Nicolas Doze : Il faut en finir avec le monopole des taxis en France

Aujourd’hui, grosse manifestation des taxis pour défendre leur monopole et contre les VTC alors qu’il y a de la place pour tout le monde, explique Nicolas Doze ce lundi sur BFM TV, exemples new-yorkais et londonien à l’appui. Et bien sûr, “plus les taxis font grève, plus les VTC prospèrent”, note le chroniqueur qui propose une sortie de crise honorable pour les taxis et les VTC.

Autres articles

21 Commentaires

  • xrayzoulou , 13 Jan 2014 à 11:42 @ 11 h 42 min

    Est ce que les VTC ont un stage pour pouvoir exercer car un chauffeur de taxi a un stage pour pouvoir exercer son métier. une fois l’examen passé si ils n’ont pas la chance d’avoir une licence gratuite, Il doivent en louer une (ou si ils ont de la chance en acheter une). Une location de licence à l’aéroport de Toulouse vaut 4 500€ par mois au moins, plus l’achat de la voiture plus la mise aux normes et les frais de fonctionnement etc… Le salaire gagné est plutôt maigre à la fin et j’oubliai les réparations du véhicule. Ceux qui peuvent l’acheter elle vaut très cher plus la voiture etc… avant d’être sortis d’affaires, ils ont quelques années à travailler. (mon frère et mon fils ont été chauffeur de taxi et je sais de quoi je parle : et faire 12 h00 14 h00 ou mêm 16 h00 par jour, ce n’est pas très bon pour les familles !!!!)

  • hector galb. , 13 Jan 2014 à 13:31 @ 13 h 31 min

    Les taxis sont pris en otage par la licence dans laquelle ils ont du investir pour exercer leur travail. Cette licence est devenue un objet de spéculation, comme le bail , le pas de porte d’un magasin bien placé. Les VTC sont déliés de posséder le titre d’une telle licence plutôt qu’un examen.

  • g.l. , 13 Jan 2014 à 14:57 @ 14 h 57 min

    Jacques Rueff savait à quoi servaient les économistes, par exemple quand il écrivait à propos des taxis, profession fermée par les réglementations socialo-communistes :
    “… en 1937, la profession était libre, en 1938, on a fixé un maximum de 22 000 taxis pour l’agglomération parisienne, et par suite de pressions diverses, ce nombre a été réduit progressivement à 12 500, de telle sorte que, pour une ville qui a doublé depuis 1938, le nombre des taxis jugés strictement indispensables en 1938 a été réduit de moitié. On protège non seulement les hommes, mais aussi les machines, car sur ces 12 000 taxis autorisés, il y en a 1000 seulement qui sont autorisés à faire le “doublage”, c’est-à-dire à travailler avec deux chauffeurs, mais pour tous les autres, il ne peut y avoir qu’un seul chauffeur travaillant dix heures par jour.

    Ceci veut dire que l’on a doublé systématiquement le montant de l’investissement nécessaire pour desservir la population parisienne, c’est-à-dire que l’on a absorbé là des capitaux qui faisaient défaut ailleurs, par exemple pour construire des maisons (Rueff, L’expansion sans inflation, p.109)” (dans Claassen, E.-M. et Lane, G. (eds.), Oeuvres complètes de Jacques Rueff, tome III : Politique économique, livre 2, Plon, Paris, 1980, p.454n)

    http://blog.georgeslane.fr/post/2007/09/15/Ah-Piqueur-de-la-Mirandole

  • la Mésange , 13 Jan 2014 à 19:07 @ 19 h 07 min

    excusez mon ignaritude, mais c’est quoi un VTC ?? (moi et les sigles…)

  • bernique , 13 Jan 2014 à 19:29 @ 19 h 29 min

    On hésite entre Viens Tout Contre et Vaut Trop Cher mais pour récompenser cet admirable néologisme que Ségolène doit vous envier, je vous donne la bonne réponse :Voiture de Tourisme AVEC Chauffeur (la vôtre est Sans Chauffeur). On la commande par téléphone uniquement ou sur le net. Le prix de la course est fixé au départ et comme les chauffeurs sont affiliés à une Centrale qui les rémunère “après”, ils ont intérêt à bien faire le boulot !

  • la Mésange , 13 Jan 2014 à 20:06 @ 20 h 06 min

    Merci bernique !!!
    Je n’ai jamais entendu parler de ce truc sur internet (je n’ai pas la télé).
    Peut-être que ça n’existe que pour les parisiens ? Je vais chercher tiens, avec les km que je fais chaque semaine, ça pourrait m’intéresser ! :))

  • la Mésange , 13 Jan 2014 à 20:11 @ 20 h 11 min

    Ah, je viens de jeter un oeil, et il y a 42 personnes qui font ça chez moi en Auvergne ! Je n’aurais jamais cru…

    Par contre, il faut une voiture de luxe (genre qui coûte plus cher que ma maison), donc c’est réservé à des personnes fortunées. Du coup, on ne voit pas bien quel intérêt auraient ces personnes à “faire le taxi” …
    Je crains que ce ne soit encore un truc à moitié idiot (je dis “moitié” par politesse).

    http://voitures-avec-chauffeurs.fr/vehicule-chauffeurs-prives/

Les commentaires sont fermés.