Ces jeunes Français diplômés qui s’expatrient

Qualité de vie, souplesse, autonomie, marché du travail flexible, climat optimiste, dynamisme… Autant de raisons qui expliquent pourquoi, chaque année, des milliers de jeunes Français quittent le pays pour s’installer au Québec, en Chine, au Brésil ou en Inde. Et cela ne devrait pas s’arrêter : 27% des jeunes diplômés ne voient pas leur avenir en France. BFM TV a tenté de mieux cerner le phénomène et a constaté à quel point “l’expatriation [donne] plus envie de réussir” :

Sur ce sujet, lire aussi :
> Exils des diplômés : Éric Brunet accuse le Gouvernement de cacher les chiffres et voit le salut venir des expats
> France-Canada : La ruée vers l’Ouest
> Australie : Un eldorado pour les jeunes Français
> Ces jeunes Français qui osent en Oz
> Les jeunes diplômés tentés par l’étranger
> Charles Beigbeder : « Je peux comprendre les entrepreneurs qui quittent la France. Il ne faut pas se laisser voler »
> 80% des lecteurs de Nouvelles de France tentés par l’exil fiscal/idéologique, 15% décidés à passer à l’acte dans les mois prochains
> Les entrepreneurs-créateurs menacent de quitter la France
> Un aller simple pour ailleurs

Autres articles

19 Commentaires

  • Fouillemerde , 13 Mai 2013 à 16:09 @ 16 h 09 min

    Nous leur payons des études et ils se barrent.
    Parce que qui engraisse le Mammouth si ce n’est nous avec nos impôts ?
    Elle est belle la solidarité française !
    il ne reste que les chômeurs dont le nombre augmentera d’autant plus.

  • Catoneo , 13 Mai 2013 à 17:08 @ 17 h 08 min

    Tant que la créativité, l’effort et l’éventuel succès seront punis en France, les talents de tous ordres s’enfuiront. Il n’y a pas que les diplômés qui tentent leur chance ailleurs, les simples courageux le font aussi.
    Le nombre de jeunes français non intoxiqués à la solidarité socialiste qui vont “travailler” loin est désormais significatif. Vingt mille débarqueraient chaque année en Australie selon les services consulaires, un chiffre énorme, même si tous ne parviennent pas à prendre racine.

    Quand on sait la Dette que leur transmettent l’Etat-providence omnipotent et les babyboomers, on comprend mieux la pertinence d’une émigration vers des pays sains voire simplment capable de faire face à leurs échéances.

    La France est un pays de vieux gouverné par des gérontes organisés en castes qui ne cherchent que la fortune de leur clan.
    Le pays est tenu par un maillage de fonctionnaires inexpugnables et pléthoriques qui lui sucent le sang. Rester, c’est être bête… ou bête !
    Vieux et bête…

  • PARITEPEREMEREdepuis2000 , 13 Mai 2013 à 17:31 @ 17 h 31 min

    Les jeunes Allemands ne partent pas.
    D’abord ils sont en voie d’extinction du fait du suicide démographique de leur Etat.
    Les diplômés exploitent les néo-esclaves des autres peuples européens, en commençant par ceux de leurs néo-colonies de l’est (ex communistes).
    Les “petits” Allemands sont ravalés au rang de néo-esclaves de l’intérieur traités à
    QUATRE CENT EUROS PAR MOIS pour un emploi d’ouvrier, comme ceux des ex satellites soviétiques.
    C’est une façon tout à fait curieuse de faire du “patriotisme” …

  • PARITEPEREMEREdepuis2000 , 13 Mai 2013 à 17:40 @ 17 h 40 min

    La lutte forcenée obsessionelle contre l’inflation depuis 30 ans résume tout : abandon d’une politique d’espoir envers l’avenir au profit d’une ligne Maginot des rentes en faveur des natifs d’avant 1950 … à qui l’on a soigneusement épargné le retard de retraite car on avait peur d’eux (ils furent les auteurs de la chienlit braqueuse de 68, d’où l’atermoiement de Sarkozy).
    Mais ils risquent fort de le payer d’ici 10 à 15 ans si les jeunes progressent en lucidité.
    Pour avoir voulu se prémunir contre l’inflation dite “euthanasie des rentiers” au prix du sacrifice de leurs suiveurs démographiques, ces fratricides et infanticides pourraient bien subir une euthanasie non symbolique et avec complicités socio-médicales banalisées … qui survivra verra …

  • Poujadiste , 13 Mai 2013 à 17:47 @ 17 h 47 min

    A Fouillemerde et à ceux qui croient que nous qui partons leur sommes redevables.

    J’ai payé mes études avec MON argent, pas le tiens, en bossant 50 heures par semaine pour moins que le RSA, et si je cherche à partir, c’est parce que j’en ai ras le Q d’être un citoyen de seconde catégorie dans mon propre pays, abonné aux CDD de 6 mois malgré mon bac+8, et las de voir la médiocratie régner et les pépites de la diversité être traités en vainqueurs.

    On a quoi comme alternative? Attendre le retour de la droite la plus bête du monde avec Copé à l’Elysée?

    Notre génération a les mains immaculées quant au merdier actuel, et ceux qui réussiront en Australie, à Singapour ou au Québec ne devront RIEN aux autres.

  • François desvignes , 13 Mai 2013 à 17:51 @ 17 h 51 min

    Arrêtons de qualifier nos exilés de traitres !

    Ce sont nos héros !

    Qu’ils aient individuellement tort ou raison de partir, nous français qui n’avons pas cette posibilité, nous les supplions de le faire pour nous.

    Que tous les Français libres, les mieux instruits, les plus cultivés, les plus tout, les vrais les authentiques, quittent la république pour sauver la France !

    Faisons de leur exil, le combat sacré de notre libération.

    Marianne ne doit avoir zero retour sur investissement de leurs études, aucun bénéfice d eleurs cerveaux et de leur courage : rien ! nada !

    Qu’ils s’enrichissent en dehors des frontières ! Qu’is ne paient aucune taxe qui ne servirait qu’à nourrir nos ennemis !

    L’exil est la version moderne de la terre brûlée contre l’Ennemi : la république !

    Exil fiscal pour ne pas payer l’impôt, exil scientifique pour ne pas lui apporter le fruit de nos travaux, exil professionnel pour qu’elle ne profite jamais plus de notre sueur, exil politique pour la dénoncer au monde, exil judiciare pour ne jamais lui payer ses amendes.

    Que la gueuze crève, pour que la France vive !

    Encourageons nos jeunes à déserter son enfer, aidons les à l’exil.

    C’est un authentique acte de courage et de résistance.

    Tout notre Devoir.

    Et tant mieux si c’est la famine : les anges ne nourrisent jamais le diable

  • Marius , 13 Mai 2013 à 19:50 @ 19 h 50 min

    Je vais moi-même partir quand j’aurai fini ma formation, à moins de rester pour avoir un meilleur CV avant de partir à l’étranger. En tout les cas, mon futur ne se fera pas en France tant qu’elle n’aura pas fait les réformes pour revenir à une décence libérale acceptable.

Les commentaires sont fermés.