À quoi sert un Gérard Filoche ?

Invité de Nicolas Doze ce vendredi sur BFM Business, Bruno Vanryb rappelle que lorsqu’il était inspecteur du travail, le socialiste Gérard Filoche passait ses journées à distribuer des amendes aux (souvent petits) commerçants du IVe arrondissement de Paris qui employaient des salariés le dimanche, jour où ils font 25% de leur chiffre d’affaire, et les obligeait à fermer :

Articles liés

10Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • borphi , 14 décembre 2014 @ 15 h 13 min

    HHOOOO !!

    De vrais blaireaux ! Bien libéraux !

    Est-ce que Filoche a verbalisé les grandes surfaces qui ouvrent sans autorisation le dimanche?
    Parce que il y en a et parait-il qu’elles ne paient pas leur amende et continuent d’ouvrir illicitement..

    Toujours est-il qu’il est des petits magasins de commerces de bouche qui font non pas 25 mais 50% de leur CA le dimanche vont pouvoir se les mettre sous le bras quand la grande distribution aura obtenu gain de cause pour ouvrir davantage le dimanche.

    BFMTV s’honorerait à ne pas prétexter la persécution de petits commerçants pour obtenir davantage de dimanche ouvrés qui seront exclusivement bénéfiques à la grande distribution .

  • Goupille , 14 décembre 2014 @ 15 h 22 min

    Les “petits arabes du coin”, dont je ne suis pas sûre qu’ils n’ont pas été remplacés par des “minis” de la grande distribution, avaient déjà compris : ils ne faisaient travailler que “leurs cousins”, vingt quatre heures sur vingt-quatre quand il y avait clientèle de la prostitution crado sur les Maréchaux…

    A part cela, peut-on faire une loi qui ne concerne que les Champs Elysées, le Mont Saint-Michel et la rue des Francs Bourgeois ?
    Douze dimanche ouverts par an, c’est un par mois : cela fout aussi sûrement la vie familiale en l’air qu’un divorce avec partage des enfants… Pardon, “garde alternée”, euphémisme dont l’époque est friande.
    Et, en province, les boutiquiers passeront leur dimanche à peigner la girafe en attendant une hypothétique clientèle qui n’a plus un rond, à un point tel qu’elle traque les produits les moins chers sur Internet.

    Mais pendant ce temps-là, nous ne demandons pas à la fine équipe où ils en sont de leurs accords d’échanges léonins avec les Yankees.

    Par exemple, parce que nombreux sont les réels sujets de panique.

  • polémarque , 14 décembre 2014 @ 23 h 26 min

    Vacances merveilleuses au Tirol (pays merveilleux) : un dimanche matin, je vais à la boucherie acheter un peu de Schweinekoteletts. Fermé en pleine période touristique !
    Tout le village était à la messe en plein air en tenue traditionnelle!
    PAS BON l’économie, tout ça!

  • Tonio , 15 décembre 2014 @ 8 h 37 min

    Le socialisme consiste à montrer au bon peuple que ce qui peut le rassurer, dût-on en mentir!
    Les USA mettent la pression sur l’UE pour l’empêcher de s’acoquiner avec Poutine et faire du continent européen un état tributaire, à l’image des “amis de l’empereur” chinois ou romain; le bon peuple ignore qu’on a déjà vendu la moitié de ses économies à Obama, qu’on lui laisse juste de quoi ne pas mourir de faim, puisqu’il faut bien quelqu’un derrière les tracteurs et les machines, mais pas trop , son indépendance à l’égard des USA pourrait gêner la concurrence américaine…
    Et ce n’est pas un Hollande, main dans la main avec les financiers cosmopolites de New-York,qui peut résister ferme à la tentation américaine…

  • Tonio , 15 décembre 2014 @ 8 h 43 min

    Et figurez-vous qu’ils ont survécu sans ouvrir le dimanche depuis de siècles !
    Curieux ces Autrichiens qui vont à la messe le dimanche!
    la prochaine fois vous prendrez vos précautions ou irez au restaurant le plus proche et vous vous régalerez de Schweinschnitzel…avec un Müllerthurgau.

  • kanjo , 15 décembre 2014 @ 11 h 04 min

    @polémarque
    ce qui prouve qu’au Tyrol, on peut très bien vivre en ne travaillant que six jours par semaine et en allant à la messe le dimanche. Et ils ont raison. Nos ancêtres ont fait pareil pendant plus de 1500 ans, sauf la période révolutionnaire, pourquoi ne continuerions nous pas à libérer tous nos dimanches ? Pourquoi n’aurions nous plus le droit de passer nos dimanches en famille ?

    La seule période où, en France, on a travaillé le dimanche, c’était le 19e siècle, période où les ouvriers étaient exploités dès l’âge de huit ans, parfois même avant. A tel point que le passage à 84 heures par semaine a été vu comme une amélioration de la condition ouvrière. Vous souhaitez revenir à cette époque ?

  • baldag , 15 décembre 2014 @ 17 h 08 min

    Lorsqu’on voit, lorsqu’on entend le personnage, on tombe raide!

Les commentaires sont clôturés.