L’interco de Puteaux-Courbevoie : une coquille vide qui coûte cher

Le blogueur Christophe Grébert, conseil municipal d’opposition à Puteaux, raconte :

Mercredi 9 avril 2014, à la mairie de Courbevoie, j’ai participé à mon 1er conseil d’agglomération Puteaux-Courbevoie. Une petite révolution ! Jusqu’ici, seuls des membres des majorités des 2 villes siégeaient dans cette instance. Les séances duraient alors 20 minutes. Hier, elle a duré 3 heures. Le temps de rappeler certains principes de démocratie et de transparence à nos “chers” élus UMP.

“Chers”, puisque ceux-ci ont commencé par voter la création de 8 nouveaux postes de vice-présidents, leur nombre passant de 6 à 14. Chaque vice-président étant rémunéré, ce sont 500.000 euros d’indemnités que vont se verser les élus majoritaires de Courbevoie et Puteaux. Joëlle Ceccaldi-Raynaud et Vincent Franchi ont été élus hier soir vice-présidents de l’agglo : 2.500 euros mensuels de plus pour chacun… à ajouter à leurs indemnités de maire pour Joëlle Ceccaldi et de conseiller général pour son fils Vincent.

“Compte tenu des compétences exercées par la communauté d’agglomération, il est proposé de porter le nombre de vice-­présidents à 14”, annonce comme si de rien n’était le nouveau président UMP de l’assemblée, Eric Césari (le Vincent Franchi de Courbevoie).

Je lui demande la parole. Il me l’accorde de mauvaise grâce (visiblement, à Courbevoie, ils n’aiment pas non plus que l’opposition veuille s’exprimer) et je lui réponds : “Il faudra nous expliquer sur la base de quelles nouvelles compétences vous justifiez cet incroyable effectif de vice­-présidents. Un tiers de cette assemblée va être composé de vice-présidents. C’est comme si l’assemblée nationale en comptait 200”.

A 5.512 euros brut/mois pour le président et 2.508 euros brut/mois pour chaque vice-président, la justification est claire !

500.000 euros en tout… si on retire les reversements aux communes, les péréquations et la subvention à Defacto… cela fait 6 % du budget mobilisable de la communauté uniquement consacré à payer le président et ses 14 vice­-présidents.

Et comme si cela ne suffisait pas, cette majorité UMP, ­ qui s’accorde de royales indemnités, ­ a en même temps augmenté les impôts des entreprises de Puteaux et Courbevoie : +5 % de CFE, soit une hausse des prélèvements de 3 millions d’euros.

A l’heure de la réduction des dépenses publiques, au moment où chacun – ­ familles, entreprises, organismes publics – ­ est appelé à faire des efforts, et où la droite appelle elle-même le gouvernement à baisser les impôts, ces décisions sont inacceptables.

La présentation du budget primitif 2014 vient par ailleurs confirmer que cette communauté d’agglomération est une “coquille vide”.

Le rapport de synthèse fait seulement 6 pages. Nous n’avons pas le document budgétaire complet ! Je fais remarquer au maire de Courbevoie qu’au moins à Puteaux, les services fournissent ces documents aux élus de l’opposition !

La communauté est “appelée à monter en puissance”, dit le rapport. En quoi ? Quelles sont les nouvelles compétences transférées des communes qui puisse justifier une croissance du budget et une augmentation des prélèvements ? Le président Eric Césari prononce quelques phrases, mais pour ne rien dire. Et pour cause…

Sur 256,9 M € de budget :
– 158,4 M € sont directement reversés aux communes de Courbevoie et Puteaux (62 %)
– 71,3 M € de prélèvement FNGIR
– 6,2 M € de contribution au FPIC (péréquation)
Au total 236 M € (92 % du budget) ne financent aucune politique publique de l’interco !

Quelques sont donc les politiques menées par Seine Défense ?
– développement économique : 355.000 € soit 0,14 % du budget ! Entre un colloque avec les grandes entreprises de La Défense et un site internet pour mettre en avant les élus des villes concernées, il s’agit surtout de faire de la communication !
– habitat : le PLH commencé il y a 3 ans n’est toujours pas achevé … Un bon point (modeste) dans ce domaine : 350.000 € pour OPAH de Puteaux et 250.000 € pour réhabilitation des foyers de Courbevoie et Puteaux.
– environnement : 80.000 € pour élaboration du PCET et 20.000 € pour subventionner l’achat de vélos électriques… soit 0,03 % du budget pour l’environnement ! Et remarquez qu’on ne peut toujours pas aller facilement à vélo de Puteaux à Courbevoie !
– sécurité : 524.000 € consacrés à la vidéosurveillance… une constante dans ces 2 villes. Mais si la communauté a cette compétence, pourquoi les villes continuent de dépenser aussi dans ce domaine ? Doubles dépenses ?
– études urbaines : 116.000 € de participation aux énièmes études sur le territoire de la Défense. A quoi servent ces études ?

La principale dépense de fonctionnement et d’investissement est la subvention à l’établissement public chargé de la gestion de la Défense : Defacto : 8,4 M €

Au bout du compte, les politiques publiques réellement décidées par l’interco ne représentent que … 0,7 % de son budget de fonctionnement !

Voilà, où nous en sommes ! Une Intercommunalité qui prélève 256 millions d’euros d’impôts, qui les augmente chaque année, mais qui se contente en fait d’en reverser l’essentiel directement aux communes, et d’en utiliser un tout petit peu surtout pour des actions de communication dont les retours sur investissement peuvent être largement mis en doute…

Ce qui n’est pas douteux, c’est que cette assemblée permet de payer des élus, pour un travail effectif qui rester à démontrer, étant donné la pauvreté des actions. Hier soir, en 3 heures, sur les 15 élus à la tribune – le président et ses 14 vice-présidents – 3 seulement ont parlé… les 12 autres ont distraitement écouté, baillé, ris, regardé leur téléphone et autres activités. Mais pour 2.500 euros par mois, qui n’accepterait pas de perdre ainsi sa soirée.

Ne rigolez pas… C’est avec votre argent !

Autres articles

5 Commentaires

  • charles-de , 13 Mai 2014 à 15:44 @ 15 h 44 min

    Ne sont-ils pas là D’ABORD POUR SE SUCRER ?

  • Niky , 13 Mai 2014 à 18:23 @ 18 h 23 min

    Pourquoi ne pas dénoncer ces méthodes aux plus hauts lieux?

  • Gérard Brazon , 14 Mai 2014 à 8:46 @ 8 h 46 min

    Conseiller municipale moi-même à Puteaux, dans une mouvance opposée à l’idéologie socialisante de Christophe Grébert, je peux confirmer très tranquillement que la démocratie à Puteaux n’est que l’ombre d’un nuage sur la ville. Cet homme dont je ne partage pas les idées politiques dénoncent des réalités. Le souci est qu’il poursuit un combat en solitaire et qu’il aime ça. Son penchant victimaire, son désir d’être giflé politiquement pour mieux exister brouille son message qui lui reste vrai.
    Oui, Puteaux n’est pas une ville où la démocratie existe pleinement.
    Oui, la liberté d’expression à Puteaux est bafouée (683 signes espace compris par opposant pour s’exprimer dans le journal de la ville)
    Oui le Maire s’arroge des droits de paroles et laisse guère s’exprimer en séance les élus de l’opposition.
    Oui les indemnités sont très importantes pour les Maires de ces deux communes, les adjoints, le Président et les vice-présidents.
    C’est parfait que Nouvelle de France laisse s’exprimer Christophe Grébert et ce serait encore mieux si des témoins venaient assister aux séances de déni de la démocratie dans ces différents Conseils municipaux.
    Je suis Conseiller municipal du Front National et je suis choqué de ces comportements et j’affirme que cet opposant socialisant a raison de dénoncer cet état de chose. Pour autant, je conteste ses méthodes victimaires qui vont à l’opposé de cette défense de la démocratie et donne du grain à moudre aux tenants de l’ULP-UDI.
    Bien à vous tous
    Gérard Brazon

  • carolo85 , 14 Mai 2014 à 9:55 @ 9 h 55 min

    Les premiers coupables sont les ELECTEURS, on subit Normal 1er pour la même raison!

  • acacia , 16 Mai 2014 à 15:07 @ 15 h 07 min

    rassurez vous si un jour vous êtes aux commandes vous ferez les mêmes saloperies, on rentre en politique pour des idées et ceux qui y restent le font pour l’argent avec l’excuse préétabli qu’il est le nerf de la guerre donc la possibilité de faire avancer leurs idées…
    Le plus bel exemple est Mélenchon qui est sensé défendre les ouvriers, mais comment les connaient-ils, lui qui a plus de 20.000 euros de revenus mensuels connus.

Les commentaires sont fermés.