Le Commissariat pour Tous, Mariton et Poisson à la rescousse (actualiser)

Selon nos informations, depuis minuit 50 ce lundi, 67 jeunes du Camping pour Tous (soutenu par la Manif pour Tous et le Printemps français) sont placés en garde à vue au commissariat de la rue de l’Évangile dans le XVIIIe arrondissement. Un avocat en contact avec eux dénonce déjà “une atteinte grave au droit de la défense dans le traitement des dossiers et l’information des avocats” du fait du regroupement des jeunes dans le même commissariat. En effet, l’information des avocats a parfois mis trois ou quatre heures alors que la loi impose qu’elle ait lieu au maximum une heure après la notification des droits. Il est reproché à ces jeunes un attroupement sur la voie publique après sommation (à proximité de l’Assemblée nationale*), attroupement pour lequel ils risquent chacun jusqu’à un an de prison et 15 000 euros d’amendes, mais aucun trouble à la tranquillité publique, les campeurs étant silencieux. À l’heure où nous écrivons ces lignes, les jeunes gardent le moral : ils chantent la Marseillaise. Les policiers présents sur place n’en reviennent eux-même pas. “Je préfèrerais arrêter des racailles que d’arrêter des jeunes comme ça” a confié un agent à un avocat. “Nous, on les aime bien, nos petits terroristes”, a blagué une policière tandis qu’un autre agent, les larmes aux yeux (véridique), confie : “On nous force à faire des trucs politiques, là, c’est pas notre boulot.” “Il s’agit d’une mesure disproportionnée, abusive et dissuasive qui a pour but de tuer dans l’œuf la contestation”, commente de son côté Me Frédéric Pichon, présent sur place. Deux équipes de télévisions (I télé et LCP) doivent arriver d’un instant à l’autre. Un journaliste du Figaro est également annoncé.

On se rassemble devant le commissariat de la rue de l’Évangile pour exiger de nous faire arrêter, nous aussi ?

Addendum 12h42 : Le député UMP Hervé Mariton a prévu de passer au commissariat pour vérifier les conditions de garde à vue des jeunes campeurs.

Addendum 13h15 : Un manifestant qui a réussi à ne pas se faire arrêter cette nuit devant l’Assemblée nationale me signale qu’après la sommation des forces de l’ordre, presque aucun campeur n’a eu le droit de lever le camp. Ce qui est reproché aux jeunes n’aurait donc aucun fondement. Il se tient à disposition des avocats des jeunes pour leur apporter son témoignage.

Addendum 13h50 : Frigide Barjot pourrait passer au commissariat de la rue de l’Évangile dans le XVIIIe arrondissement, nous signale un responsable de LMPT. Arrivée d’un troisième avocat et d’une équipe de France 3. On me signale qu’un rassemblement est organisé à 18h devant le commissariat, 32 rue de l’Évangile, avec menottes et casseroles.

Addendum 14h : Arrivée de Xavier Bongibault, Président du collectif “Plus gay sans mariage”.

Addendum 14h10 : Le député UMP-PCD Jean-Frédéric Poisson, également présent au commissariat de l’Évangile, estime que les jeunes seront relâchés avant 18h. Le rassemblement est par conséquent annulé.

Addendum 14h15 : Communiqué : Le sénateur UDI de Paris Yves Pozzo di Borgo s’inquiète du maintien en détention de jeunes manifestants opposés à la réforme du mariage : « Près de 12h après leur interpellation, j’apprends que les 67 jeunes interpellés, malgré leur calme et leur pacifisme, sous mes yeux cette nuit devant l’Assemblée nationale sont toujours en garde à vue dans le 18e arrondissement. Alors que la place Edouard Herriot a souvent vu des tentes s’installer pour des périodes plus ou moins longues, pour des grèves de la faim, du maire de Sevran aux harkis, le rassemblement silencieux d’hier soir a été immédiatement réprimé malgré l’absence de nuisances sonores. C’est la première fois que cela arrive. Il y a pourtant des manifestations bruyantes tous les jours sur cette place : des syndicats, des ressortissants étrangers, des mal-logés, des associations très diverses… »

Pour le chef de file des élus centristes parisiens, « il s’agit visiblement d’une répression politique, d’un détournement du rôle de la Préfecture de Police, orchestrée par le ministre de l’Intérieur qui, en mobilisant pour cette affaire de nombreux policiers et gendarmes, contribue à désorganiser ainsi la sécurité publique à Paris, déjà malmenée par des insuffisances croissantes d’effectifs par rapport aux besoins de la capitale ».

Addendum 15h30 : Frigide Barjot est présente sur place. Une équipe du “Petit Journal” de Canal + aussi. Vous pouvez contacter le commissariat au 01 53 35 10 95 et exiger la libération des jeunes.

Addendum 16h45 : Selon une source bien informée, des victimes de l’agression de l’Odéon, samedi matin, seraient présentes dans le même commissariat pour identification… de leurs agresseurs, eux aussi présents ! Le monde est petit…

Addendum 17h30 : vingt personnes viennent d’être relâchées. Elles expliquent avoir été parquées à 25 dans la même pièce. Des jeunes hommes chantent, des jeunes femmes pleurent… Certaines familles sont venues attendre un membre. Les plus jeunes sont sous le choc mais restent déterminés.

Addendum 17h48 : Tous les jeunes ont été libérés. “Alleluia”, comme ils disent au téléphone quand on appelle le commissariat.

*Des images des interpellations :

Articles liés

78Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • J.75 , 15 avril 2013 @ 13 h 04 min

    Les khmers roses ne veulent rien lâcher pour cette loi homosexualiste-LGBT que leur exigent les groupuscules LGBT du Marais.

  • Tarantik , 15 avril 2013 @ 13 h 11 min

    Il bénéficiait (injustement à mon avis) d’une bonne image dans la population.
    Il est en train de se fabriquer le portrait d’un exécuteur des basses œuvres d’un pouvoir inique

  • Tarantik , 15 avril 2013 @ 13 h 12 min

    Je parle de Valls évidemment

  • Tarantik , 15 avril 2013 @ 13 h 16 min

    Complément

    Il devrait y avoir dix députés au commissariat ou au Ministère de l’Intérieur, notamment ceux qui se sont réveillés tardivement ces dernières semaines pour récupérer les mouvements anti-mariage homo !

    C est le moment de démonter la sincérité de leurs affirmations “indignées”

  • Charles , 15 avril 2013 @ 13 h 27 min

    Effectivement les zelus freres UMPéistes sont placés
    au pied du mur.

    Leur refus de s’impliquer est emblématique
    et devrait les condamner a tout jamais.

    Le grand frere Coppelowitch a deja donné les instructions par SMS a tous les freres deputés.

    On ne bouge pas,seul le frere Mariton s’en occupe.
    Donc tout ,absolument tout est scénarisé
    entre le frere Valse et le frere Coppelowitch.

  • vu de sirius , 15 avril 2013 @ 13 h 28 min

    CE PAYS DEVIENT DE PLUS EN PLUS TOTALITAIRE

  • SERGIO , 15 avril 2013 @ 13 h 38 min

    Les ” khmers roses ” ne veulent rien lâcher , car le rapport de forces est inscrit dans leurs gènes de tarés marxisants , et que leur putain de loi est une loi foncièrement idéologique , dans le but ( Taubira dixit….) d’ un véritable changement de civilisation !….
    S’ ils veulent l’ affrontement , ils vont l’ avoir !….très bientôt .

Les commentaires sont clôturés.