Le lendemain d’une mégamarche pour la liberté d’expression, Dieudonné blasphème : ouverture d’une enquête pour apologie du terrorisme

Le parquet de Paris a ouvert lundi 12 janvier une enquête pour apologie du terrorisme visant les propos tenus par Dieudonné sur sa page Facebook, dans lesquels il affirmait se sentir « Charlie Coulibaly », du nom du tueur du supermarché casher de la porte de Vincennes, a annoncé au Monde une source judiciaire.

Dimanche 11 janvier, après avoir participé à la grande marche à Paris, Dieudonné avait écrit sur son profil Facebook à 20 h 34 : « Après cette marche héroïque, que dis-je… Légendaire ! Instant magique égal au Big Bang qui créa l’Univers… Ou dans une moindre mesure (plus locale) comparable au couronnement de Vercingétorix, je rentre enfin chez moi. Sachez que ce soir, en ce qui me concerne, je me sens Charlie Coulibaly. »

La liberté d’expression, c’est pour Charlie, pas pour les autres.

Ainsi, un Strasbourgeois âgé de 30 ans est jugé lundi par le tribunal correctionnel de Strasbourg pour s’être félicité sur Facebook de l’attaque terroriste qui a visé Charlie Hebdo.

Dans ce cas de figure, il n’y a pas de doute sur le fait qu’il s’agit d’un acte de terrorisme. Mais rappelons-nous que d’authentiques résistances ont été qualifiées de terroristes par des Etats les combattants et que la question de l’apologie du terrorisme est un terrain très glissant. Alors, plutôt que de s’en prendre à la liberté d’expression, arrêtons l’immigration et expulsons pacifiquement ceux qui ne se sentent pas Français.

Articles liés

26Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Xav , 12 janvier 2015 @ 15 h 49 min

    Afin de défendre le droit à l’irrévérence, nous vous sommons de montrer du respect ! Sinon, poursuite pénale, non mais oh ! Et pour montrer notre attachement à la liberté d’expression, nous condamnerons tous ceux qui exprimerons des opinions différentes !

    Je suis sûr que Molière n’aurait pas osé… Mais avec les tartuffes aux manettes (politiques et surtout médiatiques), je me retrouve à sortir cette phrase au moins une fois par mois…

  • eric-p , 12 janvier 2015 @ 15 h 55 min

    Eh oui mais Dieudonné ne s’est pas rendu compte qu’il a commis le dérapage de trop !

    Quand un énergumène assassine froidement et apparemment gratuitement
    une policière municipale et quatre français de confession juives, on ne peut pas écrire
    ce qu’il a écrit….y compris en invoquant la liberté d’expression.

    Dieudonné tombe sous le coup de la loi et va devoir payer son antisémitisme manifeste
    (quoiqu’il en dise).

  • Xav , 12 janvier 2015 @ 16 h 29 min

    La liberté d’expression est une arme à double tranchant.

  • FLANDRE , 12 janvier 2015 @ 17 h 40 min

    Je rêve d’une France – enfin des vraies lumières – où chacun pourrait exprimer, sans aucune contrainte, ce qu’il souhaite : Que la terre est plate, que Jeanne la Bonne Lorraine était un homme, qu’Hitler est un bienfaiteur de l’humanité et Pasteur une canaille …
    Qui cela dérangerait-il ? Beaucoup me prendraient pour un fou gentil. Ferais-je du mal, porterais-je préjudice à quelqu’un en proférant ce que certains prendraient pour des idioties, d’autre pour un langage codé !
    Au nom de la transparence, puis-je encore m’exprimer ? Demander des comptes à nos « dirigeants », nos élites comme on dit à la télévision ou bien, assimilé à un terroriste, la toile me sera-t-elle interdite.

  • Diex Aïe , 12 janvier 2015 @ 17 h 59 min
  • Alex , 12 janvier 2015 @ 18 h 03 min

    Aucun exercice de la liberté d’expression n’est jamais découplé d’actes ou de volontés de passer à l’acte.

    L’expression est donc aussi une forme d’acte.

    L’expression s’inscrit enfin dans une relation animale des Hommes entre eux.

    L’Homme s’exprime tout comme un tigre va froncer le regard pour voler la femelle à un autre tigre ou tout comme un éléphant va barrir sur un lion pour protéger l’éléphanto.

    L’expression est animale. Elle est toujours animale. S’exprimer, c’est de l’animalité.

    Prendre un crayon et dessiner n’est jamais un acte isolé de l’animalité humaine.

    La liberté d’expression est une liberté qui sera à jamais irrésolue et insoluble.

    On ne peut donc ni soutenir une totale liberté d’expression, ni non plus, condamner une totale liberté d’expression.

    Le bon sentiment et la bonne politique doit être agnostique à l’égard de la liberté d’expression, car aucun exercice de cette liberté ne sera jamais totalement satisfaisant.

    C’est pour cela que la liberté d’expression, ce n’est jamais un droit, jamais une loi, mais ce n’est toujours qu’une civilisation.

    Le rire est le propre des civilisations, des peuples, des ethnies, des différentes tribus qui peuplent l’espèce humaine.

    Aucune tribu humaine ne rie de la même chose et de la même manière qu’une autre.

    Le sacré dans les tribus et peuples humains, est le pendant du territoire chez les animaux.

    Des individus qui ne partagent pas le même sens du sacré, comme pour les animaux, ne peuvent pas partager le même territoire.

    D’où l’échec scientifiquement inéluctable du multiculturalisme, tel que nous l’expliquent les anthropologues et les biologistes depuis 40 ans, alors qu’ils sont censurés par l’OMS, par l’ONU, par Washington, par Bruxelles et par la République.

    Seul le syncrétisme permet de fusionner des meutes humaines pour qu’elles ne fassent plus qu’une seule et même nouvelle meute.

    Le christianisme était le syncrétisme occidental, l’islam est l’absolutisme oriental.

    Un syncrétisme n’est pas un absolutisme.

    Le christianisme n’est pas l’islam et l’athéisme est aussi une croyance bien qu’elle prétende ne pas en être une.

    Ma conclusion sera donc la suivante :

    Il faut contraindre les populations au syncrétisme et cela passe par l’éveil de toutes les populations à la liberté de conscience, par la confrontation obligatoire pour tous avec des idées qui ne sont pas celles de chacune des tribus humaines.

    Concrètement, il faut mettre en place une législation anti-secte qui va obliger les mosquées, mais aussi les synagogues, les temples new-age et les loges maçonniques à héberger dans leurs lieux de culte des débats contradictoires auxquels les fidèles auront l’obligation d’assister s’ils veulent maintenir leur droit de culte.

    Pour la liberté d’expression, il en va de même.

    Dieudonné est un agent iranien financé pour fomenter des troubles en France et aujourd’hui lorsqu’il soutient Coulibaly, ce n’est pas de l’humour, mais une claire volonté d’inciter son public à commettre de nouveaux crimes contre ceux qui n’adhèrent pas à la conception islamique de la liberté d’expression.

    Dieudonné ne soutient pas la liberté d’expression, il soutient sa liberté d’expression, sa conception islamique et nazi de la liberté d’expression.

    Dieudonné doit donc pouvoir s’exprimer, mais au lieu de le censurer, il faudrait l’obliger par la loi à se soumettre à la contradiction.

    Au lieu de censurer Dieudonné qui soutient les terroristes, il faut obliger Dieudonné à se confronté à la contradiction de cette idée criminelle.

    A moins qu’il ne soit trop tard et qu’il faille simplement éliminer Dieudonné, le renvoyer en Iran, entre 4 planches.

  • Alainpsy , 12 janvier 2015 @ 18 h 36 min

    Je retiens la dernière phrase pleine de bon sens dans ce contexte agité : “arrêtons l’immigration (essentiel) et expulsons pacifiquement ceux qui ne se sentent pas Français “(multi-récidivistes, prosélytes, rappeurs appelant à la haine des Français, profiteurs, etc…etc…chômeurs de très longue durée vendeurs de fumée etc…femmes burkanisées ou hijabisées récidivistes, frères musulmans, djihadistes etc…) Ne sens-tu pas refleurir le pays ?

Les commentaires sont clôturés.