Pour Claude Guéant la «blague» de François Hollande sur Benoît XVI est «déplacée»

Claude Guéant n’a pas apprécié la « blague » de François Hollande sur Benoît XVI et l’a fait savoir. A l’occasion d’une conférence de presse en compagnie du président nigérian Goodluck Jonathan lundi soir, François Hollande a déclaré vouloir « laisser l’Église catholique déterminer comment elle entend organiser (la) succession » de Benoît XVI avant d’ajouter, sourire aux lèvres : « Nous ne présentons pas de candidat ».

Le propos de trop pour Claude Guéant qui a estimé mardi matin, sur Canal +, que « faire une blague à propos d’une décision aussi digne, ce n’est pas bien, c’est déplacé ». Et d’ajouter : « Chacun sait que François Hollande n’est pas très favorable aux religions en général et à la religion catholique en particulier ».

Cette légèreté du Président a d’ailleurs été suivie par ses ministres puisque Michèle Delaunay, ministre délégué aux Personnes âgées a posté le tweet suivant, avant de la retirer : « Je dois bien reconnaître que, à tort ou à raison, Benoît XVI a omis de me consulter avant de prendre sa décision ».

L’ancien ministre de l’Intérieur a ainsi déclaré : « Ils ont blagué sur une personnalité d’une telle ampleur, je trouve que ce n’est pas bien ».

Autres articles

67 Commentaires

  • clotilde , 15 février 2013 @ 12 h 11 min

    Prions DIEU de nous redonner un vrai roi catholique car sous la royauté française il n’y avait pas de lois contraires à la religion catholique et la France était alors le premier pays au monde

  • farfelu , 15 février 2013 @ 13 h 13 min

    je vous plaints vous ne comprenez rien faut vous soigner.

  • Tarantik , 15 février 2013 @ 18 h 40 min

    Degabesatataouine

    Je peux en effet rectifier comme suit :
    Il fait de l’humour de client de bistrot à propos d’un Chef d’Etat, de surcroît Chef de l’Eglise catholique qui compte plus d’un milliard d’âmes (1, 2 je crois).

    Il n’empêche que la personne qui fait les frais de son “humour” à trois sous est bien le Pape.
    Personne d’autre…

  • AL , 15 février 2013 @ 19 h 00 min

    “les cons osent tout, c’est précisément à cela qu’on les reconnaît”. l’auteur de ce mot a mille fois raison.

  • Banro , 15 février 2013 @ 19 h 03 min

    Voici un article de Robert Ménard sur le sujet et dont les commentaires ne manquent pas de piquant.

    « La décision courageuse du pape suscite le respect » a déclaré François Hollande. Avant d’ajouter : « La République n’a pas à faire davantage de commentaire sur ce qui appartient d’abord à l’Eglise. » On ne peut pas dire que le chef de l’État se soit donné beaucoup de mal. Le minimum syndical. On pourrait même parler d’une certaine désinvolture, pour ne pas dire d’un manque de respect à l’égard du milliard de croyants que la décision de Benoit XVI a pris au dépourvu, étonnés et même bouleversés.
    Mais tout cela n’a que peu d’importance aux yeux de François Hollande. On l’a même vu, lors d’une conférence de presse, aux côtés du président nigérien, ironiser : « Nous n’aurons pas de candidat. » Comme un coup de pied de l’âne pour cette église qui a osé le contester sur le mariage gay et, demain, sur l’euthanasie. De la petite politique politicienne. Quand je pense que certains brocardaient la « vulgarité » de Nicolas Sarkozy…
    Vous me direz que, dans la bêtise, notre Président a été battu par sa ministre en charge des personnes âgées, Michèle Delaunay, qui s’est crue intelligente en tweetant « Benoit XVI a omis de me consulter avant de prendre sa décision »… Quant à Jean-Marc Ayrault, si ses services n’ont pas oublié de pondre un communiqué pour saluer les Victoires de la musique, pas un mot sur le pape. À Matignon, on a le sens de la hiérarchie de l’information.

    Robert Ménard, le 12 février 2013

  • degabesatataouine , 16 février 2013 @ 15 h 45 min

    ” À Béziers, Robert Ménard est proche des milieux anarchistes puis trotskistes et milite à la Ligue communiste révolutionnaire, de 1973 à 1979. Il s’inscrit par la suite au Parti socialiste” Wiki.

    “En 2007, certains journalistes ou écrivains (Hernando Calvo Ospina, Maxime Vivas, Salim Lamrani, Thierry Meyssan) ont critiqué le financement de RSF par des fonds américains, des groupes de presse, l’Open Society Institute de Georges Soros, le Center for a Free Cuba” Wiki

    Que Ménard ayant trouvé son chemin de Damas fasse preuve du zèle habituel aux néophites :très bien,C’est le moins qu’il puisse faire pour racheter ses erreurs.

    Comme tout un chacun dans sa vie privée ou dans la bouche d’hommes publics, il trouve que certains propos ne sont pas à la hauteur de l’évènement : normal.

    Qu’il voit un “coup de pied de l’âne pour cette église “, ET NON AU PAPE,ou d’autres voient une pointe ironique vues les “combinazione” historiques des élections papales :c’est son interprétation et il a montré qu’il n’est pas infaillible.

    Mais qu’il esssaye de rendre plus sypathique Sarkozy l’homme sans une goutte de sang français qui par la contrainte prétendait instaurer le métissage, rend légitime les doutes sur la conversion réelle de Ménard à la cause nationale.

  • Banro , 16 février 2013 @ 22 h 03 min

    Bien que la digression à propos de R. Ménard soit hors sujet (d’où la digression) je me dois d’y apporter un complément de vérité.

    Il est vrai qu’à 20 ans R Ménard a milité à la ligue communiste révolutionnaire, tout comme J Chirac a milité, au même âge, au PC en distribuant l’Huma rue de Vaugirard.
    Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’opinion !

    Voici donc la carrière plus récente de R. Ménard.(toujours d’après Wikipédia)

    1985-2008 : à la tête de Reporters Sans Frontières
    S’affirmant choqué par la couverture médiatique des conflits dans le Tiers monde, Robert Ménard fonde Reporters sans frontières avec Rony Brauman et Jean-Claude Guillebaud le 25 juin 1985, à Montpellier. Il réussit à en faire l’une des plus grandes organisations de défense de la liberté de la presse dans le monde.

    – Robert Ménard est promu chevalier de la Légion d’honneur le 23 mars 2008

    – Le 1er octobre 2012, il lance avec Dominique Jamet un site d’information intitulé Boulevard Voltaire et dont le contenu est fourni par des éditorialistes comme André Bercoff, Éric Brunet, Gilles-William Goldnadel,Pierre Hillard, Jean Sévillia ou Denis Tillinac

    J’ai tenu à apporté ce correctif et ce sera mon dernier message sur ce sujet.
    Il est est tellement facile de transcrire la vérité en omettant le principal, nos journaleux sont passés maitres dans cet art et, apparement, il n’y a pas qu eux !

Les commentaires sont fermés.