Ce qu’«acheter français» coûterait aux ménages français, selon le Centre d’études prospectives et d’informations internationales

En moyenne, acheter exclusivement Français coûterait aujourd’hui entre 1 270 et 3 770 euros de plus par an et par ménage, estime une étude du Centre d’études prospectives et d’informations internationales.

Autres articles

66 Commentaires

  • Frédérique , 14 Août 2013 à 17:23 @ 17 h 23 min

    Ben non, justement, c’est ce que je dis plus haut, pas d’étude du sujet. Ils disent que la création d’emplois dans la fabrication du made in France ne couvrirait pas la perte d’emplois générait pas le manque de volume et de choix des articles étrangers, emplois qu’ils appellent des emplois de service, manutention, vente, transport etc… Ils le disent, mais ne le prouvent surtout pas.

  • monhugo , 14 Août 2013 à 17:28 @ 17 h 28 min

    Personnellement je viens d’acheter 2 t-shirts (50 % coton, 50 % viscose), pour moins de 12 euros l’un, sous la marque “maison” “Autre Ton”, dans un Monoprix. Il est vrai que leur durée de “vie” n’excède guère 2 ou 3 saisons. Mais le “rapport qualité/prix” reste satisfaisant. “Autre Ton” commercialise des articles sympas (stylistes français), mais fait fabriquer ailleurs. Pas en Chine (dans ce que j’ai), mais en Tunisie, ou pour les 2 t-shirts, en Inde… Moins qui suis dingue de sacs à main, j’aimerais acheter “français”, car ce serait du très haut de gamme – Hermès : mon rêve. J’achète “français” et plutôt pas de l’entrée de gamme (mon dernier sac coûte 600 euros), mais Lancel (pour ne pas le nommer) fait fabriquer en Chine. Comme la plupart des marques de luxe. Pour en revenir à Hermès, c’est 100 % français (sellier, maroquinier), c’est du vrai luxe artisanal. Tant que LVMH, qui a réussi en 2010 une prise de participation de 17 % du capital, sera tenu à distance par la famille Hermès, qui détient elle 72 % du capital (société en commandite par actions).

  • Frédérique , 14 Août 2013 à 17:40 @ 17 h 40 min

    @Charles

    Pour être convaincu de ce que vous dites, il faudrait justement une étude qui prouverait que nous sommes bénéficiaires dans nos échanges ou tout au moins que nous serions déficitaires si les chinois n’achetaient plus nos brevets.
    Je me souviens d’un contrat passé sous Sarkozy avec l’Inde qui portait sur 126 avions militaires, dont 108 construits directement en Inde. Le prix du brevet et les malheureux avions qu’ils nous restent à construire compensent-ils les millions de produits manufacturés que nous achetons à l’Inde majorés des coûts sociaux que nous allons supporter en terme de chômage ou non?

  • Charles , 14 Août 2013 à 17:49 @ 17 h 49 min

    Nouveau “Charles”
    Merci de changer votre pseudo qui parasite le mien
    qui a l’avantage de l’antériorité depuis près de 12 mois.

    Un autre Charles a utilisé le pseudo “Charles de”.
    Vous seriez le 3eme et il serait bien venu de choisir un autre nom.

  • Frédérique , 14 Août 2013 à 17:49 @ 17 h 49 min

    Et puis franchement comment voulez vous “stimulez de fait l’innovation et la compétitivité de la production nationale, en exposant la production française à la concurrence internationale” vu les charges des entreprises françaises par rapport aux pays émergents? Essayez donc de courir avec un boulet au pied, vous verrez que même stimulé par les autres concurrents, vous ne décollerez pas des starting-block.

  • mariedefrance , 14 Août 2013 à 19:20 @ 19 h 20 min

    Seriez-vous Charles avec qui j’ai parlé du Linceul de Turin ?

  • mariedefrance , 14 Août 2013 à 19:21 @ 19 h 21 min

    Et s’il en avait ?

    Si vous pouviez trouver qq chose à ce propos, je vous en serais très reconnaissante et tous les Français avec moi !:-)

    http://www.wikistrike.com/article-selon-un-journal-suisse-manuel-valls-possedent-plusieurs-comptes-en-suisse-119528549.html

    Si Eric Martin pouvait trouver autre chose sur ce sujet avancé ?
    je vais le poster sur vos autres édito, j’espère qu’il n’y verra aucun inconvénient.

    J’ai cru comprendre qu’il voulait des infos.
    Si celle ci s’avère vraie, je ne vous dis pas ma joie !

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen