Le 14 juillet, l’on fête saint Camillle de Lellis!

Le 14 juillet, l’on fête saint Camillle de Lellis!

Ce 195ème jour de la 29ème semaine de l’année, étonnement, ne correspond à aucune journée mondiale de quoique ce soit. Confinant au ridicule, des journée mondiales, il y en a une presque chaque jour: sans pantalon, du coloriage, du tricot, du parler pirate, de l’oeuf, du ninja… jusqu’à celle de l’orgasme le 21 décembre! La prochaine sera le 18 et célébrera Nelson Mandela…

Outre les festivités étatiques et post révolutionnaires françaises, en ce 195 ème jour de la 29 ème semaine de l’année, l’on fête les Camille  dont le saint patron est Camille de Lellis. Découvrons le !

Cet Italien du XVIème siècle est né à Bucchianico, dans les Abbruzes, le 25 mai 1550. Fils d’un officier, il fut orphelin à 18 ans. Camille eut une jeunesse très dissipée, pervertie par la passion du jeu de cartes. Un jour de malchance, il perd tout et se fait exclure de l’armée. En mendiant à la sortie d’une église, il est embauché pour la construction d’un couvent de capucins. Et c’est alors qu’il se convertit. Comme il ne fait rien à moitié, il y demande son admission. Mais un ulcère à la jambe lui interdit l’état religieux. Camille entre alors à l’hôpital Saint-Jacques de Rome pour se faire soigner. Bouleversé par la détresse des autres malades et l’indifférence des infirmiers, il s’y engage comme infirmier, afin de réformer tout cela. Sa charité rayonnante lui attire de jeunes disciples, des volontaires, qui se réunissent pour prier ensemble et s’occuper des maladies. C’est ainsi qu’ils constituent le noyau initial des Clercs Réguliers des Infirmes, que l’on appellera par la suite les “Camilliens”. La mission de ces nouveaux religieux est “l’exercice des œuvres spirituelles et corporelles de miséricorde envers les malades, tant dans les hôpitaux et prisons que dans les maisons privées.

Pour mieux établir son Institut, Camille devint prêtre. Partout où se déclare une peste, il accourt ou envoie ses frères. Il avait fondé de nombreuses maisons dans différentes villes d’Italie. On dit qu’il avait eu le don de miracles et de prophéties. Il mourut à l’âge de soixante-quatre ans en 1614. Il fut enterré près du maître-autel de l’église de sainte Marie-Magdeleine, à Rome et, quand les miracles qui lui avaient été attribués eurent été officiellement approuvés, son corps fut placé sous l’autel.

Canonisé le 29 juin 1746 par Benoît XIV, le titre de Protecteur des hôpitaux et des malades lui fut donné epar Léon XIII le 22 juin 1886. En 1930, Pie XI le proclame patron du personnel des hôpitaux.

Les Camilliens, l’Ordre des serviteurs des malades, achèvent ces jours-ci à Rome leur année jubilaire marquant le 4° centenaire de la mort de leur fondateur, saint Camille de Lellis, le 14 juillet 1614.
Un jubilé troublé par l’arrestation de leur Supérieur général par la Garde des Finances italienne en novembre dernier. Le 18 juin, lors de leur chapitre général, les Camilliens ont élu un nouveau supérieur général, un brésilien de 59 ans, le père Leocir Pessini, spécialisé dans l’éducation clinique pastorale, la théologie morale et la bioéthique. Le père Pessini est également directeur éditorial de deux revues scientifiques. L’ordre est présent dans 37 pays du monde. Ses membres interviennent notamment dans les hôpitaux, les maisons de retraite et les prisons.

 

Articles liés