Jean Robin part vivre en Polynésie, la France sans le fiscalisme, le “mariage pour tous” ou l’islam

Après 36 ans vécus en métropole, Jean Robin, fondateur des éditions Tatamis et d’Enquête et Débat, a décidé de s’exiler en Polynésie française, qui reste la France, mais une France d’antan, encore chrétienne, sans islam, ni oppression fiscale, ni mariage pour tous ou théorie du genre. Un départ également motivé par sa conversion au christianisme :

Articles liés

17Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • lalsaco , 15 mai 2015 @ 10 h 05 min

    Hélas Olaf. La page n’est pas accessible !

  • Olaf , 15 mai 2015 @ 10 h 09 min
  • François2 , 15 mai 2015 @ 10 h 29 min

    Tapez : grand secret islam, vous aurez accès au site. La version papier est également en vente à la Librairie Française (Paris 15e ou site internet).
    Ce livre est le meilleur livre à ce jour pour la démonstration que l’islam est une fausse religion.
    Il faut attendre aussi, sous peu, la réédition (aux Editions des Cimes) du livre d’Alain Pascal, “Islam et Kabbale”, dont, par exemple, une musulmane a pu dire qu’il avait été capital dans sa conversion au catholicisme.

  • Pierre , 15 mai 2015 @ 11 h 07 min

    Que restera t-il de la résistance si vous partez tous ? C’est évidemment plus simple et plus productif d’aller ailleurs pour son propre bénéfice. Autant laisser la place aujourd’hui à ceux qui sont protégés pour prendre nos terres, nos villes, notre culture et regarder de loin ce pays mourir.
    Courage, fuyons !

  • adamastor , 15 mai 2015 @ 13 h 57 min

    Et il va vivre de quoi? Il découvrira, en matière de théorie du genre les célèbres “RERES”.
    Sur quelle île va-t-il s’installer?…

  • punta , 15 mai 2015 @ 16 h 30 min

    Mon cher Pierre, nous vivons depuis 2007 hors de France, Notre belle France que nous aimons. Mais vous parlez de résistance. Serions nous occupés ? Par qui ? Devons nous revenir, prendre le maquis et s’armer ? Notre belle France est-elle en passe de changer d’identité ? Que font les pouvoirs publics pour stopper cette invasion ? Par qui devons nous commencer ? Les politiques ou l’envahisseur ? Allez, mon cher Pierre, s’il faut se battre je me battrai, mais je voudrai savoir combien nous serons de sales cons de fachos racistes à s’opposer à la pensée Bobo gaucho. Mais de mon exil où le vin et le cochon sont les piliers de la gastronomie, sachez que je suis prêt. Je peux revenir, ne serait-ce que parce que je veux que ma petite fille soit libre et que mon petit fils, l’age venu, puisse apprécier les produits de notre terroir. Ma petite fille aussi bien entendu. Il n’est pas nécessaire de rappeler à cause de qui et à cause de quoi nous en sommes arrivés là. Pour ma part cela fait 40 ans que je prêche, et ce n’est que maintenant que mes amis comprennent le bien fondé de mes inquiétudes de l’époque. Le combat à force d’écrits est perdu d’avance. Il est important de passer à la vitesse supérieure. Ne devrions nous pas ressusciter les 3 lettres des années 58 / 62 ? Je ne sais pas. Ouvrons le débat. A vous lire mon, cher Pierre, a vous lire !

  • montecristo , 15 mai 2015 @ 17 h 54 min

    N’en déplaise à certains, je suis parti aussi … mais juste pour ne pas me retrouver en prison, par peur de ne pouvoir retenir mes colères. Comptez sur moi pour rentrer au premier signe de révolte !

Les commentaires sont clôturés.