maintient entre ciel et terre, au vu et au su de tous et de chacune.

    Et la corde ce fut un temps et par exemple, l’ancien chef de l’UMP, un certain Nicolas S. de vénérée mémoire (non pas pour tout ceux et celles qui détestent la France de haine pure) mais pour tout ceux qui n’en ont STRICTEMENT rien à foutre, hier, aujourd’hui et demain.

    Quant à Florian Philippot, c’est plus l’avenir qui dira qui il est.

    En ce qui concerne le FN, il y aura toujours un malaise et une « division » d’autant plus puissante qu’elle est subtile. On sait que F. Mitterrand fut l’ennemi efficace le plus fidèle de De Gaulle. N’en parler jamais, y penser toujours. F. M. su admirablement mettre un coin entre « la droite » et « l’extrême-droite », ce qui rapporte énormément, encore aujourd’hui.

    « rapporte » signifie PERDRE DU TEMPS…

  • hermeneias , 11 novembre 2014 @ 14 h 55 min

    Un vrai parti de la France devrait garder avec degaulle une distance critique , une distance vis à vis de l’historiographie officielle nationale ad hoc .

    Mais non , le front nationaliste est coincé dans son idéologie ….nationaliste qui voit la nation hors de l’histoire , hors de tout sens , de toute intelligence , comme un absolu et est incapable d’avoir un regard critique ( c’est à dire intelligent ) et finit par sacrifier aux idoles et mythologies nationales et par ingurgiter le prêt à penser dont nous sommes gavés ….

    Philippot de l’ena est une de ses oies gavées et la marine le prend pour un génie …..la pauvre

  • Observateur , 11 novembre 2014 @ 16 h 25 min

    De Gaulle, sans sa médiocre guerre de 14, reddition en pleine bataille décisive de Verdun, puis pas de tentative d’évasion, serait mort le 11 Novembre, via l’acharnement thérapeutique, ou manipulation de dates.
    Pourquoi, pas de photo sur son lit de mort !

  • Observateur , 11 novembre 2014 @ 17 h 24 min

    Gaulle en trompant Pétain, les Harkis, les Pieds Noirs, l’Armée, a détruit le patriotisme en France. Son bilan c’est mai68, il a compris son échec.

    Donner le pouvoir au FLN quelle catastrophe. avec le Sahara qu’il ne réclamait
    pas !

    La Paix en Europe, ce sont les Américains et les Soviétiques qui la détenaient

  • louis-marie , 11 novembre 2014 @ 17 h 34 min

    c’est surprenant de voir à quel point vous ne pouvez vous exprimer sans aigreur, invective, mépris de votre interlocuteur….vous devriez vous ménager, cela finira par vous porter sur l’estomac

Les commentaires sont clôturés.