Le dernier être humain à avoir connu le XIXe siècle vient de s’éteindre

Kyotango (Japon). Il s’appelait Jiroemon Kimura. Né en 1897, il est mort dans son lit d’hôpital des suites d’une pneumonie ce mercredi à l’âge de 116 ans, un record pour un homme. Kimura était la dernière personne de la planète a avoir vécu au XIXe siècle et le doyen de l’humanité. Ce postier de profession laisse derrière lui 15 arrière-arrière-petits-enfants, 25 arrière-petits-enfants, 14 petits-enfants et 7 enfants. Son décès intervient quelques jours après celui d’une Chinoise, Luo Meizhen, dont la carte d’identité indiquait qu’elle était née en 1885, sans toutefois qu’aucun certificat de naissance vienne prouver qu’elle avait bien 127 ans. L’actuel record de longévité appartient à la Française Jeanne Calment, décédée en 1997 à l’âge de 122 ans. L’actuel doyen de l’humanité est une femme : Misao Okawa, 115 ans, vit à Osaka. L’homme le plus âgé devient l’Américain James McCoubrey, 111 ans au compteur…

Autres articles

5 Commentaires

  • Goupille , 12 juin 2013 @ 18 h 39 min

    Non… C’est le dernier HOMME de la planète à etc…
    Scoop : les femmes aussi sont des êtres humains.

    Par ailleurs “L’actuel doyen de l’humanité” étant une femme, pourrait sans doute être qualifiée : “actuelle doyenne de l’humanité”.
    Et cette Misao Okawa, née en 1898, comme ma défunte grand’mère, a, elle aussi, connu le VIVè siècle.

    La théorie du genre commence à vous perturber les neurones.

  • Goupille , 12 juin 2013 @ 18 h 41 min

    XIXè siècle, bien sûr. C’est pernicieux et contagieux.

  • K. , 12 juin 2013 @ 20 h 30 min

    En (bon) Français, c’est la fonction qui détermine le genre, non?

  • Goupille , 13 juin 2013 @ 1 h 32 min

    La fonction ??? Ce n’est pas une fonction, c’est un hasard de longévité.

    Ce n’est pas un Doyen d’Université.
    Et même en ce cas, cela se met au féminin : une Doyenne d’Abbaye était la Mère Supérieure.

    Quand on ne sait pas, on vérifie dans un dico (Petit Robert, excellent).

  • albator , 13 juin 2013 @ 11 h 46 min

    Il faut prendre “homme” comme dérivé du latin “hominem” (être humain) a contrario du “vir” « être humain du sexe masculin » .
    Avec la théorie du genre, cet imbroglio n’est pas terminé.

Les commentaires sont fermés.