Le journaliste Quentin Girard (Libération) rêve d’un “Conchita Wurst” à l’Académie française…

Pour les progressistes comme Quentin Girard (un fan du festival Xplore où l’on préconise entre autres de “(sourire) à ses testicules”, vous voyez le genre), le délire actuel est insuffisant. Ces gens-là sont par nature insatisfaits :

À quand des “Conchita Wurst” dans les crèches ou les classes maternelles ?

Autres articles

22 Commentaires

  • Aaron , 12 Mai 2014 à 17:13 @ 17 h 13 min

    Il y a encore des benêts qui regardent ce concours minable qu’est l’Eurovision et des décérébrés comme le sus-nommé pour encenser ce genre d’abjection humaine…..

  • eric-p , 12 Mai 2014 à 17:19 @ 17 h 19 min

    Quentin Girard semble oublier qu’il y a déjà eu des académiciens homosexuels dans l’histoire de France;
    Abel Bonnard par exemple !!!
    Il n’a pas laissé un souvenir impérissable…

  • xrayzoulou , 12 Mai 2014 à 17:27 @ 17 h 27 min

    Quel âne ! Il est tombé bien bas, comme tous ces écervelés qui regarde cette émission où plus c’est bas plus on aime. Avec cette culture du nul, on ne s’élèvera pas.

  • J.75 , 12 Mai 2014 à 17:39 @ 17 h 39 min

    Libération, oui en gros Libération c’est le journal de bord des gens qui ont été libérés de l’HP!

  • le lecteur , 12 Mai 2014 à 17:59 @ 17 h 59 min

    Il est con celui-là. Mais tellement con…

  • Goupille , 12 Mai 2014 à 19:38 @ 19 h 38 min

    Libération ? Libération… Ah oui, ce radeau de papier au bord du naufrage.
    Quentin Girard ?
    Cessons de faire de la pub à ces tarés.

    “Quoi qu’a dit ?
    A dit rin.
    Quoi qu’a fait ?
    A fait rin.
    A quoi qu’a pense ?
    A pense à rin.
    Pourquoi qu’a dit rin, pourquoi qu’a fait rin, pourquoi qu’a pense à rin ?
    A ‘xiste pas.”
    Michaux.

  • monhugo , 12 Mai 2014 à 20:01 @ 20 h 01 min

    @eric-p. Ne vous aventurez pas sur le terrain de l’homosexualité en littérature – qui serait un gage de médiocrité. Sans chercher bien loin dans l’histoire du quai Conti, Marguerite Yourcenar, Julien Green, Henry de Montherlant, François Mauriac (une « honteuse », lui), Jean Cocteau, le maréchal Lyautey…. grands écrivains et/ou grands Français, et tous invertis. On peut aussi évoquer l’immense Gide, Prix Nobel, refusant quant à lui d’entrer à l’Académie – et chantre de l’homosexualité…..
    L’inversion sexuelle n’est ni une garantie de valeur artistique ou littéraire, ni un empêchement au talent. Prière de ne pas caricaturer.
    Tom Neuwirth, alias CW, ce n’est rien – à la base. Le seul « génie » de ce freak est de l’ordre du marketing.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen