Commerces : les centres-villes abandonnés

Selon la fédération du commerce spécialisé, la vacance commerciale concerne aujourd’hui 7,1% du parc commercial situé dans les centres-villes contre 6,3% en 2001. Les centres commerciaux affichent quant à eux une meilleure santé : seulement 4,9% d’espaces vacants. Les petites et moyennes villes sont les plus touchées tandis que les grandes métropoles ne connaissant pas ce problème, elles qui ont vu leur vacance commerciale reculer de 7,7% à 6% ces dix dernières années, grâce notamment à l’offre de transports en commun. L’absence de vision d’ensemble et la multiplicité des propriétaires en centres-villes, sans parler de l’utilisation de l’indice du coût de la construction par les propriétaires pour revaloriser les loyers expliquent que les commerçants, notamment les enseignes nationales, préfèrent les centres commerciaux où tout est négocié avec la foncière qui détermine les loyers au moyen de l’indice des loyers commerciaux.

Autres articles

8 Commentaires

Les commentaires sont fermés.