Piss Christ : pas de réaction de la commauté juive avignonnaise

Contacté par nos soins, Jonathan Sfadj, rabbin en Avignon et à Carpentras a refusé de s’exprimer sur l’affaire de l’exposition d’une photographie d’un Christ plongé dans de l’urine : « je ne vous connais pas ». Le président du Consistoire de la communauté juive de la ville, Claude Nahoum, a quant à lui déclaré aux Nouvelles de France : « je pense qu’en tant que catholique, on peut être choqué mais je n’ai pas d’autre commentaire à faire ».

Autres articles

4 Commentaires

  • Paul-Emic , 16 avril 2011 @ 14 h 11 min

    question peut être idiote, mais pourquoi solliciter l’avis des juifs ?

  • BRUNIER Jean-Marie , 17 avril 2011 @ 10 h 33 min

    Les pharisiens ont graduellement expulsé des synagogues la communauté judéo-chrétienne et la grande défiance qu’avaient les Sages du Talmud à l’égard de ce Juif d’un nouveau genre appelé « min »*.
    *cf. Dan Jaffé in « Le Talmud et les Origines Juives du Christianisme »- Les Éditions du Cerf 2 007- p 70, 71 : « […] Certaines situations historiques ont fait que les Sages modifièrent leur regard sur les judéo-chrétiens et entraînèrent que le min (dans ce récit, le judéo-chrétien) devienne dissident par rapport aux normes religieuses des Sages et soit défini comme hétérodoxe. Dans ce contexte, ce passage montre clairement le changement d’attitude des Sages à l’endroit des judéo-chrétiens, en marquant la transition entre un avant le processus d’éviction et un après ; ce processus est concrétisé par la Birkhat ha-minim qui vise à exclure les judéo-chrétiens de la synagogue […] ».

  • Nathalie , 17 avril 2011 @ 18 h 04 min

    Perut être que certains ne voudraient pas que l’on leur demande une révision du procès de Jésus ?

  • SAINT MARTIN Louis , 18 avril 2011 @ 10 h 20 min

    Sur la profanation d’un crucifix à Avignon – 18.04.2011 –

    Qu’avons nous besoin de l’avis ou du soutien d’autres religions, quelles qu’elles soient, pour confirmer notre répulsion devant des actes plus imbéciles que véritablement profanatoires, puisque le Christ étant Dieu fait homme par amour pour nous, ne peut être atteint par la stupidité des hommes. Qui pourrait prétendre humilier Dieu ?
    Ce qui, sur le plan humain et sociétal, ne veut pas dire que nous devions laisser les crétins et “agités du bocal” de tout poil, tenir le haut du pavé.

    Mais appeler les fervents du “Livre” à témoigner de leur soutien, constitue un véritable contre-sens. Si le Livre qu’ils adorent se suffisait à lui-même Jésus, le Christ, n’aurait pas été contraint à se sacrifier de la manière que nous savons.
    Il est venu pour “accomplir” la Loi dit-Il. Ce qui sous-entend que ceux qui rejettent les Evangiles, sa Parole, rejettent du même coup toute forme d’accomplissement et ne peuvent – au mieux – que détester la personne de Celui qui la leur apporte et les renvoie à leurs erreurs.

    Comment voudriez-vous alors que les adorateurs de ce “Livre” qui fourmille des témoignages de la partialité, de la violence et de la jalousie de “Dieu”. Livre auquel ils ont ajouté les leurs (Torah, Hadits, etc….) emplis de prescriptions qui ajoutent souvent l’odieux à l’absurde, et qu’ils considèrent pourtant comme sacrés; comment voudriez-vous donc qu’ils désapprouvent une oeuvre qui tend à humilier Celui dont les paroles pleines de sagesse, de charité et de vérité, renvoient leurs pratiques purement extérieures – c’est à dire sans aucune réelle dimension transformatrice – à s’inscrire dans les profits et pertes de l’histoire religieuse de l’humanité ?

    De même que dans la Rome antique on disait que deux augures ne pouvaient pas se croiser sans éclater de rire, je vois mal deux rabbins ou deux musulmans, prendre la défense du Christ sans rougir de confusion, puisque la substance de chacune de leur deux religions ne repose que sur Son rejet.
    L’une qui ne l’a pas reconnu et l’a condamné, l’autre qui affirme faire mieux que Lui.

    Quand on rencontre le Christ on est avec Lui. Quand on se déclare d’une autre religion, on est contre Lui. Même si on est le plus pacifique des hommes. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est Lui.

    En conséquence, quand on choisit délibérément d’être contre Lui, tout témoignage d’indignation contre le sort qu’on inflige à Son image ne peut relever, au mieux, que de la plus somptueuse hypocrisie.
    Qu’avons-nous besoin de forcer les non-Chrétiens à se montrer hypocrites. Nous avons déjà assez à faire avec nos propres hypocrites et ils n’ont pas besoin de nous pour ça.

    Bien à vous

Les commentaires sont fermés.