Le conseiller de Paris Patrick Trémège (UMP) vit dans un HLM de 90m2 et compte bien y rester

Conseiller de Paris depuis des décennies, Patrick Trémège ne perd pas une occasion de critiquer la politique de la Ville en matière de logement social (« A force de construire des logements sociaux, nos quartiers se paupérisent, » déclarait-il avec raison au Point en 2012) mais cela ne l’empêche pas de profiter du système, révèle Marianne : il occupe lui-même depuis 1993 un sympathique appartement de 90 m2 avec garage et balcon face à un joli square, dans le XIIIe arrondissement de la capitale, appartenant au bailleur social 3F.

Lors de la bataille pour la Mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet, dont Patrick Trémège portait haut les couleurs, avait pourtant été claire : aucun conseiller UMP élu ne pourrait bénéficier d’un logement social. « Question de décence », avait justifié NKM à 20 minutes, en rappelant que 130 000 ménages parisiens étaient sur liste d’attente. Patrick Trémège n’en a cure, il n’entend pas déménager.

Articles liés

12Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • emeraude , 12 octobre 2014 @ 17 h 05 min

    Le pb comme le dit très justement Pénélope, c’est que si des logements se libèrent ils sont attribués en priorité aux étrangers…Pas besoin de travailler : la CAF paie le loyer avec une APL quasi équivalente au loyer !
    Est-ce raciste ou réaliste de dénoncer cela ?

  • Antoine 31 , 13 octobre 2014 @ 8 h 16 min

    Il faut remettre de l’ordre ….une guerre civile !!!

  • vent d'est , 14 octobre 2014 @ 13 h 28 min

    prenons patience 2017 n’est plus très loin il nous reste encore quelques dents pour voter correctement et là on va faire un sacré ménage

  • vent d'est , 14 octobre 2014 @ 13 h 34 min

    “ménage” pour moi c’est vider ceux qui sont nantis, et qui sont dans des appartements qui sont destinés aux ménages les plus modestes trop de passe droits tolérés à gauche comme à droite

  • marcS , 14 octobre 2014 @ 13 h 51 min

    Malheureusement une guerre civile , outre les misères colatérales qu’elles occasionnent, ne font que remplacer les pourris d’avant par des pourris d’après. Le plus bel exemple est donné par la révolution française de 1789.
    La nature humaine est ainsi faite !!!

Les commentaires sont clôturés.