Charlie Hebdo et l’inceste

Comme le faisait remarquer Éric Zemmour dimanche soir sur I>Télé, quand un tabou aussi fort que la reconnaissance sociale de l’homosexualité saute, il n’y a plus de limite. Cet article, bienveillant à l’égard de l’inceste, paru dans Charlie Hebdo le 2 janvier 2013 en témoigne parfaitement :

La critique de l’hebdomadaire (et de nombreuses autres, pas moins complaisantes) est à lire ici.

Addendum 15/01/2012, 20h : Notre dessinateur Éloi réagit à cet article de Charlie Hebdo.

Articles liés

26Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • olrik , 15 janvier 2013 @ 13 h 17 min

    Je confirme ce que dit Goupille, à savoir que vers 17h, le comptage a été arrêté de façon inexplicable à 800.000, comme s’il était impératif de ne pas franchir le chiffre d un million.
    De lourdes suspicions pèsent sur les organisateurs de cette manif :
    1/ La présence d évêques a été totalement occultée
    2/ Le service d ordre a fait enlever tous les insignes catholiques et tous les drapeaux français (mais pas les drapeaux bretons ou catalans. Bizarre, non ?)
    3/ On nous a fait scander des slogans débiles, dont beaucoup en faveur de la banalisation de la
    pédérastie.
    4/ Il ne fallait pas d emblèmes politiques mais le cortège était ouverte par des porteuses de bonnet phrygien, celui des guillotineurs de 1793
    5/ On n a jamais su qui était le patron : Frijide Barjot ? A quel titre ? De quel droit ?
    LA PROCHAINE FOIS J IRAI MANIFESTER AVEC BRUNO GOLLNISCH LUI AU MOINS NE FERA PAS RETIRER LES DRAPEAUX FRANCAIS !!!!

  • aixois , 15 janvier 2013 @ 13 h 44 min

    Ces prophéties sont troublantes, vraies ou fausses.

  • Robert , 15 janvier 2013 @ 14 h 07 min

    Olrik,
    Vous dites;
    ” comme s’il était impératif de ne pas franchir le chiffre d un million.”
    Cela s’appelle un propos insinuant et malveillant qui ne s’appuie sur aucune réalité.
    Ou;
    “On nous a fait scander des slogans débiles, dont beaucoup en faveur de la banalisation de la
    pédérastie.”
    Une manifestation utilise souvent des slogans simplistes qui marquent les esprits. En l’occurrence, il fallait éviter de tomber dans les clichés des slogans droitistes ou tradis sur lesquels se seraient précipités les médias, trop heureux de ne pas avoir à parler de la réalité. Cela a été un succès même si je comprends l’amertume des manifestants de Civitas. Dites-nous précisément quels slogans banalisaient la pédérastie.
    À propos de Civitas, les torts sont un peu partagés. Que ce soit pour la marche pour la Vie ou la marche de Renaissance Catholique, ils ont refusé de venir manifester dans l’unité sans banderole pour se distinguer et en mettant une distance avec les autres manifestants pour faire leur manif dans la manif. Dans les deux cas, ils ont fini par ne plus venir manifester en tant qu’association. Ce qui n’est pas vraiment un signe évident d’un souci premier de l’unité.
    Est-ce que la marche pour la Vie ou Renaissance Catholique n’étaient pas assez “catholiques” à leur goût? Pourtant dans les deux cas, on pouvait y prier.
    Ou est-ce que la réalité, c’est que les erreurs de Frigide Barjot ont servi de prétexte pour manifester à part, “entre eux” en se servant du combat commun pour faire la promotion de leur association, et de la FSSPX.
    Il faut être juste et si la manif pour tous a commis des erreurs et des injustices, envers Civitas entre autre, les torts sont légèrement partagés. Et ils sont parvenus à rassembler plus d’un million de personnes, ce qui n’est pas rien, dont la grande majorité ne serait jamais venu manifester avec Civitas.
    Quand au comptage, les chiffres ont été relevés à différentes heures, ce qui est probablement une erreur, et les médias ont pris celui de 18 heures. Mais sur le site de la manif pour tous, allez voir les chiffres revendiqués. En vérifiant avant d’affirmer qu’ils souhaitaient dissimuler le succès, vous auriez évité de dire n’importe quoi.
    Quand à Gollnisch, il était à la manif pour tous et dans tous les cortèges j’ai vu des drapeaux français et même des Sacré Coeur.
    On ne construira rien de durable sur le ressentiment et la médisance.

    Je regrette toutefois la malveillance d’ou qu’elle vienne et le refus de laisser Civitas conclure sa manifestation avec le cortège commun.

  • olrik , 15 janvier 2013 @ 14 h 51 min

    Robert, je vous ai compris.
    Le problème, ce n’est pas le mariage gay, c est civitas !
    Et il ne faut surtout pas donner aux media l occasion de dire que nous sommes de droite – ce dont ils ne se priveront pas de toute façon . Le combat contre le mariage gay, on verra ça plus tard, cest
    secondaire !
    Par ailleurs, je n insinue rien du tout, J ACCUSE ! J accuse ouvertement et explicitement les organisateurs de trahison ! Sinon comment expliquez-vous, Robert, qu ils aient fait arrêter le comptage en cours de manif ?
    Mon pauvre Robert, vous n avez pas fini de vous faire rouler dans la farine…

  • François2 , 15 janvier 2013 @ 16 h 09 min

    Pourquoi le comptage s’est arrêté à 800.000 ? D après ce qui a filtré, les policiers ont annoncé à 17 h à leurs supérieurs 700.000 participants : l ordre a été donné de diviser par deux. Pour faire bonne mesure la police a annoncé alors officiellement 340.000 ET s est arrêtée là (c est pourquoi, certainement en connaissance cause, mais étant couverts par la police, des journalistes, après et même 24 heures après ont continuié à répercuter le fameux chiffre de 340.000). Donc le 4ème cortège (sous l égide de Civitas, mais regroupant de nombreux groupes indépendants) n a pas été compté puisqu après un démarrage à 16h30, n a vraiment commencer à marcher sans discontinuité qu à partir de17 h (donc non comptabilisé officiellement). Ensuite sous prétexte, je pense, d encombrement le 4ème cortège a été arrêté par la police à la place Montparnasse avec interdiction d aller au but (pourtant autorisé par la préfecture de police) derrière les Invaides (donc pas très loin du bout du Champ de Mars, celui mitoyen de l Ecole Militaire).
    Moi-même quittant un peu avant 19h le 4ème cortège (issu de la place Pinel et passant par la Place d Italie, vidée dun cortège précédent), j ai croisé la fin, mais toujours en rangs serrés, du cortège issu de la place Denfert-Rochereau au niveau Sèvres-Lecourbe vers 19h. Ce qui laissait prévoir que les derniers seraient à 19h30 au Champ de Mars. Or la possiblité de dispersion officielle a été donnée pour 18h, je crois, pour libérer les gens qui repartaient en cars ; effectivement les derniers rencontrés portaient des pancartes de banlieue parisienne.
    Donc sans tricher, on peut bien dire une fourchette de 800.000 jusquà 1.300.000 selon la façon de compter. Car on peut très bien compter ceux qui sont repartis sans défiler après jusqu à plusieurs heures d attente comme je l ai vu Place Pinel pour le 4ème cortège. Et compter ceux qui sont arrivés après les fameux 17h du comptage de la police.
    Mais je pense que l on peut être sûr d une chose : Hollande a en sa possession les bons chiffres. Les chiens couchés de toutes les chaines de la télévision ont tout fait le soir (et le lendemain midi ; le lendemain soir plus rien, alors que la télévision du soir normalement reprend toujours les sujets de midi) pour mettre le défilé en second plan et en parler le moins possible. Mêmes chiens couchés chez les journaux parisiens (dont gratuits), par exemple, le lundi pour mettre le défilé en second plan, à l exception du Figaro, qui ne pouvait quand même pas passer à côté du seul vrai et unique titre : “RAZ-DE-MAREE”.

  • diego , 15 janvier 2013 @ 16 h 52 min

    Est ce que quelqu’un pourrait m’expliquer quel est le problème avec Civitas ? Vivant à l’étranger, je ne connais pas toutes ces organisations mais à peu près partout je vois qu’on parle de Civitas avec des pincettes comme si c’était un groupe néo nazi.Notamment les médias. J’ai entendu sur le Net des interviews de son représentant, qui ne me semble en rien correspondre à cette description.

  • brennou , 15 janvier 2013 @ 17 h 36 min

    Civitas est une association de laïcs catholiques soutenue de ce point de vue par la Fraternité Saint Pie X. On ne peut donc à ce titre la taxer de fascisme, de néo-nazie, d’extrême droite et autres fariboles. Sur le sujet du mariage que le Christ a haussé à la valeur et la dignité de sacrement, elle ne pouvait pas se cacher de défendre ce point de vue religieux, en témoignant par ses prières, ses chants et ses bannières. Loin de vouloir se démarquer, elle a officiellement renoncé à la date prise avant tout autre, du 20 janvier, afin de se joindre aux autres. Qui a refusé qui ? Que Véronique Merle prenne garde, toute catholique qu’elle se dise, pour les suites qu’elle veut donner au mouvement : quand on laisse le Christ, le Christ vous laisse ! Et Il est bien plus important que les Hollande et sa clique !

Les commentaires sont clôturés.