Nord-Coréens : la très difficile fuite puis l’intégration laborieuse dans la société sud-coréenne

Nord-Coréens : la très difficile fuite puis l’intégration laborieuse dans la société sud-coréenne

Chaque année, des centaines de Nord-Coréens tentent, au péril de leur vie, de gagner la Chine. Tout au nord du pays, le prix de la liberté passe par les fleuves Yalu et Tumen, dont il faut traverser à la nage les eaux gelées pour tenter de gagner l’autre rive. Mais pour les rares personnes qui parviennent à atteindre le territoire chinois, les espoirs sont rapidement déçus. Les fugitifs, dont le nombre est estimé à 200 000, sont traqués par les autorités. Une fois sur le sol sud-coréen, il n’est pas facile de s’intégrer dans une société sud-coréenne matérialiste et individualiste, aux antipodes des valeurs de son pays d’origine. La crainte d’être retrouvé et enlevé par les services de Pyongyang persiste des années durant :

Autres articles