Karl Zéro : “L’affaire Alègre m’a couté ma place à Canal + !” (VIDÉO)

Karl Zéro : “L’affaire Alègre m’a couté ma place à Canal + !” (VIDÉO)

Karl Zéro signe le grand retour des enquêtes au long cours avec un magazine trimestriel qui plonge les lecteurs dans l’envers des affaires :

Articles liés

1Commentaire

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Jean-Christian Tirat , 13 mai 2021 @ 20 h 10 min

    Un K. Zéro fidèle à lui même !

    Décryptage :

    1) Le concept de sa revue est loin d’être novateur comme il semble le prétendre. Cela se nomme un « mook », la contraction de magazine et de book.

    2) Ce concept sans publicité, uniquement distribué en librairie existe en effet depuis 2008 avec le remarquable mook « XXI » créé par Laurent Baccaria et Patrick de Saint-Exupéry. Ils publièrent notamment des articles tels que « Bienvenue chez Mugabe » qui valut à Sophie Bouillon, son auteur, le prix Albert Londres.
    De plus, en 2012, vient un nouveau titre spécialisé dans les affaires criminelles (tiens-tiens !). Créé par Franck Hériot ce mook édité par Jacob-Duvernet s’intitulait « Crimes et Châtiments ». Non K. Zéro n’a rien inventé pendant les confinements !

    3) Mais il y à plus grave. Dans cette intervention sur Sud Radio, K. Zéro revient en jérémiades sur le volet notables de l’affaire Allègre, qui lui a coûté sa place à Canal +, tout en reprochant encore à Dominique Baudis de s’être défendu des accusations infâmes qui pesaient sur lui en intervenant à la télévision. Plus grave encore, il termine sur la maison de Mauzac par une affirmation maintes fois réitérées qu’elle aurait été un donjon où des petites filles auraient été torturées accrochées à des crocs de boucher ; sous entendant que la malheureuse Marion Wagon en aurait été l’une des victimes. À ce stade, un petit rappel s’impose : à l’époque, cette piste avait été évoquée d’abord par Le Monde sous la plume de son nouveau correspondant régional qui publia un papier incendiaire, sans le moindre élément fondé, au prétexte qu’il avait lui-même passé sa jeunesse dans ce village et piloté son petit navire radiocommandé sur le lac de la dite maison. Ce plumitif, comme bien d’autres, s’était laissé embarquer dans le maelstrom moutonnier qui, en cet été caniculaire 2003, avait échauffé les esprits de jeunes journalistes avides de scoop.
    Par charité, je préfère ne point en dire plus.
    Définitivement K. Zéro devrait vérifier et recouper ses sources.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *