Les nationalistes polonais ont manifesté à l’occasion du 90e anniversaire du général Jaruzelski

Le nom de Wojciech Jaruzelski reste gravé dans la mémoire des Polonais avec le souvenir des années 1980, de l’état de siège en 1981 et de l’opposition au syndicat Solidarność. Durant la période de l’état de siège, outre les privations de libertés élémentaires, de nombreuses arrestations et disparitions ont eu lieu en Pologne.

Après la fin du régime communiste, Jaruzelski (né le 6 juillet 1923) n’a jamais été réellement inquiété pour les actions commises sous sa direction. Ce qui lui permet d’être aujourd’hui un paisible retraité qui mourra très certainement dans son lit avant d’avoir été jugé.

Il y a plusieurs semaines, la gauche polonaise (Alliance de la gauche démocratique – SLD) avait envisagé d’inviter Jaruzelski au Parlement polonais (Sejm) à l’occasion de son 90e anniversaire. Les nationalistes du Ruch Narodowy, mouvement récemment créé, avaient annoncé lors de leur congrès qu’en cas d’invitation de Jaruzelski au Parlement, ils lui en bloqueraient physiquement l’accès en mobilisant leurs manifestants. C’est sans doute ce qui a incité Jaruzelski à rester confiné dans un hôtel pour sa fête d’anniversaire, ce qui n’a toutefois pas empêché plusieurs centaines de nationalistes de manifester aux portes de l’hôtel solidement gardé par les forces de l’ordre.

Une manifestation de soutien a eu lieu à Zagreb, où le petit parti nationaliste HČSP a dressé le parallèle avec la situation de Josip Perković, ancien agent communiste yougoslave soupçonné d’être impliqué dans l’assassinat de personnes de l’émigration croate en Allemagne et que la Croatie refuse toujours d’extrader en Allemagne pour y être jugé.

À Budapest, le même jour, en soutien aux nationalistes polonais, des inconnus volaient le drapeau de l’Union Européenne à l’ambassade de Pologne en Hongrie…

Articles liés

16Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Daniel , 12 juillet 2013 @ 18 h 01 min

    Cher Eric,

    L’intitulé de ton article est – carrément – tronqué

    Certes, la majorité des polonais ont manifesté contre Jaruzelski, mais ils sont loin d’être tous issus du parti nationaliste cité qui est très minoritaire. La majeure partie des manifestants sont issus des patriotes (Droit et Justice) et des libéraux de droite (Plate-forme Civique).

    Le soutien à Jaruzelski vient de l’Alliance socialiste – prétendument démocratique – dite SLD, que l’on appelle en Pologne les communistes ( ils se disent socialistes dans le nom, mais les polonais les nomment de communistes car ce sont les anciens communistes) . SLD fait à peine 13% aux législatives. Autre phénomène trompeur : certains communistes français vous diront que SLD est un allié des socialistes européens, ceci est peut être vrai sur la théorie, mais dans la réalité, les mesures prodiguées par SLD restent celle de l’ancien République des mafieux-copains.

    D’ailleurs, concernant ces mêmes manifestations, elles ont lieu tous les ans au domicile de Jaruzelski le 13 décembre, et les manifestants n’ont pas attendu le regroupements des nationalistes cités plus haut.

    Cordialement

  • chantal , 12 juillet 2013 @ 19 h 34 min

    Les commentaires autour de cet article me font surtout voir que les quelques opposants aigris restants ne peuvent maintenant se contenter que de pauvres nouvelles.

  • degabesatataouine , 12 juillet 2013 @ 20 h 34 min

    Tout le monde a pu constater qu’après 40 ans de dictature communiste ,la Pologne comme la majorité des pays dans sa situation,en était sortie avec sa foi catholique,sa foi nationaliste et ses moeurs traditionnels intacts sinon renforcés
    2O ans d’exposition aux démocraties atlantiques décadentes et les résultats sont visibles
    Seule la Russie semble résister y compris su le plan sociétal. Comme quoi le communisme en mode purificateur peut avoir du bon.

  • PG , 12 juillet 2013 @ 22 h 42 min

    Surtout pour les autres ? En France, là où il a dominé, le communisme a entraîné assistanat et prolétarisation, désindustrialisation et étatisme croissant, laideur architecturale et urbaine, disparition de la culture française et européenne, immigration et terrorisme intellectuel.
    Mais il est vrai que le triomphe intellectuel du communisme en France après 1945 avait été précédé du triomphe progressif du laïcisme et de l’idéologie religieuse jacobine depuis 1 siècle et demi.
    La Pologne n’a subi que 45 ans de communisme. C’est en cela que vous le croyez purificateur, ce qui est une illusion.

  • xtemps , 13 juillet 2013 @ 11 h 17 min

    Le sentiment d’identité national n’a rien à voir avec le nationalisme,mais plusieurs nations,pendant la seconde guerre mondial,étaient contre le”national socialisme” en Allemagne,contre le communisme,contre le fascisme,toutes c’est gauches et celle d’aujourd’hui finalement les gauchistes n’ont jamais rien compris à la politique,ils veulent toujours s’emparer de notre démocratie pour régner en maître et mieux nous déposséder de tout par la suite,et souvent après c’est la pauvreté avec la gauche sauf elle même.

  • degabesatataouine , 13 juillet 2013 @ 13 h 04 min

    “Le sentiment d’identité national n’a rien à voir avec le nationalisme,”

    C”est vrai, mais il est mieux défendu par le nationalisme que par l’internationalisme.

  • degabesatataouine , 13 juillet 2013 @ 13 h 16 min

    Ce qui importait,c’était le parallèle entre le communisme dont une nation peut survivre même après une longue exposition,si possible à du national-communisme comme à Cuba,et la démocratie libérale mortifère après peu de temps dont aucune nation ne peut revenir pas plus que ne sont revenus les Bas Empire romain et d’Orient tout aussi décadents

Les commentaires sont clôturés.