EXCLUSIF ! Klarsfeld défend Vanneste : « En France, il n’y a pas eu de déportation d’homosexuels »

EXCLUSIF ! Serge Klarsfeld, avocat de la cause des déportés en France, défend Christian Vanneste sur Nouvelles de France.

Serge Klarsfeld, une polémique est survenue suite à une déclaration de Christian Vanneste selon laquelle il n’y a pas eu de déportation d’homosexuels de France. Qu’en pensez-vous ?

De France, il n’y a pas eu de déportation d’homosexuels. Un déporté homosexuel a bien témoigné, mais il est parti d’Alsace, territoire qui se trouvait régit par les lois allemandes.

Des homosexuels ont-ils été déportés pendant la Seconde guerre mondiale ?

En Allemagne oui, mais pas en France. Les lois allemandes n’ont pas été étendues à d’autres pays. Il n’a jamais été question de déporter des homosexuels français. Je n’ai jamais entendu dire que l’on arrêtait des gens parce qu’ils étaient homosexuels.

Les personnes homosexuelles qui ont pu être arrêtées en France ne l’ont pas été en raison de leur homosexualité. Il y a certainement eu des homosexuels déportés mais pour d’autres raisons. Cela pouvait être pour non-respect du couvre-feu ou pour fait de résistance ou tout simplement des condamnés de droit commun.

S’il n’y a pas eu d’homosexuels déportés en France en raison de leur homosexualité, qu’est-ce qui pousse les lobbies homosexuels à vouloir l’imposer comme une vérité ?

Les homosexuels ont été victimes des nazis en Allemagne, peut-être imaginent-ils que cela correspondait aux prémisses de ce qui les attendait ailleurs. Ainsi ils élargissent la déportation des homosexuels alors qu’elle n’a touché que le Reich. Pour ma part je n’ai jamais vu un document faisant état de la déportation d’homosexuels en France.

Voyez-vous là une instrumentalisation du drame concentrationnaire ?

S’ils disent que la déportation d’homosexuels a eu lieu ailleurs que dans le Reich et notamment en France, soit ils se trompent de bonne foi, soit ils trompent de mauvaise foi.

On ne peut absolument pas comparer ce type de déportation avec la déportation des Juifs. La question qui est intéressante, c’est de savoir comment et pourquoi en Allemagne, alors que des nazis étaient homosexuels, on arrêtait des homosexuels.

Vous soutenez donc Christian Vanneste lorsqu’il affirme qu’en « Allemagne, il y a eu une répression des homosexuels et la déportation qui a conduit à peu près à 30.000 déportés. Et il n’y en a pas eu ailleurs (…) Il n’y a pas eu de déportation homosexuelle en France » ?

Oui absolument parce que c’est la vérité. Ceux qui soutiennent qu’il y a eu une déportation diront qu’il y en a eu 2 ou 3 mais en Alsace ! Or, l’Alsace était considérée comme allemande à l’époque !

Vous paraît-il justifié de demander l’exclusion de Christian Vanneste de l’UMP pour ces propos ?

Demander son exclusion de l’UMP pour ce motif me paraît tout à fait ridicule car ce qu’il a dit n’est pas inexact ! C’est la vérité qui m’intéresse et je dirais cela à tous les médias, qu’ils soient de gauche ou de droite.

Autres articles

69 Commentaires

  • guillaume , 15 février 2012 @ 13 h 42 min

    Merci pour cet éclairage et l’apport de la vérité historique.
    Malheureusement, je crois que la machine à broyer du politiquement correct est en marche et que les bonnes âmes vont encore triompher devant la réalité des faits.

  • tarci , 15 février 2012 @ 14 h 12 min

    Excellent !

  • Esteban75018 , 15 février 2012 @ 14 h 12 min

    Et c’est reparti !!! À chaque fois, Monsieur Karsfeld veut écarter les homosexuels du devoir de mémoire. Il s’appuie ici sur le fait que Pierre SEEL, célèbre militant de la cause des déportés homosexuels, était originaire de Mulhouse. C’est de la malhonnêteté intellectuelle, car il sait bien que le problème n’est pas là, et que ce qu’on reproche à Monsieur Vaneste n’est pas une négation d’un génocide, mais de réitérer des déclarations où il qualifie les homosexuels de sous-hommes. Le fait de ne pas reconnaitre officiellement la déportation des homosexuels, de leur défendre l’accès aux cérémonies officielles du souvenir et de vouloir considérer que seule la communauté juive a été touchée par l’horreur du nazisme est assez aberrante. Car de quoi parle-t’on? Du fait que des fous furieux ont exterminé des catégories de population parce qu’elles étaient malades, puis juives, puis homosexuelles, tsiganes, communistes. Que d’autres communautés veuillent célébrer leurs disparus n’est en rien choquant, et il faudrait juste qu’il relise le paragraphe 175, petit rappel:

    Lors de l’unification allemande, en 1871, le gouvernement du chancelier Otto von Bismarck choisit de reprendre une vieille loi prussienne datant de 1794 et qui condamne l’homosexualité masculine.
    « Die widernatürliche Unzucht, welche zwischen Personen männlichen Geschlechts oder von Menschen mit Tieren begangen wird, ist mit Gefängnis zu bestrafen. »
    (Traduction 🙂 « La fornication contre nature, pratiquée entre personnes de sexe masculin ou entre gens et animaux, est punie de prison. »
    Les homosexuels allemands bénéficiaient pourtant d’une relative tolérance au début du xxe siècle. À Berlin, les homosexuels avaient déjà leurs bars, leurs restaurants et une revue, l’Eigene.
    L’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler change la donne. En 1935, les peines prévues par le paragraphe 175 sont doublées. Les homosexuels sont pourchassés, arrêtés, envoyés dans des camps de concentration, où ils sont torturés et subissent des expériences médicales. Placés au bas de l’échelle hiérarchique des prisonniers, forcés de porter le triangle rose (der rosa Winkel), leur taux de mortalité est l’un des plus élevés parmi les catégories de prisonniers, avec celui des Juifs.

    Après 1945

    Contrairement aux déportés politiques, religieux ou raciaux, qui bénéficièrent de la compassion ou de la culpabilité des populations après la découverte des camps, les déportés homosexuels furent l’une des seules catégories qui continua de subir la réprobation sociale. Jusqu’à la fin des années 1960, il arrive encore en Allemagne que la police débarque au milieu de la nuit, sur dénonciation des voisins, chez un homme célibataire recevant la visite d’un autre homme, afin de vérifier s’ils dorment dans le même lit.
    Le paragraphe 175 ne fut modifié qu’en 1969 : l’homosexualité cessa d’être un motif d’emprisonnement. Mais, comme en France, l’âge du consentement à un rapport sexuel reste plus élevé pour les homosexuels, et de nombreux homosexuels restent poursuivis, mais pour outrage à la pudeur.
    Le paragraphe 175 fut finalement abrogé en 1994. (source wikipedia)

    Voilà, Monsieur Klarsfeld, réfléchissez avant de soutenir n’importe qui, et exprimez clairement votre position sur les violences faites aux homosexuels dans le monde encore aujourd’hui, cela nous rassurerait et éviterait de vous mettre dans des positions que je trouve extrêmement douteuses

  • Ramir , 15 février 2012 @ 14 h 39 min

    Merci pour ce message plein de bon sens à contre-courant de la folie ambiante.

    Savoir si oui ou non des personnes ont été arrêtées en France pour leur homosexualité puis déportés relève du travail d’expert, en l’occurrence d’historiens qui ont étudié le sujet. Or il semble qu’aujourd’hui tant les journalistes, que les politiques que les internautes, tout le monde se soit auto-proclamé historien et donc autorité de qualifier Vanneste de négationniste!

    Je comprendrais à la rigueur que l’on condamne la forme, c’est à dire la pertinence pour le député de sortir de tel propos aujourd’hui en pleine campagne présidentielle; mais que l’on condamne le fond est tout simplement hallucinant.
    Nous sommes vraiment en pleine inquisition.

    Merci Monsieur Klarsfeld pour votre courage, car il en faut aujourd’hui pour se dresser seul contre la meute des inquisiteurs.

  • EricL , 15 février 2012 @ 14 h 53 min

    Quelle honte Mr Klarsfeld ! Les 3 départements annexés étaient français, donc les éliminer du territoire français de l’époque est profondément hypocrite. Or il y a eu 200 déportés FRANCAIS en raison de leur homosexualité depuis ces 3 départements. Dans le reste de la France, il y a eu 62 déportations pour homosexualité avérées par les enquêtes d’historiens. Il faut aussi considérezr que l’homosexualité tant réprouvée dans l’après-guerre, la plupart des homosexuels déportés ont préféré taire les causes deleur déportation. Alors bien sûr, l’échelle n’est pas la même qu’avec les Juifs. Mais de là à soutenir Christian Vanneste, je trouve cela parfaitement répugnant.

  • Tomà , 15 février 2012 @ 15 h 07 min

    @ Pierre de Bellerive : petite correction orthographique >
    “Les personnes homosexuelLEs qui ont pu être arrêtées en France”

  • Marguritte , 15 février 2012 @ 15 h 10 min

    Esteban75018, je trouve que vous avez tout-à-fait raison. Je suis moi aussi très choquée des
    déclarations de Serge Klarsfeld, très décevants et… contre nature.

Les commentaires sont fermés.