VIDÉO | La finance islamique séduit de plus en plus d’étudiants à Paris-Dauphine

Depuis la crise de 2008, la finance au sens large ne bénéficie pas d’une image très reluisante. François Hollande l’avait dit lors de la campagne présidentielle : “l’ennemi c’est la finance”. Face à ce constat, d’autres moyens financiers se développent : c’est le cas de la finance islamique qui se veut plus éthique que la finance traditionnelle. A Paris, l’université Dauphine propose un master de finance islamique depuis quelques années. Il n’en existe que deux de ce genre en France. Reportage de Tangi Kerhoas et Myriam Zehar.

Autres articles

9 Commentaires

  • Pascal , 10 Nov 2014 à 11:18 @ 11 h 18 min

    On peut dire Merci à Christine Lagarde (et donc à Sarkozy par la même occasion) artisan de l’introduction de la charia dans notre économie par le biais de la finance islamique qu’elle a imposée par des aménagements réglementaires après que la modification du Code civil eut été retoquée par le Conseil constitutionnel (recours de parlementaires PS). Le Conseil constitutionnel avait statué non pas sur le fond – introduction du droit islamique dans le droit positif français – mais sur la forme : la modification était incluse et noyée habilement dans une loi sur les PME sans aucun rapport avec la question. A l’époque il y eut un éphémère sursaut patriotique de l’ensemble de la gauche contre cette modification du droit positif français au bénéfice de la charia :
    http://blog.pascalolivier.fr/post/2009/09/18/Quand-la-gauche-s-eveillera-l-islam-tremblera

  • thierryl , 10 Nov 2014 à 13:16 @ 13 h 16 min

    Autant interdire des activités économiques du genre de l’élevage porcin me semble rétrograde, autant avoir des systèmes économiques alternatifs qui privilégient l’investissement sur l’accumulation de l’argent qui débouchent sur le prêt, me paraît bien.

    D’ailleurs pourquoi ne pas reprendre cette idée et s’ne inspirer, mais répliquer l’intégralité de la finance islamique me paraît assez ridicule. Nous avons le droit de faire le tri entre le bon grain et l’ivraie, les bonnes et mauvaises mesures.

  • flammande , 10 Nov 2014 à 17:58 @ 17 h 58 min

    Derrière les faux-nez, les louables intentions… L’islam avance ses pions !

  • Monsieur T , 10 Nov 2014 à 19:10 @ 19 h 10 min

    L’interdiction de l’usure est une bonne chose dans la lutte contre la rapacité apatride et elle est dans les textes du magistère catholique, si vous voulez luttez contre la spéculation financière et en même temps empêcher que ce soit la finance islamique qui s’impose comme solution anti-usure, vous savez ce qu’il vous reste à faire, il y a aussi le distributisme théorisé par Chesterton et Belloc. Quelque part l’islam est un excellent fouet pour réveiller certains cathos tièdes ou endormis.
    Voici quelques textes issus du Denzinger pour rappel :
    280
    (Chap.3). Nous avons estimé également ne pas devoir passer sous silence le fait que certains, qui sont captivés par l’envie d’un gain honteux, se livrent à des trafics usuraires, et veulent s’enrichir par le prêt à intérêt ; et que cela vaille, je ne veux pas dire pour ceux qui sont établis dans un office clérical, mais aussi pour des laïcs qui veulent être appelés chrétiens, nous le déplorons beaucoup. Nous décrétons que l’on sévisse plus vivement contre ceux qui en auront été trouvés coupables, afin que soit éloignée toute occasion de pécher.
    281
    (Chap.4) Nous avons estimé également devoir rappeler qu’aucun clerc ne doit tenter de pratiquer le prêt à intérêt, pas plus au nom d’autrui qu’en son propre nom : il ne convient pas en effet de commettre un forfait pour soi-même en vue de l’avantage d’autrui. Nous devons considérer et pratiquer seulement ce prêt à intérêt qui consiste en ce que ce que nous accordons ici avec miséricorde, nous pouvons le recevoir à nouveau du Seigneur qui accordera avec abondance ce qui demeurera toujours.
    716
    Can. 13. Détestable et scandaleuse au regard des lois divines et humaines et rejetée par l’Ecriture dans l’Ancien et le Nouveau Testament est l’insatiable rapacité des usuriers : aussi la condamnons-nous et l’excluons- nous de toute consolation de l’Eglise, ordonnant qu’aucun archevêque, aucun évêque ou abbé de quelque ordre que ce soit ou aucun clerc ordonné n’ose admettre des usuriers aux sacrements sans une extrême prudence. Qu’ils soient tenus pour infâmes toute leur vie et privés de sépulture ecclésiastique s’ils ne viennent pas à résipiscence.
    764
    Ta bonté Nous a interrogé sur le point de savoir si dans le jugement des âmes il faut considérer comme un usurier celui qui, parce que autrement il ne prêterait pas, prête de l’argent dans la conviction que, même sans l’existence de tout contrat, il recevra plus que son capital ; ou si quelqu’un encourt la même punition si, comme on le dit communément, il ne donne pas son assentiment à un serment jusqu’à ce que, même sans l’exiger, il en tire quelque avantage ; et si un marchant doit être condamné de la même peine s’il vend ses marchandises à un prix bien plus élevé lorsque le laps de temps qui va jusqu’au paiement est notablement plus long, que dans le cas où le prix d’achat lui est payé aussitôt.
    Mais puisqu’on apprend clairement dans l’évangile de Luc à quoi il faut s’en tenir dans ces cas, lorsqu’il y est dit : ” Prêtez sans rien espérer en retour ” Lc 6,35, il faut juger que de telles personnes agissent mal à cause de leur intention de lucre – car toute usure et tout surplus dans la restitution sont défendus par la loi -, et dans le jugement des âmes ils doivent être poussés fermement à restituer ce qu’ils ont acquis de cette manière.

    etc, etc…

  • Français désabusé , 11 Nov 2014 à 8:59 @ 8 h 59 min

    Vu que la mafia j… et ces intérêts exorbitants escroquent les Français depuis des décennies (et bien d’autres dans le monde) il est logique que des gens, soient attirés par des prêts à taux zéro !

  • penelope , 11 Nov 2014 à 11:12 @ 11 h 12 min

    je trouve que ces jeunes devraient afin d’être tout à fait en adéquation avec les coutumes de ces pays,aller étudier dans ces pays,ils seraient très immergés au moment de se lancer dans le bisness;pourquoi vouloir apprendre ici,dépenser de l’argent peut-être sans effets,où de faire payer leurs études par d’autres;il faut être franc et sincère avec soi-même et les autres.

  • kanjo , 11 Nov 2014 à 15:07 @ 15 h 07 min

    peut-être y a t-il parmi eux celui qui saura transposer en finance saine et laïque certaines pratiques apprises là. Ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain !
    Les prêts à intérêts sont la cause de la ruine de la France. Je parle des 2000 milliards de dettes. Si une autre politique financière est possible, il est bon de l’étudier, d’en enlever certaines pratiques religieusement orientées, comme l’interdiction de l’élevage du porc, et d’appliquer ce qui est bon.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen