Propagande pro-GPA : Le Parisien et Cie piégés par une mythomane !

Le Parisien/Aujourd’hui en France mais aussi Le Midi Libre, Le FigaroGrazia, etc. Trop contents de servir de la propagande pro-location d’utérus (“gestation pour autrui” en novlangue) à leurs lecteurs, tous ces confrères sont tombés dans le piège tendus par une femme mythomane, Raphaella, 24 ans, qui se vantait d’avoir “aidé” un couple de Français a avoir un enfant contre quelques milliers d’euros. L’on découvre aujourd’hui que ses enfants ont été confiés aux service à l’enfance et qu’elle déménage si souvent que les services sociaux n’arrivent pas à la suivre. “Ma fille est une mythomane qui croit à ses mensonges” explique sa mère à qui veut l’entendre. Pour cette raison, elle a coupé les ponts avec Raphaella en 2011. Bref, l’article de Séverine Cazes relève de la plus pure désinformation et les moutons qui l’ont suivi auraient été mieux avisés de . Dans son numéro du jour, Le Parisien regrette de s’être laissé “abusé”. La rééducation des Français encore attachés aux droits de l’enfant attendra un peu, le temps de trouver un nouveau volontaire par annonce sur Voxforte.com

Autres articles

6 Commentaires

  • Goupille , 13 Mar 2013 à 0:40 @ 0 h 40 min

    Plus un poil de déontologie journalistique.
    Des mythomanes à chaque coin de porte.
    De l’info à jet continu.
    Du scoop à tout prix.

    Une époque en résumé.

  • ranguin , 13 Mar 2013 à 6:51 @ 6 h 51 min

    Journaliste, tu veux un scoop et pour cela du inonde tes textes de fausses informations.
    Pour cela tu devrais être condamné au même titre qu’un droit commun.
    Avec de fausses informations on peux tuer.

  • ranguin , 13 Mar 2013 à 6:52 @ 6 h 52 min

    pardon peut.

  • utopie , 13 Mar 2013 à 9:06 @ 9 h 06 min

    Ces médias nous vendent à longueur de journée de la bobocratie afin d’endormir les français sur les vrais et graves problèmes de notre pays . Pour enchaîner les peuples, “on commence par les endormir. ». jusqu à quand va durer cette mascarade ?

  • jeroboam , 13 Mar 2013 à 11:28 @ 11 h 28 min

    Les journalistes devraient etre condamnés au titre de publicité mensongère quand un article de ce genre est publié.
    On a parait il le droit de ne pas rire avec n’importe qui mais on a le droit de diffamer n importe qui.
    10 lignes de rectification (au mieux) pour cinq colonnes à la une de difamation.
    Mais il est vrai que ces gens ns parlent volontiers de déontologie à toutes les sauces.

  • Berserk , 13 Mar 2013 à 18:46 @ 18 h 46 min

    La Pravda n’aurait pas fait mieux.

Les commentaires sont fermés.