À Fresnes, les forces de l’ordre ont délogé les gardiens qui bloquaient la prison

À Fresnes, les forces de l’ordre ont délogé les gardiens qui bloquaient la prison

pour dénoncer leurs conditions de travail :

Articles liés

1Commentaire

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • André , 16 janvier 2018 @ 10 h 12 min

    Vous ne pourrez pas entendre le fichier audio, d’un commandant de police qui me re-convoque une seconde fois pour m’entendre sur le délit d’islamophobie;

    La France va revivre les heures amères, les heures sombres de années 1940-45. Dans ces années là, les parquets utilisaient la police pour chasser les prétendus juifs, aujourd’hui elle est utilisée pour traquer les français et plus particulièrement les chrétiens. Ecouter le fichier audio. Je le savais je fus prévenu depuis longtemps et je sais même que ma mort ne sera pas naturelle……Ce que ne savent pas encore les français bien qu’ils soient prévenus depuis des lustres, 70 à 90% resteront des sans QI. Pour le moment l’ennemi est vainqueur, car il a fait courir un courant d’anti-gaullisme qui muselle complètement ces prétendus français qui ne réfléchissent plus et qui finalement comme disait l’autre l’Houria Bouteldia, les français ne sont que des sous chiens. Le grand avait vue juste, les français resteront des veaux avec une cervelle de colibri et tout cela à cause de cette saloperie d’Algérie et 55 ans après, ces français sont toujours dans ce fantasme .. Le grand avait tellement vu juste qu’on veut le tuer une seconde fois. La France va réellement revivre Sodome et Gomorrhe… Les français ont donné le pouvoir à la bête immonde qui utilise l’islam, donc les musulmans, pour donner le coup de massue. Tout s’accomplira si les français ne font pas comme les habitants de Ninive. Ce sont les paroles de Jésus lui-même et relire Jonas. Maintenant reste à déterminer la ou les dates des événements ( au cours de 2018 ? ? ? ? ) .. Pour rafraîchir les mémoires courtes revoir un pan de ma vidéo:

    https://www.dailymotion.com/video/x2ks9ki

Les commentaires sont clôturés.